Un institut virtuel de recherche des tours solaires !

Un institut virtuel de recherche sur les tours solaires a été inauguré le 29 janvier 2008 à Cologne via la signature d’un accord de coopération entre quatre instituts allemands et une université belge.

La mission du nouvel institut consiste à développer de nouvelles méthodes de calcul pour réduire les incertitudes actuelles apparaissant dans la conception, les réglages et le fonctionnement des tours solaires. Ces méthodes et modèles doivent être validés via des tests effectués sur une tour solaire en cours de construction à Jülich.

Les recherches visent à accélérer la mise sur le marché de ces nouvelles technologies de production d’électricité solaire et à améliorer leur compétitivité. Robert Pitz-Paal, chef du département de recherche sur l’énergie solaire du DLR et porte parole du vICERP, déclarait en novembre 2007 : "Avec ce partenariat entre capacités de recherche complémentaires, nous offrons aux entreprises qui souhaitent se positionner sur le marché en rapide croissance des centrales solaires thermiques un des meilleurs centres de compétence et de développement au monde."

Sont impliqués dans le partenariat : le département de recherche sur l’énergie solaire de l’Institut de thermodynamique technique du centre Helmholtz de recherche aérospatial (DLR), l’Institut de recherche sur les turbines à gaz et à vapeur et l’Institut de recherche sur les techniques de régulation de l’Université technique d’Aix-la-Chapelle (RWTH), l’Institut Jülich d’énergie solaire de l’Ecole supérieure spécialisée (FH) d’Aix-la-Chapelle, ainsi que le groupe de travail OPTEC de l’Université catholique de Louvain (Belgique).

Le vICERP sera soutenu à hauteur de 900 000 euros par la société des centres de recherche Helmholtz, à laquelle appartient le DLR. Le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (NRW) investit également 900 000 euros afin d’encourager la participation d’entreprises locales à ce projet. Au total, les partenaires disposeront, sur les 5 prochaines années, d’un capital de 35 millions d’euros pour la recherche sur le solaire thermodynamique. Qui plus est, une école doctorale et des cursus communs se chargeront d’assurer la formation de jeunes scientifiques dans ce domaine.

Le solaire thermodynamique fait l’objet d’importants efforts de recherche et développement dans la région. L’entreprise Flagsol à Cologne développe des collecteurs solaires paraboliques. Comme mentionné plus tôt, une installation pilote de tour solaire existe déjà à Jülich. La technique des collecteurs de Fresnel est utilisée par l’entreprise MAN Solar Milenium à Essen.

Les centrales solaires thermodynamiques pourraient s’avérer en mesure de répondre à une grande part des besoins électriques dans des régions fortement ensoleillées, telles que l’Europe méridionale, l’Afrique du Nord, le Moyen-orient.

BE Allemagne numéro 370 (30/01/2008) – Ambassade de France en Allemagne / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/52852.htm

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Un institut virtuel de recherche des tours solaires !"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
bolton
Invité

Pour moi le solaire thermodynamique est la technologie la plus à même de remplacer les énergies non renouvelables.

Francois
Invité

Bonjour à tous, Pour en savoir plus sur les tours solaires à vortex atmosphérique, je vous invite à visiter: Cordialement, François MAUGIS

Senegalo solair
Invité

bonsoir je suis un technicien sénégalais qui méne ces activitées dans le solaire avec un diplome de technicien en solaire délivré par l état du sénégal, alors je veux des partenaires européens dans le domaine du solaire pour ouvrir des show room de materiéls solaire sur la petite cote de mbour au sénégal,

Haguenauer
Invité
Bonjour, A propos de ce document je tenais à vous faire savoir que nous sommes en train de terminer l’étude d’une Tour FAD (Flux d’Air Dirigé) dont le vortex nous permettra de créer environ 5 à 6 Mégawatts. Particularité de notre Tour au lieu d’utiliser plusieurs hectares ou km² de serres à sa base afin d’envoyer de l’air chaud dans la Tour nous utilisons des résistances électriques qui sont, soit alimentées par nos générateurs lorsqu’il n’y a aucune source électrique disponible, soit en utilisant 1, 5 Mégawatt à partir d’un réseau de préférence propre. Mais une Tour permet d’en alimenter… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

A haguenaueur: c’est de la cavalerie, votre truc…Vous avez une présentation un peu technique?

marcob12
Invité

Où en est ce projet ? Un lien quelconque avec votre commentaire ? Ce qui est gênant est que sur le site les contributeurs indiquent leurs qualités et titres. Celui que vous donnez est “inventeur d’un système éolien pour le cap-vert”. Certes, mais encore ?… Vous êtes inconnus sur le ouèbe.

Jean
Invité

Votre truc est du bla bla…………………..

wpDiscuz