Smart Grids : une révolution énergétique en marche ?

Les compteurs "intelligents" Linky, qui devraient être généralisés dans les mois à venir, constituent la première application concrète (et très limitée) des Smart Grids en France. Les premiers tests suscitent beaucoup d’interrogations et de critiques de la part de certains usagers qui dénoncent des "compteurs espions" trop chers.

Linky est aux Smart Grids ce que Spoutnik a été à la conquête spatiale : une première étape ! Le nouveau compteur d’ERDF, qui "communique" directement avec l’opérateur est loin d’atteindre toutes les potentialités des Smart Grids.

Il permet toutefois de "relever les compteurs" à distance et d’opérer certaines interventions (pannes, changements d’abonnements) sans présence physique de techniciens. Enfin, les factures reçues correspondent au volume d’électricité réellement consommé et plus à des estimations.

Des améliorations que certains contestent au nom de la préservation de la vie privée. En effet, Linky enverra à tout moment à l’opérateur des informations précises sur la consommation électrique des abonnés. Cet argument est recevable, même si les informations transmises par Linky sont beaucoup moins sensibles que celles déjà détenues par EDF (numéro de compte bancaire, adresse, numéro de téléphone,…).

N’est-il pas dommage de se priver d’avancées scientifiques majeures (et impactantes pour l’environnement) à ce titre, alors qu’à l’ère d’Internet et de Facebook, les informations s’échangent qu’on le veuille ou non ? Vigilance, oui ! Crispation, non !

Car au-delà de Linky, les Smart Grids représentent des possibilités insoupçonnées pour faire évoluer notre consommation d’énergie dans les années à venir.

Les outils informatiques (dont la plupart sont déjà techniquement prêts) vont permettre à moyen-terme une communication intelligente entre producteurs et usagers afin d’optimiser une production verte et limiter sensiblement la consommation électrique.

Smart Grids : une révolution énergétique en marche ?

[ Cliquez sur l’image pour zoomer ]

Les Smart Grids doivent permettre d’adopter une approche combinatoire du baseload électrique (production de base) dans lequel les énergies renouvelables, qui on le sait ne sont pas disponibles en permanence (absence de vent pour l’éolien et de soleil pour le photovoltaïque), seront enfin intégrées.

La communication "pure et parfaite" des différents centres de production permettra en permanence d’adapter la production en fonction des disponibilités des énergies renouvelables, accroissant mécaniquement la part de ces dernières dans le mix énergétique national.

Pour le consommateur aussi, les Smart Grids constituent un outil de gestion optimale et responsable de sa consommation. Les postes du foyer pourront s’adapter intelligemment aux disponibilités des énergies renouvelables pour consommer plus aux moments de pics de production. Mieux, le consommateur deviendra également producteur à part entière et qualibrera son "mix énergétique" en fonction de sa production d’énergies renouvelables (éolien, solaire, thermique, biomasse).

Les Smart Grids vont constituer dans les années à venir un outil incontournable pour rendre possible une conversion énergétique au niveau macro du conventionnel (nucléaire et thermique) vers le renouvelable.

[ Archive ] – Cet article a été écrit par Matiduc

Partagez l'article

 



Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz