Enerzine

Un cerf-volant sous-marin pour produire de l’énergie

Partagez l'article

La société SeaKinetics a développé un générateur d’énergie breveté qui fonctionne grâce au concours des marées et des courants marins. Baptisé "hydroWing", le dispositif est amarré et immergé à des profondeurs variables pouvant descendre jusqu’à 150 mètres.

L’HydroWing ressemble un peu à un cerf-volant biplan attaché par un câble d’amarrage à environ 25 mètres de profondeur bien en deçà de l’action des vagues (et des navires), mais bien au-dessus des courants d’eau qui se déplacent lentement à proximité des fonds marins.

Des turbines axiales couvrant toute la largeur sont placées entre les ailes (ou hydroptères) et tournent autour de leur axe. L’HydroWing est équipé de la technologie VaSaF (Variable Angle Slotted Augmentation Flaps) qui permet de fournir la portance nécessaire pour maintenir l’engin à son maximum d’exploitation.

Les principaux avantages du concept "HydroWing" sont présentés ci-dessous :

. Le dispostif est submergé à une profondeur assez importante afin de pouvoir obtenir une quantité optimale d’énergie.
. L’HydroWing est déployable sur presque tous les sites en raison de sa capacité à opérer dans les eaux profondes.
. Comme le système est submergé, les appareils sont sécurisés contre les tempêtes, la force des vagues et même les débris.
. A une profondeur de fonctionnement de plus de 30 mètres au-dessous du niveau des mers, le générateur HydroWing ne présente aucun obstacle ou danger potentiel pour la navigation.
. La technologie "hydroptère" offre un moyen efficace d’atteindre le niveau de profondeur désiré permettant ainsi aux turbines de fonctionner dans une position optimale face au passage du courant.

Un cerf-volant sous-marin pour produire de l'énergie

Un programme en cours a pour objectif de construire 25 engins HydroWing capables de produire 1,3 MW sur le site de test (EMEC) en Ecosse. Cela implique une série d’essais en bassin afin d’optimiser la conception.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    9 Commentaires sur "Un cerf-volant sous-marin pour produire de l’énergie"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    richelieu
    Invité

    les génératrices seront placé la ou le courant est plus important sur le papier c’est pas bête

    Terremerair
    Invité
    Problème : Tous les obstacles qu’on met dans un courant ont pour effet de le freiner et de le détourner. La multiplication des hydroliennes ne risque t’elle pas à terme de ralentir les courants marins? Et donc de perturber gravement l’écosystème océanique?   A la différence du vent, dont une composante thermique est réellement renouvelable, (vous pouvez prélever tout le flux lié au vent thermique que vous voudrez, il se recréera  ailleurs), le courant est un flux qui n’est pas à flux constant. On le voit pour le Gulf Stream ou pour El Nino. Comment s’assurer de l’innocuité pour le milieu… Lire plus »
    Samivel51
    Invité

    Dormez tranquille! Avant qu’on installe suffisemment d’hyroliennes pour que l’impact sur les courants soit non négligeable, il va en couler de l’eau sous les ponts et à travers la Manche! D’autant que ces courants ne sont pas des flux finis, contrairement à ce que vous dites. Comme pour le vent, ces courants sont une énergie solaire indirecte: les courants compensent la différence de température et de salinité entre les eaux polaires et tropicales. Or tant que le soleil brillera sur les tropiques, ses différences seront régénérées.

    Jhgrenoblois
    Invité

    Quid des chaluts, lignes de fond et autres sous-marins militaires déjà incapables d’éviter un simple chalutier ???

    michel123
    Invité

    Il faudrait effectivement beaucoup d’hyroliennes pour perturber les grands courants oceaniques, cependant au contraire des vagues qui se reforment  et dont les ponctions ne perturberaient en rien le climat , un ralentissement conséquent du gulf stream pourrait perturber tout le climat tempéré de l’europe oceanique en hiver avec des conséquences difficiles à chiffrer sur les températures et la méteorologie .

    fredo
    Invité

    systeme ingénieux mais vulnerable; Avant de perturber les courants…

    marcarmand
    Invité

    On pourrait utiliser cette invention pour exploiter les courants de marée, par exemple dans la Manche. Ce serait une variante de l’usine marémotrice de la Rance, mais en plus économique, et avec moins d’impact sur l’écosystème

    irisyak
    Invité

    Il y a de quoi rêver .. bien sûr! Seulement il y a des tas de choses qui circulent dans la mer et qui « flottent » dans le courant. Le système va vite s’étouffer et il faudra le nettoyer à prix d’or! Pas rentable!

    Cerf-volant
    Invité

    Bonjour, Si vous êtes intérressés par les applications écologique du cerf-volant rendez-vous sur le site web du cerf-volant et du kite >> vous y retrouverez plein d’infos sur le cerf-volant et le vent 😉

    wpDiscuz