Trois propositions pour sortir la France du tout gazole

C’est un sujet qui revient régulièrement dans l’actualité : comment sortir la France du tout gazole ? Voici quelques propositions concrètes, pour l’essentiel centrées autour de la fiscalité.

A l’heure où la fiscalité écologique gagne du terrain ici et là, il reste une mesure à mettre en place de toute urgence en France : le rééquilibrage fiscal entre l’essence et le gazole.

Même le patron de TOTAL le dit désormais ouvertement : « en France, réajuster la fiscalité des carburants permettrait de réduire nos importations en gazole et contribuerait à écouler nos surcapacités en essence rendues de plus en plus difficiles à exporter ».

Et bien espérons que A. Montebourg, le très médiatique ministre du redressement productif, n’aura pas laissé échapper ces belles paroles. Car si l’essence ne constitue pas l’avenir énergétique de la France, pour l’heure, mieux vaut consommer de l’essence plutôt que du gazole pour favoriser la balance commerciale française (ainsi que les caisses de l’Etat) !

1ère mesure : Réajuster d’ici à 2017, la fiscalité entre l’essence et le gazole. Pourquoi d’ici à 2017 seulement ? Parce que sur un sujet aussi sensible que celui-là, il est illusoire d’espérer mieux de la part des décideurs. Et puis les industriels ne manqueront pas de redire à juste titre que pour adapter l’outil de production et ajuster leur stratégie, ils ont besoin de temps.

Gelée temporairement jusqu’au 30 novembre 2012, la TICPE (ex-TIPP) du gazole vaut aujourd’hui 0,40 €/L contre 0,58 €/L pour le SP95.

Une sage décision serait donc d’annoncer d’ici la fin de cette année, une augmentation à venir de la TICPE de 2 c€/L et par an pour le gazole contre une diminution de 3 c€/L et par an pour le SP95. Une mesure de justice sociale puisque désormais, les plus gros consommateurs d’essence sont les propriétaires de petites citadines ou de voitures anciennes. Quant aux propriétaires de véhicules hybrides à essence, leur choix citoyen mérite bien d’être récompensé par un petit geste de la part du législateur.

2ème mesure : en finir avec cette absurdité qui consiste à limiter la récupération de la TVA pour les professionnels, uniquement sur le gazole. Compte tenu de la part croissante des véhicules de société dans le parc roulant (taux de renouvellement 3 fois supérieur en moyenne à celui des véhicules particuliers), les motorisations Diesel ont littéralement envahi le marché de l’occasion. A tel point qu’il est désormais quasiment impossible d’acquérir certains véhicules autrement qu’en version Diesel sur le marché de l’occasion.

3ème mesure : durcir la taxe CO2 appliquée à la carte grise des véhicules émettant plus de 200 g. CO2/km et dont la date de 1ère mise en circulation est postérieure au 1er juillet 2004. Dans les faits, ces véhicules sont très majoritairement des véhicules Diesel haut de gamme, qui échappent au malus lors de leur revente sur le marché de l’occasion. Cette taxe qui vaut aujourd’hui 2€/g. CO2 au delà de 200g./km et 4€/g. CO2 au dela de 250 g./km pourrait être légitimement doublée en cohérence avec le durcissement à venir du malus écologique applicable aux véhicules neufs.

Il y aurait sans doute beaucoup d’autres propositions pertinentes à faire remonter à nos parlementaires sur un sujet comme celui-ci. Celles qui figurent ci-dessus constituent déjà un début de réponse à la hauteur de l’enjeu. Alors pour celles et ceux qui ont l’opportunité de croiser très prochainement le/la député(e) de leur circonscription, n’oubliez pas de lui en toucher un mot…

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "Trois propositions pour sortir la France du tout gazole"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Cb
Invité

J’ai versé une petite larme en voyant que Total avait du mal a écouler ses ‘surproductions’ d’essence… sachant les bénéfices de Total déja monstrueux et ne payant pas d’impots ! Partant du principe que le petit probleme de Total n’a pas a etre financé par les consommateurs, je trouve les 3 mesures completement abérantes.

boris d
Invité

Et pourquoi Total ne paye pas d’impôts en France? C’est peut-être que raffiner le pétrole dans notre pays n’est pas ou peu rentable. Pour Total ou d’autres pétroliers aussi bien. Et le raffinage des carburants qui produit la même quantité de gazole que d’essence ne peut correspondre avec la demande française qui est “tout gazole”.

Njknb
Invité
La question n’est pas de savoir qui va financer le “problème de Total”, mais de réduire nos consommations, et d’arrêter de polluer nos ville. Les émissions de particules dangereuses pour la santé sont largement supérieures pour le diesel que pour l’essence, et pourtant on le subventionne, à une époque où l’Etat manque de sous ! C’est complètement absurde, et ces propositions sont donc tout à fait pertinentes (à part peut être le fait de baisser un peu la taxe sur l’essence, je pense qu’il faudrait tout augmenter si on veut voir se changer nos petites habitudes et se développer d’autres… Lire plus »
ecoenergie
Invité

Le commentaire de Njknb me parait touta fait adapté a la situation. Le nombre de morts ou de vies raccourcies par les poisons que sont les particules ou les NOx est considerable

climax1891
Invité

En 2000, sur 90 millions de tonnes de pétrole consommées en France, la voiture (transport individuels) représentait 24,86 millions de TEP. Sur le reste (chauffage, transport des marchandises, plastiques…), on peut faire de grosses économies en utilisant des technologies qui sont connues depuis des décennies.

aphi
Invité
@ Climax 1891 : certes “La voiture utilise moins de 30% du pétrole” … car le tableau ne précise pas le pétrole total consommé (avec plasturgie et chauffage). Je me permets donc d’ajouter une autre assertion, tout aussi correcte : “La voiture utilise plus de 75% du pétrole utilisé pour les transports” … C’est donc loin d’être négligeable, et il est évident qu’un déséquilibre aussi marqué ne peut pas étre bénéfique dans la mesure ou le ratio essence-gazole résulte au final d’une réalité chimique. Et quand bien méme cela ne représente “que” 25% du pétrole total, n’allons pas pour autant… Lire plus »
climax1891
Invité

– La voiture consomme 46% du pétrole utilisé pour les transports (en 2000) Voitures : 24,86 millions de TEP Total du pétrole utilisé pour les transports : 54,14 millions de TEP – Au total, la France a consommé 90 millionsde TEP en 2000. On peut constater que le pétrole utilisé dans l’industrie, le résidentiel-tertiaire, les utilitaires et la chimie représentait environ 55 millions de TEP.

Pastilleverte
Invité

on ne va pleurer dessus c’est vrai, mais la surptoduction au raffinage d’essence sur le territoire français versus le gazole qu’il faut importer est un vrai problème. certes YAKA changer les raffineries… mais ça ne se fait pas comme ça ! (Total ne le fera surement pas, c’est trop coûteux… on ne rit pas).

aphi
Invité

Merci pour la precision, j’avais effectivement inclu le routier marchandise.

Maci
Invité

Enfin une proposition intéressante, mais je doute qu’elle soit un jour appliquée en raison du lobying de peugeot et renault qui ne manqueront pas de venir souligner que tout arrêt du soutiens à la “filière diesel” risquerait d’entrainer des licenciements …

jmdesp
Invité

Si Total ne paye pas d’impot en France, c’est parcequ’il explique chaque année à l’état français que son taux d’imposition au niveau mondial est déjà supérieur au taux français, et donc il ne reste plus rien à payer. Il faut se donner la peine un jour de lire le rapport financier des commissaire aux comptes de Total, c’est dedans.

jmdesp
Invité

Ca date un peu cette info de 2002, non ? Si on regarde quelquechose de plus récent, il est intéressant de noter une baisse sensible de la consommation depuis 2008 :

jmdesp
Invité

Comment cela “YAKA changer les raffineries” ? Comme marqué un peu plus haut “le ratio essence-gazole résulte au final d’une réalité chimique” ! La raffinerie peut en fait orienter le résultat de la distillation vers le gazoil à hauteur d’environ 1%, mais pas plus.

Sicetaitsimple
Invité

Je ne vais pas pleurer sur Total, ce n’est d’ailleurs pas l’objet… Je ne vais pas non plus chercher la part du véhicule individuel dans la consommation de produits pétroliers en France. Par contre, ce qui est certain, c’est qu’une tonne de brut qui entre dans une raffinerie produit x% d’essence et y% de gazole, plus d’autres produits (x+y

fredo
Invité

le succes du diesel ne tient pas seulement à la moindre TIPP sur le gas oil. Il tient aussi au très bon rendement des diesel modernes. Pour un même véhicule, la consommation est bien moindre en diesel qu’en essence

Sicetaitsimple
Invité

Vous avez raison, le disel consomme moins que l’essence. Donc à fiscalité égale, il reste un avantage (pour le diesel). Commencons donc déjà par mettre une TIPP par litre égale sur l’essence et le gazole, c’est un premier pas.

Sicetaitsimple
Invité

Des statistiques de 2000 ou 2002 sont peut-être un peu vieilles compte-tenu du sujet (diesel vs essence dans le mix transport individuel), non?

gaga42
Invité

C’est vrai pour la conso au niveau du véhicule, 2 bémols toutefois: 1: le raffinage et la combustion d’un litre de diesel emet plus de CO2 qu’un litre d’essence 2: “il semblerait” (d’après des motoristes que je fréquente) que le potentiel de progrès de l’essence soit plus important que celui du diesel, largement développé ces dernières années, et aussi désavantagé par les systèmes de dépollution en cours de déploiement. D’ailleurs les japonais entre autres ont déjà pris une longueur d’avance (il y a de très fortes restrictions du diesel au japon). Nos constructeurs vont-ils encore avoir tout faux?

climax1891
Invité

Je n’ai pas trouvé de chiffres plus récents donnant la répartition de la consommation de pétrole entre les camions, les voitures… Ce qui compte, ce sont les ordres de grandeurs.

gp
Invité
Les moteurs Diesel consomment moins C indiscutables (jusqu’à 40% de moins à agrément de conduite équivalent sur certaines grosses berlines allemandes!). Surtout sous le capot de véhicules aussi lourds que ceux qui ont envahi nos routes depuis 15 ans. Dans ces véhicules, les moteurs Diesel offrent de surcroit un agrément de conduite très > à celui des essences, même de fortes puissances. Mais cela ne justifie en rien le fait de moins taxer le gazole. Au contraire : – 1 litre de gazole contient 10% d’énergie en plus / à 1L de SP95-E10. – La combustion d’un litre de GO… Lire plus »
Titi75
Invité
Il faut comprendre plusieurs choses : – les compagnies pétrolières gagnent beaucoup d’argent avec la production de pétrole mais pas avec le raffinage où les marges sont très faibles. – l’industrie du raffinage en France souffre énormément du déséquilibre de consommation essence/gasoil. Cela a entraîné de nombreuses fermetures de raffineries et des milliers de suppressions d’emplois dans ce secteur. – la ristourne fiscale sur la TIPP gazole coûte 10 milliards par an à l’Etat. Sans parler du bonus écolo (!) qui coûte très cher et favorise encore plus le Diesel. Bref, aujourd’hui l’Etat cède encore au lobby du Diesel (PSA… Lire plus »
wpDiscuz