UE : un rôle pour les certificats d’économies d’énergie

Alors que la Commission européenne vient de présenter le 22 juin dernier une proposition de directive sur l’efficacité énergétique, l’entreprise CertiNergy** s’est dit réjouit que le modèle des certificats d’économies d’énergie (CEE) ait été retenu comme l’un des outils clé pour permettre d’atteindre les objectifs Européen d’économies d’énergie.

Une reconnaissance communautaire des mécanismes des CEE

« Cette proposition de directive est une véritable reconnaissance des CEE. Elle démontre l’efficacité d’un dispositif innovant, qui, en permettant de mesurer et chiffrer les économies d’énergie, leur donne une valeur » explique Frédéric Utzmann, président de CertiNergy. En présentant cette directive, le commissaire européen à l’énergie Günther Oettinger a notamment reconnu que les certificats d’économies d’énergie avaient « fait leurs preuves ».

La France fait partie des pays pionniers puisqu’elle s’est dotée depuis 2006 du dispositif des CEE. Il s’agit d’un outil d’une "efficacité redoutable" pour inciter l’ensemble des acteurs économiques à la maîtrise de l’énergie, sans pour autant peser sur les finances publiques.

« La Commission européenne dresse un constat d’insuffisance des dispositifs classiques face aux objectifs d’efficacité énergétique qu’elle s’était fixés, et confirme que la transposition du dispositif des CEE dans le droit communautaire permettrait d’impulser des actions efficaces d’économies d’énergie », ajoute Frédéric Utzmann.

En effet, si l’Union européenne continue au rythme actuel, elle ne réalisera au mieux que 9% d’efficacité énergétique d’ici 2020 alors qu’elle s’est fixée un objectif de 20%. La Commission a d’ailleurs calculé que les CEE pourraient délivrer 6,4%, soit plus de la moitié des 11% d’économies d’énergie encore nécessaires pour atteindre son objectif.

Un projet de directive assoupli en dernière minute à la surprise générale

« L’obligation d’économiser 1,5 % par an des volumes de vente est très ambitieux. Ce serait une rupture dans l’histoire de la consommation énergétique européenne » a précisé Frédéric Utzmann. Les obligations sur les fournisseurs d’énergie étaient déjà présentes dans le Plan pour l’efficacité énergétique du 8 mars 2011, et renforcées dans le projet de directive jusqu’au 21 juin au soir.

Cependant, à la surprise générale, le texte final de la directive a été modifié dans la nuit. « Il est clair que les angles ont été arrondis notamment sous la pression des énergéticiens allemands, mais tout reste à jouer au Parlement ! », a conclu Frédéric Utzmann.

** première entreprise conseil dans le dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE)

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz