Tests de matériaux dépolluants dans le tunnel Léopold II

Dans le cadre d’un projet dédié à la pollution atmosphérique dans les villes, financé par le programme européen Life+ , le consortium européen PhotoPAQ (1) va tester du 8 au 23 septembre, à l’intérieur du tunnel Léopold II de Bruxelles l’effet dépolluant de ciments dits « photocatalytiques »

Pour remédier aux problèmes de qualité de l’air en ville, des matériaux dits « photocatalytiques » sont déployés dans les sites urbains : par l’effet combiné d’un catalyseur et de la lumière UV, ils agissent comme des puits pour certains polluants tels que les oxydes d’azote et des composés organiques volatils. Ainsi, des produits utilisant les propriétés photocatalytiques du dioxyde de titane (TiO2) ont été lancés sur le marché européen (verres, pavés, bétons, ciments, etc.).

Cependant, le bénéfice de leur utilisation doit être encore démontré et mesuré, ce qui est l’objectif du projet PhotoPaq.

A partir du 8 septembre, les scientifiques du consortium PhotoPAQ vont analyser, sur une portion de 100 m du tunnel Léopold II de Bruxelles (2,3 km), l’effet dépolluant du ciment photocatalytique. Une série d’instruments et une salle de contrôle ont été installées dans le tunnel et dans une salle attenante. Les résultats feront l’objet de publications scientifiques courant 2012.

Plus largement, d’ici fin 2013, les objectifs du projet PhotoPAQ sont :

  • le développement d’une méthode de test pour la dégradation photocatalytique des oxydes d’azote (NOx) et d’un grand nombre de composés organiques volatils (COV) et des particules ultrafines ; l’évaluation de l’impact exact des matériaux à base de TiO2 présents sur le marché ;
  • la mise en place d’indicateurs environnementaux ;
  • la formulation de recommandations et d’un outil de démonstration basé sur une modélisation numérique à l’attention des collectivités territoriales européennes.

Ces actions combineront des tests et des simulations en laboratoire et sur le terrain dans d’autres villes européennes. Ce projet devrait donc aboutir à un outil facilitant les prises de décision des autorités locales. Il est financé par le programme européen Life+ (2) .

(1) Institut de recherches sur la catalyse et l’environnement de Lyon (Ircelyon, CNRS / Université Claude Bernard Lyon1), Institut de combustion, aérothermique, réactivité et environnement (ICARE, CNRS), Leibniz Institute for Tropospheric Research (IfT, Allemagne), Bergische University Wuppertal (BUW, Allemagne), CTG Italcementi Group (Italie), Laboratory of Heat Transfer and Environmental Engineering (LHTEE, Grèce), Belgian road research centre (BRRC), Laboratoire inter-universitaire des systèmes atmosphériques (LISA CNRS/Paris Diderot-Paris 7/UPEC).

PhotoPAQ est coordonné par l’Institut de recherches sur la catalyse et l’environnement de Lyon (CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1), avec le Ministère bruxellois des travaux publics et des transports (Bruxelles Mobilité)

(2) Financial Instrument for the Environment : programme européen dédié à l’environnement.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz