Enerzine

Un concept de « Maison Productive » à Montréal

Partagez l'article

Située à quelques minutes du centre-ville de Montréal, la Maison Productive est un projet d’immeuble en copropriété qui offre au citadin un style de vie écologique dans un décor des plus esthétique.

En plus d’utiliser de manière intelligente des énergies de remplacement et des mesures qui visent à économiser l’eau, le bâtiment comprend des espaces de jardinage, des espaces ensoleillés et des aires communes conviviales qui améliorent la qualité de vie.

La Maison Productive vise à obtenir le niveau de certification le plus élevé de la norme Leadership in Energy and Environmental Design (LEED), la norme nord-américaine la plus reconnue en matière de bâtiment écologique.

  • Chauffage par rayonnement géothermique de plancher.
  • Panneaux solaires (capteurs solaires avec convecteurs, etc.).
  • Conception solaire passive grâce à l’orientation globale du bâtiment.
  • Matériaux à forte valeur de résistance thermique et fenêtrage à faible coefficient de transmission de chaleur.
  • Éclairage et électroménagers à haut rendement énergétique (appareils Energy Star, Éclairage DEL, etc.).

La Maison Productive respecte la norme Zero Emissions Development (ZED), une norme encore plus sévère et holistique en matière de bâtiment écologique qui a été élaborée au Royaume-Uni (pour plus d’informations, visitez : www.zedfactory.com).

Un concept de "Maison Productive" à Montréal

Selon cette norme, les activités qui suivent contribuent environ à part égale à la consommation énergétique domestique par personne (empreinte écologique individuelle et émissions de gaz à effet de serre) :

1. Construction et activités relatives au logement;
2. Agriculture (industrielle) et transport de nourriture sur de longues distances;
3. Voitures personnelles.

Ces trois éléments ont été prévus au moment de concevoir la Maison Productive afin que des réductions considérables soient possibles dans toutes les unités du logement, et ce, sans limiter la qualité de vie des habitants.

Un concept de "Maison Productive" à Montréal

La Maison Productive porte également une attention particulière à la production alimentaire et à l’introduction d’espaces destinés à des activités sociales et économiques se rapportant à l’alimentation : cuisines privées de pointe, boulangerie artisanale et espaces de jardinage à l’année longue.

Des innovations en matière de filtrage et de recyclage des eaux grises ont été apportées. La Maison Productive recueille et filtre les eaux grises domestiques provenant des douches et des éviers, et les réutilise pour la chasse d’eau des toilettes et pour l’irrigation du jardin. Cette initiative, combinée à l’utilisation d’électroménagers et d’appareils sanitaires à faible débit, vise à réduire le gaspillage d’eau de 50 %. Cela diminue la pression sur une infrastructure municipale déjà surchargée et minimise le gaspillage d’eau potable.

Un concept de "Maison Productive" à Montréal Orientés vers le sud, les logements sont chauffés grâce à une combinaison d’énergie solaire et de chauffage par rayonnement géothermique. Un système de granulés de bois récupérés (« neutre en carbone** ») ou d’hydro-électricité, offre également une chaleur supplémentaire. L’eau est chauffée grâce à de l’énergie solaire captée par les panneaux installés sur le toit. Tous ces éléments entraîneront une réduction estimative des coûts de chauffage de 60 à 80 %.

La Maison Productive ne gaspille aucune chaleur. Elle dirige la chaleur provenant des unités de logement et de la boulangerie vers une serre sur le toit. Grâce à l’utilisation novatrice des couvertures saisonnières et temporaires, la Maison Productive offre plusieurs solutions pour prolonger la saison de jardinage, permettant des récoltes été comme hiver. La latitude de Montréal située relativement au sud et le grand nombre de journées ensoleillées à cet endroit rendent cela possible. Des mesures sont également prises pour capter la chaleur et protéger les aires de jardinage contre les baisses de température extrêmes.

** L’expression « neutre en carbone » signifie simplement que nous agissons sur le cycle de la biomasse pour faire en sorte que le CO2 qu’elle a capté durant sa vie soit libéré par consumation. Ce carbone serait autrement émis dans l’atmosphère par décomposition naturelle. Les fours à granulés de bois et les fours à bois de boulangerie modernes garantissent des émissions propres


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz