Smart Grid : des logiciels de gestion vont être nécessaires

Une étude Pike Research met en évidence le besoin en logiciels pour gérer le "déluge de données" que les compteurs électriques intelligents vont produire. L’analyse fine sera la clé du succès.

Comment gérer le « déluge de données » qui risque de s’abattre sur les foyers, bâtiments personnels ou d’entreprises qui mesurent de manière de plus en plus détaillée et précise leur consommation électrique ?

Selon une étude de Pike Research, sans MDMS (Meter Data Management System) point de salut. L’étude assure que d’ici 2018, 98 % des compteurs intelligents américains seront administrés par ces logiciels de gestion spécifiques. En Europe de l’Ouest et en Asie de l’Est, ce pourcentage atteindra 80 %. Pourquoi ? Tout simplement parce que les analystes prévoient une explosion de smart meters, ou compteurs intelligents, dont le but est de collecter les données de consommation. Et que cette explosion devra être maîtrisée avec les bons outils. Le marché du MDMS, représenterait, selon Pike Research, 490 millions de dollars en 2018, soit dix fois plus qu’en 2011.

Une bonne analyse des données en fera le succès

Ces logiciels permettent d’acquérir les données de comptage depuis de nombreuses sources, puis de les gérer et les mettre à disposition pour utilisation. «Ces logiciels permettront d’obtenir des factures encore plus précises, et à terme permettront aux bâtiments d’être encore plus économiquement efficaces » Bob Lockhart, analyste chez Pike Research. De nombreux spécialistes comme Itron, eMeter, EnergyICT, Ecology Analytics et Aclara proposent des suites MDMS, mais pas seulement. De grands éditeurs comme SAP et Oracle, avec leurs outils de gestion de bases de données, s’y mettent aussi. En fait, ces généralistes se sentent bien placés pour gérer ces données. Pour eux, la vraie valeur n’est pas dans la collecte des données de manière centralisée, mais bien dans leur analyse.

Ce qui fait un bon MDMS

Une présentation en Juin dernier de Marie-Luce Picard, chef de projet chez EDF R&D et publiée sur le site de l’Association Aristote, précise que ces outils devront savoir par exemple gérer la demande et fournir des prix en temps réel, et savoir être de plus en plus granulaires. Il faudra aussi savoir faire du Datamining à large échelle. En fait, le MDMS ne se résume pas à la mise en oeuvre d’un logiciel. Il s’agit de savoir mettre en oeuvre un ensemble de procédures durables assistées par des outils.

La gouvernance, déjà en place dans les DSI grandes entreprises pour leurs données, risque donc d’être essentielle également dans le domaine du smart grid. Mais si la mise en place des smart grids va entraîner une augmentation du volume de données à traiter, Marie-Luce Picard précise cependant que ce volume sera toutefois inférieur aux autres données qu’une entreprise peut générer.

[ Source : Atelier – BNP Paribas ]

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz