Enerzine

Total : participation stratégique dans le gaz de schiste aux USA

Partagez l'article

Total a annoncé mardi l’acquisition d’une participation de 25% dans les gisements de gaz de schistes de l’Utica (États-Unis) riches en condensats, détenus par Chesapeake et EnerVest.

Ces gisements qui s’étendent sur 10 comtés dans l’Est de l’Ohio, entre dans le cadre d’un accord visant à créer une société commune avec sa filiale aux Etats-Unis (Total E&P USA), Chesapeake Exploration, et son partenaire EnerVest.

« Cette opération s’inscrit dans notre stratégie de développement dans des gisements non conventionnels offrant un fort potentiel et avec en l’occurrence une valorisation majoritairement liée au prix du brut. Grâce à cette joint-venture, nous prenons une position importante dans des réserves prometteuses sur le long terme, à des conditions intéressantes et aux côtés d’un opérateur leader dans son domaine. Total est sensible à la dimension environnementale liée au développement de gisement d’hydrocarbures de schistes. Le Groupe a confiance dans la capacité de Chesapeake à exploiter ces gisements de façon responsable, tout en respectant les normes les plus strictes de l’industrie dans ce domaine. » a déclaré Yves-Louis Darricarrère, directeur général de la branche Exploration & Production de Total.

La transaction prend effet rétroactivement au 1er novembre 2011. Total a versé près de 700 millions de dollars en numéraire à Chesapeake et EnerVest pour l’acquisition de ces actifs. Total devra également financer pour un montant maximal de 1,63 milliard de dollars sur une période de 7 ans maximum, 60% des investissements futurs de Chesapeake et EnerVest liés à la réalisation de nouveaux puits dans le cadre de cet accord.

La société commune couvre un périmètre de 619 000 acres nettes (soit environ 2 500 km²), dont 542 000 acres nettes apportées par Chesapeake et 77 000 acres nettes apportées par EnerVest. Total fera l’acquisition de 25% de chacun de ces actifs en des termes identiques, lui procurant une superficie nette totale de 155 000 acres. Chesapeake sera l’opérateur dans le cadre de cette société commune.

Par ailleurs, Total prendra également une participation de 25% dans tout nouveau domaine dont Chesapeake fera l’acquisition dans la zone concernée par l’accord.

Selon Total, "à ce jour, 13 puits ont été forés sur ce périmètre, avec des résultats très prometteurs pour chaque puits tant en terme de productivité que de teneur en condensats." La nouvelle société prévoit d’accélérer les opérations de forage au cours des trois prochaines années, avec le déploiement de 25 forages d’ici à 2014, afin de procéder à l’évaluation puis au développement de la zone. La production en quote part Total devrait atteindre 100 000 barils équivalents pétrole par jour d’ici la fin de la décennie.

Enfin, Total, Chesapeake et EnerVest sont convenus de collaborer pour la construction des installations nécessaires à l’exportation de la production.


Partagez l'article

 



                

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    5 Commentaires sur "Total : participation stratégique dans le gaz de schiste aux USA"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Teredral
    Invité

    Tout comme l’Allemagne qui ne veut plus de nucléaire sur son territoire accepte volontiers l’électricité nucléaire venue d’ailleurs, la France qui ne veut pas d’exploitation (ni même d’exploration) de gaz de schiste sur son territoire accepte volontiers de l’exploiter ailleurs.

    moise44
    Invité
    En france, Total est interdit d’exploiter les techniques de forage américaines par le gouvernement, mais la société a fermement démo,ntré qu’elle est prête a le faire puisqu’elle a fait des test. Non concluant pour le gouvernement. Il est vrai que le film Gasland a bien effrayé les populations et a juste titres avec la technique de fracturation hydraulique. Mais pour rappel, Total ne représente pas notre pays, Total fait des affaires en grande partie a l’étranger !C’est même la plus grande partie de son chiffre d’affaire. Par ailleurs, sans doute après EDF EN, c’est un gros investisseur dans le solaire… Lire plus »
    redsky
    Invité

    Je sais pas ou tout çela va mener. De toutes façons c’est peine perdu, l’être humain agis de façon incohérente, aveuglé par sa course au profit à court terme. Je perd espoir..

    Bonnita
    Invité

    Ils font quoi les américains pour protéger leurs réserves aquifères ? J’imagine que pour eux c’est secondaire tant qu’ils peuvent avoir du gaz ou du pétrole moins cher…

    Pastilleverte
    Invité

    la bonne solution ne serait-elle pas de chercher (et de trouver !) des techniques d’exploitation des hydrocarbures non conventionnels (beaucoup) moins polluantes et plus économes en eau que la technique actuelle ? soyons optimiste et pensons très fort qur Total ou un autre opérateur va bien finit par la trouver cette solution, sachant qu’aucun, repeat aucune production d’énergie n’est totalement neutre en « impacts environnementaux », c’est à dire sur l’air, l’eau, les sols, le bruit, l’utilisation de ressources naturelles et les déchéts.

    wpDiscuz