Surveillance par satellite du nucléaire iranien

Dans le cadre du réseau d’excellence GMOSS (Global Monitoring for Security and Stability) de l’Union européenne, les scientifiques de Fribourg développent un système de contrôle (géomonitoring) pour surveiller l’Iran en collaboration avec le centre de recherche de Jülich et d’autres partenaires européens.

La technologie par satellite va permettre de surveiller l’utilisation civile de l’énergie nucléaire. L’Iran a en principe approuvé ce contrôle avec la signature du traité de non-prolifération des armes nucléaires.

L’objectif des recherches est d’automatiser autant que possible les enregistrements par satellite. Idéalement l’ordinateur devra se charger de toutes les étapes, du traitement jusqu’à l’analyse des images. De plus, le programme devra non seulement être en mesure d’identifier une cible mais devra également définir sa fonction, par exemple identifier un bâtiment en tant qu’annexe d’enrichissement. Par comparaison des enregistrements à différentes dates, il devra aussi être capable de constater et d’interpréter les modifications des objets.

Les photos satellites permettent d’évaluer et de reconnaître des objets d’un mètre de diamètre. Ainsi la résolution de l’image-satellite permet de compter le nombre d’hommes sur une place, mais ne permet pas de les reconnaître. Irmgard Niemeyer, chercheur à l’institut de géodésie de Fribourg, considère qu’un tel système de contrôle sera applicable au plus tôt fin 2007.

 
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/34283.htm
Cette information est un extrait du BE Allemagne numéro 292 du 28/06/2006 rédigé par l’Ambassade de France en Allemagne. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz