Tunnel du Niagara : de l’énergie renouvelable pour le siècle à venir

En Mars 2013, après huit années de travail acharné, le plus grand projet hydroélectrique en Ontario (Canada) de ces 50 dernières années a enfin vu le jour.

Ce nouveau tunnel long de 10km amène des litres et des litres d’eau supplémentaires du fleuve Niagara jusqu’à la centrale électrique Sir Adam Beck. Propulsée par l’effet de la gravité, l’eau avance dans ce tunnel à un débit de 500 m3 par seconde, de quoi remplir une piscine olympique en une poignée de secondes.

La finalisation de ce projet fait la fierté de la région du Niagara et de ses habitants. A tout juste deux heures de Toronto, Niagara offre et conjugue le meilleur de la vie citadine et la tranquillité de la vie rurale. Cette fierté de « posséder » la plus grande centrale électrique en énergie renouvelable vient renforcer un ensemble d’atouts qui fait de Niagara un endroit particulièrement intéressant. La ville est ainsi passée d’une économie basée sur l’industrie à une économie basée sur la connaissance et l’entrepreneuriat.

La centrale électrique Sir Adam Beck fournit près de 8% de l’électricité de l’ensemble de la province. Le tunnel va ainsi fournir près de 1,6 milliards de kWh supplémentaire d’énergie hydroélectrique renouvelable, soit assez d’énergie pour couvrir une population de 400.000 habitants ou 160 000 foyers (suffisant donc pour alimenter des villes comme Edimbourg ou Dresde par exemple). L’Ontario compte à ce jour 200 centrales hydroélectriques, soit une capacité installée de 8.000 megawatts, de quoi fournir plus de 3 millions de foyers.

L’Ontario est devenue en quelques années une plaque tournante mondiale des solutions innovantes dédiées aux technologies propres. Le projet du Tunnel du Niagara, qui a coûté 1,6 milliard de dollars (soit 1,1 milliard d’euros), fait partie du plan énergie de la province qui vise à produire et utiliser à long-terme des sources propres et renouvelables d’énergies : éolien, hydraulique, solaire, biomasse, biogaz… Aujourd’hui, plus de 80% de l’électricité produite en Ontario provient d’une source propre, et d’ici la fin de l’année, l’Ontario fermera définitivement ses deux dernières centrales à charbon, un an avant la date prévue.

Mais la production d’électricité ne fait pas tout. La province a réalisé un investissement d’1 milliard de dollars (soit 73 millions d’euros) pour bâtir 4,7 millions de compteurs intelligents, l’un des plus grands smart grids installés en Amérique du Nord, et vient tout juste de lancer un investissement de 2 milliards de dollars (soit 1,4 milliard d’euros) pour améliorer son infrastructure smart grid.

A l’instar de la stratégie énergétique à long-terme de la province, le projet du Tunnel du Niagara est d’une grande ambition : sur l’aspect structurel, sur l’aspect technique. Le but ultime étant de convertir l’eau en énergie à une grande échelle. En effet, on attend de cet ouvrage qu’il puisse fournir les habitants de la province en énergie propre pendant plus de 100 ans, poursuivant ainsi l’histoire déjà centenaire des chutes du Niagara comme fournisseur d’énergie électrique de l’Ontario.

Ce projet est aussi un défi technique. Le tunnel est en effet le tunnel le plus large au monde avec 14m de diamètre, soit le double du tunnel sous la Manche. Et pour creuser ce tunnel, il fallait la meilleure foreuse. Une fois assemblée, Big Becky, surnom donné par les enfants de la région, d’un poids de 4 000 tonnes et mesurant 150m de long et 14,4m de large, fait la taille de 4 étages d’un immeuble. Big Becky a dû abattre et broyer plus de 1,7 million m3 de roche, assez pour remplir 100 000 camions bennes. Ses 85 disques pouvaient couper jusqu’à 2,5m de roche par heure.

En plus des emplois créés, la région a pu bénéficier de retombées estimées à près d’1 milliard de dollars pendant le temps des travaux, et à son pic près de 600 personnes étaient directement liés au projet. De nombreux défis ont parsemé le parcours de ce projet. La machine et les hommes ont subit des conditions extrêmes : la pression in situ, les eaux souterraines, la roche, les pentes escarpées… Démarré en septembre 2006, Big Becky a atteint la fin du tunnel en mai 2011. Il était alors temps de passer à la phase II du projet, à savoir l’installation de la membrane imperméable et des 400 000 m3 de revêtement.

Avec la mise en production du Tunnel du Niagara, l’Ontario se rapproche de son objectif de production de 9 000 megawatts d’énergie hydroélectrique d’ici 2018 et a réussi à créer une source fiable, propre et renouvelable d’énergie pour ses habitants. Un fait significatif qui permettra de fournir une énergie propre pour le siècle à venir.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Tunnel du Niagara : de l’énergie renouvelable pour le siècle à venir"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
gaga42
Invité

– Quid des chutes du Niagara, sachant que les américains “tiraient” déjà pas mal dessus? – Du coup, où ces mêmes américains iront-ils en voyage de noce? Du métrologue: – Est-ce que l’unité favorite d’enerzine, à savoir le “de quoi fournir plus de X millions de foyers”, est la même en Ontario et en France? – Enfin, j’emets des doute sur la conversion du “des litres et des litres d’eau” en “500 m3 par seconde” Bonne journée.

Sirius
Invité

A -t-on pris en compte les incidences environnementales ? Vie aquatique ,qualité des eaux etc ?Le gigantisme ne va pas sans conséquences.

Pas naif
Invité
et 10 000 de long, ça fait 1 million de m3 de roches broyées réparties Dieu sait où. Rien que les 35 tonnes de noyaux fissiles contenus dedans génèrent 150 GBq de radioactivité alpha, la pire. Et tout le monde nage là dedans sans protection: 150 000 000 000 Bq !! Quand à Fukushima on trouve 1m3 d’eau à 3000 Bq soit 3 000 000 de Bq ça fait le tour du monde journalistique alors que ce ne sont que des émissions Béta, considérées par les normes de protection comme 20 fois moins dangereuses que les alpha. C’est ça qu’on… Lire plus »
Herve
Invité

La différence avec d’autres formes d’ENR… c’est que la quand ils vont appuyer sur le bouton, ça va cracher des GW et ce de manière quasi certaine… Ce qui fait qu’on peut tolérer quelques inconvenients…

Stephsea
Invité
Les pharaons et leurs pyramides sont enfin égalés, ou dépassés, à valeur constante s’entend. Voilà l’impression que je retire de cette prouesse technologique. Quand une communauté ou collectivité est décidée, elle est capable demobilisé des moyens et des volontés surhumaines, car le creusement réussi d’un tunnel de 14m de diamètre avec de telles pressions et débits, c’est surhumain. Et c’est surhumain sans être potentiellement anti-humain, comme le sont les prouesses technologiques autour de l’énergie nucléaire fissile. Tout cet ouvrage peut en effet casser ou se révéler impropre à l’usage, être donc décevant, un échec plus ou moins grave sans être… Lire plus »
Luis
Invité

¤ Un pays bien habitué à construire de longues galeries entre un lac réservoir et une centrale hydroélectrique, c’est la Norvège. Certains disent que ce pays pourrait être la “batterie bleue” de l’Europe. A titre d’exemple, le lac de Blåsjø (“la mer bleue”, en norvégien), perché à un kilomètre au dessus du niveau de l’océan, est le premier d’une série de 6 lacs en cascade d’un volume total de 8 TWh, le plus important réservoir hydroélectrique d’Europe. A répartir entre les principaux pays intéressés. Comme les STEP marines en projet en Irlande.

Luis
Invité

¤ Dans un petit pays d’Afrique, le Lesotho (au sud), les chinois investissent 11 Md€ pour un ensemble de 6.000 MW d’éolien assisté par 4.000 MW de STEP. Une affaire rentable pour ce petit pays qui va vendre une partie de sa production au pays dans lequel il est enclavé, au tarif fort des heures de pointe de préférence.

Momo1
Invité
Bonjour , j’ignore si ” pas naif ” est un pronuke ou non , c’est strictement son droit , mais votre remarque sur le tunnel sous la manche vs le tunnel ” niagara ” n’est pas tres bon , le 1er ayant ete creuse ds des sediments calcaires , donc non radioactifs , l’autre ( comme ceux creuses sous les Alpes d’ailleurs ) ds du granit …tout a fait radioactif , lui , que cela vous plaise ou non ! Ce monsieur enonce donc des faits EXACTS , vous n’avez pas a vous en moquer ! En faisant cela vous… Lire plus »
Dan1
Invité
A Momo1 Je salue d’abord Momo1 qui revient de temps en temps sur Enerzine, parfois pour nous éclairer sur ce qui se passe sur la “partie émergente” de la planète dont les problématiques et les attentes des quelques milliards d’habitants sont très légèrement différentes des notres. Pour revenir à la radioactivité diffuse, il faut effectivement être factuel et non dogmatique car elle se niche souvent là où on ne l’attend pas. Nous avons déjà largement parlé et voici quelques références : Ainsi la société SPARTON avait évalué qu’il était possible d’extraire 2 085 tonnes d’oxyde d’uranium (U3O8) des 5,3 millions… Lire plus »
yp
Invité
il y a déja énormément de pollution radioactive dans le monde donc on devrait pas s’en faire d’en produire encore plus? C’est ça votre argument choc pour défendre le nucléaire? Quels intérêt trouvez-vous à persister dans cette voie nauséabonde ça me dépasse, avez-vous des intérêts économiques dans le secteur? Le monde entier veut se passer du nucléaire civil, comme il souhaite se passer du nucléaire militaire, tous autant que nous sommes nous comprennons bien le danger de cette source d’électricité. il y a des alternatives, nous allons les déveloper et faire un monde plus sain et moins pollué. Alors arrêtez… Lire plus »
Dan1
Invité
A yp “Le monde entier veut se passer du nucléaire civil, comme il souhaite se passer du nucléaire militaire” Ah bon, qu’est-ce que vous en savez ? Les Chinois, les Russes, les Indiens, les Américains, sont prêt à se passer du nucléaire ? Vous êtes manifestement informé via des sources auxquelles je n’ai pas accès… ou alors vous pratiquez sans retenue la méthode Coué dont je rappelle le principe : “Cette méthode est une forme d’autosuggestion censée entraîner l’adhésion du sujet aux idées positives qu’il s’impose et ainsi un mieux-être psychologique ou physique.” A défaut de convaincre les foules (enfin… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Je ne pouvais réagir avant que “l’interpellé” en l’occurence Dan1 ne le fasse, mais j’aime bien effctivement le “se passer de ” de YP. Quand on est obèse, il est effectivement toujours facile d’aller expliquer à ceux qui voudraient avoir un peu à manger que c’est pas forcément bon pour eux… 2 Mds je crois d’individus qui n’ont pas accès à l’électricité. Ca ne veut pas dire et de loin que le nucléaire est la panacée, mais faudrait quand même être un tout petit peu modeste dans ses affirmations (“le monde entier veut se passer du nucléaire”).

Momo1
Invité
Cher Monsieur , enoncer tout betement que le granit , les cendres volantes de charbon et 1000 autres produits naturels sont NATURELLEMENT radioactifs ne fait pas de nous des pro-nukes acharnes et ” nauseabonds ” ! … les laves et cendres volcaniques , parfaitement NATURELLES , et produites par millions et milliards de tonnes par le sous-sol de notre brave planete ( et deversees en continu ds notre biosphere marine , terrestre ou atmospherique depuis une sacree floppee d’annees ) sont radioactives , que vous le vouliez ou non , et personne n’y peut rien …. la remarque de depart… Lire plus »
Claude b
Invité
La formation enforme de fer à cheval s’use rapitement causé par l’érosion. ” l’érosion de ces crêtes a causé le recul des chutes d’eau de quelques kilomètres. Juste en amont de l’endroit actuel des chutes, Goat Island divisa le courant de la rivière Niagara, ce qui eut pour conséquence de séparer le « Fer à Cheval » à l’ouest des chutes américaines et Bridal Veil à l’est. Bien que l’érosion et la récession des chutes aient été ralenties dernièrement grâce aux nouvelles technologies, les chutes vont sans doute reculer assez loin pour drainer la plupart du lac Érié, dont le… Lire plus »
wpDiscuz