Enerzine

Un forage géothermique d’une ampleur exceptionnelle en Île-de-France

Partagez l'article

Le forage géothermique qui alimentera à partir de 2015, le réseau de chaleur des villes d’Arcueil et de Gentilly (Hauts-de-Seine), soit 10.000 équivalents logements sur les deux communes a reçu mardi la visite de partenaires** du projet, dont le CRIF, et l’ADEME.

Le démarrage du forage représente en effet une des actions les plus emblématiques des étapes de construction du réseau de chaleur d’Arcueil Gentilly, baptisé ARGEO.

La foreuse de 40 mètres de haut installée en pleine zone urbaine dense (en bordure de l’autoroute A6) allie performances techniques et acoustiques. Elle va réaliser, jusqu’en février 2014, deux forages successifs à 1.600 mètres de profondeur qui permettront d’aller chercher l’eau naturellement chauffée du Dogger pour alimenter le réseau.

La couche géologique située entre 1.500 et 2.000 mètres de profondeur dans le sous-sol de l’Ile-de-France renferme une eau d’une température comprise entre 55 et 85°C.

Depuis le 22 novembre, date du démarrage du forage, 900 mètres sur les 1.600 mètres ont déjà été creusés. Opérations de haute technicité, les forages sont parfaitement maîtrisés et sécurisés : des études topographiques ont été réalisées en amont pour forer en toute connaissance ; des pré-forages et des opérations de tubages et de cimentations sont accomplies au fur et à mesure que les puits s’approfondissent, pour éviter tout risque d’effondrement et d’interactions avec les nappes traversées et garantir leur parfaite sûreté.

D’une puissance de 10 MW, la centrale géothermique, qui sera mise en service en 2015, fournira 60 % des besoins en énergie du réseau, évitant ainsi le rejet dans l’atmosphère de 14.600 tonnes de CO2 par an. Le recours majoritaire à cette énergie renouvelable (60 % géothermie et 40 % gaz) permettra aux usagers du réseau de chaleur de maîtriser leurs coûts de chauffage et de bénéficier d’un taux de TVA réduit de 5,5 %.

Un forage géothermique d'une ampleur exceptionnelle en Île-de-France

Long de 13 km et d’une puissance totale de 48 MW, le réseau de chaleur d’Arcueil Gentilly, baptisé ARGEO, alimentera en chauffage et en eau chaude sanitaire l’équivalent de 10.000 logements.

L’investissement global du projet s’élève à 32,2 millions d’euros ; le taux de subvention de l’ADEME et de la Région est de 23 %.

Première création ex-nihilo d’une centrale géothermique et d’un réseau associé depuis plus de 30 ans en Île-de-France, ce projet s’inscrit dans le programme d’aménagement et de renouvellement urbain en cours dans le quartier du Chaperon Vert commun aux deux villes.

Lors de cette visite, chacun a souligné le caractère emblématique de ce chantier pour le développement de la géothermie en Île-de-France : "véritable projet énergétique du territoire, attendu par les deux villes depuis longtemps et qui est rendu possible grâce à la forte implication des acteurs de l’intercommunalité, à l’appui du SIPPEREC, de l’AGEMO, au soutien financier de l’ADEME et la Région et de Cofely Réseaux, un partenaire engagé."

 

>>> Consulter également l’article associé sur enerzine.com

** Mme Corinne Rufet, Vice-Présidente du Conseil Régional d’Île-de-France (CRIF) chargée de l’environnement, de l’agriculture et de l’énergie, M. Bruno Lechevin, Président de l’ADEME, Mme Patricia Tordjman, Maire de Gentilly, M. Daniel Breuiller, Maire d’Arcueil, M. Jean-Jacques Bridey, Président d’AGEMO et député-maire de Fresnes, Mme Catherine Peyge, Présidente du SIPPEREC et M. Jérôme Tolot, Directeur Général Adjoint de GDF Suez.


Partagez l'article

 



             

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    9 Commentaires sur "Un forage géothermique d’une ampleur exceptionnelle en Île-de-France"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    jipebe29
    Invité

    Donc, si je comprends bien, la fracturation hydraulique est autorisée pour la géothermie profonde, mais interdite pour le gaz de schiste? Les incohérences irrationnelles de l’Etat perdurent….

    Temb
    Invité

    Il n’est pas question ici de fracturation hydraulique, vous n’avez strictement rien compris au débat en cours…

    Bob1
    Invité

    il s’agit d’un forage, ils ne vont pas rejeter des produits chimiques dans le sol étant donné que l’eau chaude pompée circule en circuit fermé (il y a un echangeur de chaleur au niveau de la station, d’apres ce que j’ai compris)

    Samivel51
    Invité

    Je pense qu’ils vont quand meme faire de la fracturation hydraulique (i.e. envoyer de l’eau, du sable et des produits chimiques sous pression) pour fracturer la roche avec que l’eau puisse y circuler et s’y rechauffer. Cela dit, a 1600m de profondeur, avant de polluer les nappes phreatiques, il faut se lever de bonne heure! Le seul risque serait une fuite dans la partie haute du forage, ce a quoi ils font particulierement attention d’apres l’article.

    Dan1
    Invité

    Parfois, il n’y a pas besoin de forer à 1 600 mètres et de fracturer pour avoir quelques désagréments : Bon, mais le soufflé finira bien par retomber !

    Sicetaitsimple
    Invité

    qu’il y ait fracturation car on pompe (et on réinjecte mon cher Chelya, ça circule…) dans un aquifère qui est si on veut prendre une image ( pardon d’avance aux puristes!) une grosse éponge.

    Arno
    Invité

    Arcueil et de Gentilly sont dans le Val de Marne et pas dans les Hauts de Seine

    Fab
    Invité

    A 2km de là et depuis une quarantaine d’année la centrale géothermique de Cachan fonctionne sans souci majeur… Les 2 forages (aspiration et retour) sont dans le même aquifère et effectivement les puits sont tubés rien à voir avec de la fracturation

    zelectron
    Invité

    10 ans de retard pour comprendre que le géothermique est la solution la plus économique qui soit et de loin!

    wpDiscuz