Enerzine

Succès du procédé Isobutène avec le xylose, le sucre du bois

Partagez l'article

Le procédé Isobutène conçu par Global Bioenergies utilisait au départ du glucose issu de céréales telles que le blé ou le maïs, puis la société a annoncé début 2015, que son procédé pouvait fonctionner avec des sucres issus de déchets agricoles et forestiers, environnés de nombreuses impuretés.

Les ressources issues de ces déchets agricoles et forestiers, dites de « deuxième génération », sont des mélanges complexes contenant non seulement du glucose, un sucre à six carbones, mais également des sucres à cinq carbones, au premier rang desquels le xylose, étymologiquement le « sucre du bois ».

Aujourd’hui, Global Bioenergies annonce avoir pour la première fois obtenu de l’isobutène fermentaire en utilisant exclusivement du xylose comme ressource, suivant des performances proches de celles obtenues à partir de glucose de blé et du saccharose de betterave. Le métabolisme central de la souche de production utilisée a été remanié en utilisant une approche innovante de biologie de synthèse.

"Nous continuons de diversifier les ressources compatibles avec le procédé Isobutène. Notre procédé, peu sensible aux impuretés présentes dans les ressources de deuxième génération, se montre également robuste et adaptable à diverses matières premières" a déclaré Frédéric Pâques, Directeur des Opérations de Global Bioenergies.

De son côté, Marc Delcourt, P-DG de Global Bioenergies a précisé : "La valorisation des déchets agricoles et forestiers est une industrie naissante, qui représente pour Global Bioenergies une opportunité importante. Lorsqu’elles seront disponibles en grandes quantités, ces ressources bon marché permettront de réduire encore les coûts de production du bio-isobutène, et de faciliter la diffusion de la technologie dans un contexte de volatilité des prix dans la pétrochimie."

Global Bioenergies a développé un procédé de conversion de ressources renouvelables en hydrocarbures par fermentation. La société s’est focalisée dans un premier temps sur la fabrication biologique d’isobutène, une des plus importantes briques élémentaires de la pétrochimie qui peut être convertie en carburants, plastiques, verre organique et élastomères. Global Bioenergies continue d’améliorer les performances de son procédé, mène des essais sur son unité pilote, a débuté la construction d’un démonstrateur industriel en Allemagne et prépare la première usine de pleine taille au travers d’une Joint-Venture avec Cristal Union nommée IBN-One.

La société a également répliqué ce premier succès au propylène et au butadiène, deux autres molécules de la famille des oléfines gazeuses qui constituent le cœur de l’industrie pétrochimique. Global Bioenergies est cotée sur Alternext d’Euronext à Paris et fait partie de l’indice Alternext Oseo Innovation.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz