Statistiques 2010 de l’énergie électrique en France

Selon les dernières données publiées par le RTE, la consommation intérieure nationale d’électricité en 2010 a atteint 513,2 TWh, en hausse de 5,5 % par rapport à 2009 (486,7 TWh).

Consommation :

Corrigée des aléas météorologiques d’hiver et d’été, la consommation est en hausse de 1,9 % par rapport à 2009. Dans une répartition par segment, la consommation des professionnels et des particuliers est en hausse de 7,2 % par rapport à 2009 ( 216,9 TWh contre 202,3 TWh ). Celle de la Grande industrie et des PMI/PME est en hausse de 3,4 % par rapport à 2009 (259,2 TWh contre 250,8 TWh).

Production :

La production en France a atteint 550,2 TWh, en hausse de 31,1 TWh par rapport à 2009 (519,1 TWh), soit +6,0 %. Toujours d’après le RTE, "la structure du parc de production a permis de limiter la hausse des émissions de CO2 dues à la production électrique à +3,4 %."

Une analyse par type de production montre que la production nucléaire a augmenté de 4,6% en 2010, par rapport à la période précédente (407,9 TWh contre 390,0 TWh). Ensuite, la production hydraulique atteint 67,6 TWh, en augmentation de 9,2 % par rapport à 2009 (61,9 TWh).

Une mention particulière pour la production à partir des sources d’énergie renouvelables hors hydraulique qui avec 15,2 TWh est en hausse de 23,7 % par rapport à 2009 (12,3 TWh), du fait principalement de la progression de 23,8 % de la production éolienne (9,7 TWh contre 7,9 TWh), et dans une moindre mesure, de la multiplication par 4 de la production solaire (+0,4 TWh).

Le RTE estime que ces progressions sont en cohérence avec la croissance de 26,0 % de la puissance installée éolienne, et la multiplication par 4,5 de la puissance installée solaire.

La production thermique à combustible fossile s’élève à 59,5 TWh, en hausse de 8,4 % par rapport à 2009 (54,9 TWh) ; à noter la progression de 24,4 % de la production à partir de gaz qui atteint 29,9 TWh en 2010 après 24,1 TWh en 2009.

Pic de consommation :

Le pic de consommation en puissance sur l’hiver 2010/2011 atteint 96,7 GW le 15/12/2010, nouveau maximum absolu après celui du 14/12/2010 (94,6 GWh). Cette valeur est supérieure de 3,9 % au pic de consommation de l’hiver précédent (93,1 GW) enregistré le 11/02/2010, alors que la température du 15/12 était supérieure de 1,0 °C à celle du 11/02. Depuis 2001, la pointe de consommation de l’hiver a progressé de 22 %, tandis que l’énergie annuelle consommée en France a augmenté de 14 %.

Réseau électrique :

L’année 2010 est marquée par le raccordement au réseau de transport de 20 nouveaux postes tous niveaux de tension confondus. Les travaux réalisés sur le réseau de RTE ont permis d’accroître les longueurs de circuits souterrains de 119 km et de diminuer les longueurs de circuits aériens de 64 km. A noter également la reprise par RTE de 3825 km de circuits appartenant à la SNCF, essentiellement aériens, ainsi que de 120 postes. Sur les réseaux de distribution, l’accroissement est de l’ordre de 8 000 km en 2010.

Exportation / Importation :

Les échanges contractuels avec l’étranger sont en baisse de 7,2 %, et atteignent une valeur cumulée, exportations + importations, de 103,7 TWh (contre 111,7 TWh en 2009). La forte baisse des importations de 6,4 TWh (soit 14,7 %) associée à une baisse des exportations de 1,6 TWh (soit 2,5 %) a entraîné une augmentation du solde des échanges de 4,8 TWh.

Le total constitué des ventes des Responsables d’Equilibre via les Notifcations d’Echanges de Blocs, des ventes de capacités de production aux enchères et des ventes d’énergie sur EPEX SPOT s’élève à 407,6 TWh, en hausse de 4,6 % par rapport à 2009 (389,6 TWh).

Qualité de l’électricité :

Les statistiques sur la qualité de l’électricité sont marquées en 2010 principalement par des résultats sur les fréquences de coupure longue et de coupure brève qui se placent parmi les meilleurs observés. En terme de sûreté de fonctionnement du système électrique, le nombre d’événements signifcatifs recensés en 2010 diminue de plus de 10% par rapport à 2009. A noter toutefois que l’année 2010 a été marquée par deux événements exceptionnels : la tempête Xynthia en février dans l’ouest de la France et les inondations en juin dans le Var.

 

Consulter l’intégralité des statistiques 2010 (.PDF)  >>>> ICI

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "Statistiques 2010 de l’énergie électrique en France"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
dede29
Invité

Il y a pas mal de monde qui parle de diminuer la consommation électrique ,il faudra alors acheter une baguette magique !

Lionel_fr
Invité

3 Twh de croissance dans le renouvelable alors que la demande augmante de 30 Twh… il faudra surveiller le facteur entre ces deux chiffres. D’autres pays couvrent bien plus que la croissance de leur demande par celle du renouvelable. N’en tirez donc pas de conclusion hâtive. La France a complètement saboté l’essor des EnR et … en conséquence, a un vrai problème de commerce extérieur et de PIB !

trimtab
Invité
En effet dédé, devant tant des ‘discours’ et de ‘choix’ technologiques (ampoules basse conso, PAC, solaire thermique, isolation, poeles à bois etc, etc) des uns et des autres pour consommer moins d’élecrité, on peut bien se poser la question de ce ‘paradoxe’. Soit il faut ramener la consommation au kwh/par habitant pour voir si on baisse réelement par ‘tête de pipe’, soit il faut admettre qu’on est et toujours dans une logique ‘toujours plus’, car si en faisant au début, un choix ‘moins énergivore’ au m² (pour le chauffage par exemple) on décide en même temps d’avoir un logement plus… Lire plus »
Pastilleverte
Invité
1/ heureusement qu’on a (encore) du nuke 2/ sécheresse”sans précédent” = hausse de la prod°hydro, comprenne qui pourra 3/ enr hors hydro : vont commencer à initier un début de sortie du gadget à la mode 4/ et oui trimtab, vous avez bien raison, exemple on “dématérialise” plein de docs papier = les fôrets vous disent merci, mais = plus de prod° électrique, essentiellement avec déchéts nuke ou CO2 (au choix) Et svp pas de bougies, c’est hyper polluant (cov), et pas de feux de bois, les particules et autres, vrais, polluants s’en dégagent à la combustion ( maladies respiratoires… Lire plus »
Rice
Invité
. Pourquoi voudriez-vous que l’état, via ses filiales EDF, AREVA et autres CEA diminue la consommation d’électricité. D’abord, il y a le discours sur les économies d’énergies : ca c’est pour le greenwashing, les électeurs écolos-bobos et rassurer Bruxelles sur notre “bonne volonté” d’être aux normes européennes en 2020… (on a donc le temps !). Ensuite il y a la réalité économique : nous fabriquons de l’électricité nucléaire pour la vendre !!!! faire fonctionner ce “machin” politico-militaro-économico-polluant et opaque, qui draine des recettes, des taxes, de la TVA, des impôts, des emplois réservés, etc, etc… Pourquoi voudriez-vous dans ces conditions… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
Juste une hypothèse, comme ça. Peut être que cette augmentation de la consommation serait due à : 1) une augmentation du nombre d’appareils domestiques bien utiles dans notre vie et notre travail moderne (PC, ipad, téléphone portable, box internet…) 2) un transfert des pratiques du gaz/fuel vers l’électrique : des chauffages au gaz/fuel passant aux grille-pains électriques/PAC, des moto-compresseurs industriels devenants électriques, des fours industriels devenants électriques, etc Mais vous devez avoir raison : tout cela n’est en fait qu’un sombre complot du gouvernement pour faire fructifier ses parts dans le CEA. Favoriser la consommation d’hydrocarbures lui rapporterait bien plus… Lire plus »
ecoenergie
Invité
Notre consommation d’électricité a augmenté de 26 TWh et pendant la même année les nouvelles énergies renouvelables n’ont augmenté que de 0,4TWh pour le soleil photovoltaique ert 1,8 TWh pour l’éolien Faire croire aux francais que nous reduirons le risque du cancer du rechauffement climatique avec les nouvelles energies renouvelables est criminel Comparez a tête reposee ces deux chiffres 26TWh contre 2,2TWh Aujourd’hui c’est en priorité sur la valeur la plus élevée qu’il faut agir c’est a dire sur les economies d’énergie La politique de subvention sur le solaire jusqu’a 58cm le KkWh – soit 14 fois le cout de… Lire plus »
Nicias
Invité

Il semblerai que: _Soit on installe éoliennes et panneaux dans des endroits de plus en plus pourris. _Soit que le froid ne soit pas propice au rendement de ces énnergies (avec un r2 pas terrible sans doute).

Samivel51
Invité

La secheresse, c’est au printemps 2011. Or on parle ici de 2010.

Rice
Invité
. Je suis (globalement) d’accord avec les uns et les autres et je me posais la question de savoir si, à l’image du tabac, l’état de devrait pas augmenter sévèrement le coût de l’énergie ? Qu’il s’agisse de l’électricité (je sais, ca vient déjà, mais plus encore !) ou du pétrole, seule une forte augmentation calmera nos ardeurs consommatrices, non ? Sans revenir aux grottes, peaux de bêtes et autres bougies (certains se reconnaitrons dans cette remarque…) , ne pourrait-on éduquer nos enfants dans le respect des ressources naturelles et de la protection de l’environnement ? A cette occasion leurs… Lire plus »
trimtab
Invité

Vous avez raison. sur un plan ‘énergetique’ Les Francais veulent le beurre, l’argent du beurre et……le sourire de la crémière…..! Mais ils ont du mal à accepter pourquoi leur taux de ‘cholesterol’ (ie: le ‘prix’ à payer pour une comptement non vertueuse) augmente fortement ! Comme dit mon médecin face à mes faiblesse pour ‘la feuille de Nicot’: Vous êtes prévenu. Et c’est vous qui voyez ! trimtab

Xavier30
Invité

Il est grand temps d’ordonner la construction de Penly3 et EPR(s) suivants pour suivre ce rythme de croissance de plus de 5 %/an,les enr(s)bien que très utiles seront insuffisantes et leurs problèmes d’intermittences et couts liés, insuffisament résolus .A ce rythme de croissance de la conso électrique: En 2025,50 % de nucléaire(position d’hollande mais auby et les autres,c’est pire) seront insuffisant et François Hollande et les gens du PS sont des ânes électoralistes,démagogiques,irresponsables et abrutis et incurables.Puissent-ils ne jamais être élus car ils détruiraient économiquement et socialement le pays plus surement que 15 Tchernobyls en France.

Pierrotb001
Invité

Les 2 explications principales selon moi: 1- 2/3 des logements nouveaux ont un chauffage électrique (ou PAC). 2- ET l’indice habitants par logement qui diminue continuellement. On construit des pavillons, l’ancien parc avant le programme electronucléaire des années 60 est majoritairement gaz et fioul. Faudrait comparer les DJU aussi. Slts

Pastilleverte
Invité
Pan sur le bec (en toute modestie), je me disais aussi..; ah c’est pas beau de vieillir.. Bon, po si ti vons : La seule bonne énergie “nouvelle-et-propre” est l’énergie économisée (non sonsommée). j’oserais pas dire que l’efficacité énergétique est égalemrnt importante, car trimtab va encore nous dire que c’est àune boucle négative à terme (je consomme moins par untié mais plus longtemps)…et il n’aurait pas tort, mais ce serait quand même dommage de ne pas améliorer autant que faire se peut (économiquement et techniquement) ladite efficacité, que ce soit dans les transports, le chauffage, la clim° les processus de… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Avant de piquer un ou deux chifres dans l’article pour expliquer ce qu’on a envie d’expliquer, il serait bon (sans remonter jusqu’à la réunification de” l’allemagne pour sa consommation de charbon….) de lire un peu ce qui apparait dans le document de RTE (pas de la CRE), et notamment: – que l’évolution de consommation corrigée des variations saisonnières ( en gros la température ) n’est “que” de 1,9%, soit environ 10TWh. – que la comparaison à 2009 est forcément biaisée compte-tenu de la crise cette année là (voir la courbe p15, la consommation avait baissé).

Un peu de recul
Invité

un gros +1 même 🙂 L’article ne permet effectivement pas de tirer de conclusions. Les données brutes sont toujours difficiles à analyser, et les économies d’energies doivent plutôt se mesurer via l’évolution d’indicateurs comme l’intensité energetique (Energie dépensé par point de PIB), particulièrement quand on parle d’évolutions sur une ou deux années, qui ne permettent pas d’observer de tendances de fond, “débruités”.

sancho
Invité
Pourquoi nier l’évidence les civilisations évoluent vers une consomation d’électricité croissant à un rythme élevé. Nul n’a vraiment envie de se passer du confort que procure la fée électricité. Le voltaïque et les éoliennes ne seront que de passage dans l’histoire de l’énergie comme l’on été les moulins à vent balayés par les progrès de la science. Il y a fort à parier qu’à l’horizon 2050 les ENR avec tous leurs problèmes de rendement et de stockage seront abandonnées au profit de sources fiables que seront les réacteurs à Thorium et ou à neutrons rapides en attendant encore quelques décénies… Lire plus »
Titi
Invité

sa augmente de plus en plus les taxes mais les paye reste toujour pareille

wpDiscuz