Enerzine

Un mix électrique 100% renouvelable serait envisageable en France

Partagez l'article

La loi de transition énergétique pour la croissance verte adoptée en juillet 2015 fixe l’objectif de 40% d’électricité d’origine renouvelable à l’horizon 2030 en France, objectif qui devrait être atteint sans modification majeure des caractéristiques du système électrique.

Après 2030, les énergies renouvelables sont appelées à poursuivre leur développement au-delà de cet objectif permettant ainsi de concilier lutte contre le dérèglement climatique et croissance verte.

Afin d’éclairer les enjeux, opportunités et contraintes d’une part plus importante d’énergies renouvelables dans la production d’électricité, l’ADEME a réalisé une étude technique exploratoire testant différentes hypothèses de mix électrique très renouvelables et leurs conséquences sur le réseau.

Cette étude montre que plusieurs mix de production d’électricité, intégrant une part importante de sources renouvelables sont techniquement possibles et elle identifie les principaux déterminants permettant d’en maîtriser le coût. En jouant sur la consommation en premier lieu (maîtrise des quantités d’énergies consommées et de la pointe, outils de pilotage de la demande), sur la complémentarité entre les différentes énergies, sur la flexibilité permise par le réseau électrique et sur le développement de solutions de stockage, un mix électrique composé à 80% ou à 100% d’énergies renouvelables peut assurer l’équilibre offre-demande chaque heure de l’année.

Parmi les nombreuses variantes étudiées, certaines hypothèses apparaissent comme déterminantes, ce qui permet de mettre en avant différentes pistes de travail :

– La maîtrise de la demande d’électricité et des pics de consommation, notamment en hiver, indispensable pour maîtriser le coût du système électrique, quel que soit le mix visé ;

– La baisse du coût des technologies de production renouvelable, notamment pour les technologies les moins matures à ce jour, afin d’assurer un mix équilibré entre les différentes sources d’énergie renouvelable. Celle-ci est envisageable grâce au progrès technologique, mais également à des conditions de financement préférentielles pour les renouvelables.

– L’intégration des énergies dans les territoires, au travers de la concertation, de la planification, de la répartition de bénéfices économiques et financiers locaux.

– Le développement du stockage.

Cette étude est une première en France.

Bien qu’intégrant de nombreux paramètres, elle vise à tester certaines hypothèses et non à réaliser une étude de faisabilité complète. Ainsi, certaines limites sont inhérentes à la méthodologie retenue :

– La modélisation ne visait pas à évaluer la dynamique fine du réseau et sa stabilité, et n’intègre donc pas aux hypothèses testées, des phénomènes exceptionnels tels que, par exemple, la rupture accidentelle d’une interconnexion avec un pays voisin ;

– Les changements qu’impliquent ces hypothèses dans l’exploitation du réseau n’ont pas été étudiés (conduite et opération quotidienne, etc.) ;

– La trajectoire précise et le cadencement des investissements permettant d’assurer cette transition ne sont pas étudiés, l’étude réalisant une analyse des différentes hypothèses à un horizon lointain sans prendre en compte l’existant ;

– La modélisation du réseau évalue précisément les besoins de renforcement du réseau de transport, mais est moins précise pour le réseau de distribution.

Ainsi, si d’autres travaux devront être menés pour consolider ce travail, cette étude alimente utilement la réflexion pour identifier les mesures qui permettront d’accompagner une
politique de croissance des énergies renouvelables électriques.

>>> Accéder à toutes les analyses et optimisations : ici


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    62 Commentaires sur "Un mix électrique 100% renouvelable serait envisageable en France"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Teredral
    Invité

    Pourquoi pas une étude 100% nucléaire + hydraulique, histoire de comparer les coûts ?

    Bachoubouzouc
    Invité

    Pourquoi pas une étude 0% pétrole, gaz et charbon, histoire de répondre aux vrais problèmes ?

    sunny
    Invité
    Le sujet de cette brève me rappelle la raison pour laquelle je me suis inscrit sur ce forum. Lors de mes premières interventions sur Enerzine en mars 2014, je posais déjà cette même question. « La question est de savoir, est-il possible techniquement de faire autrement (mix 100 % ENR)? Si oui, combien cela coûte? Après, ce sera une décision politique via un choix de nos concitoyens. Après les ingénieurs (RTE et autres) devront faire leur boulot. Leur boulot ce n’est de ne pas faire de la politique mais d’éclairer nos concitoyens sur les solutions techniques et le prix que cela… Lire plus »
    Verdarie
    Invité

    Sunny Votre analyse me ravie et me conforte dans mes réflexions car je fais les mêmes constats. Mais personne ne va changer sans y être acculé. En 1789 les aristocrates pensaient que le roi était le représentant de Dieu sur terre ….On connait la suite. Aujourd’hui nous avons le Dieu nucléaire .Il ne lachera pas le morceau sans le faire payer très cher aux Français.

    Papijo
    Invité
    Les écolos de l’ADEME n’hésitent décidément pas à sortir n’importe quelle ânerie pour épater les écolos débiles. Je n’ai ouvert qu’un seul des documents (annexe_modele.pdf) … et j’ai dû m’arrêter devant la tant d’idioties. Un exemple, page 15 / 35: « Le pilotage de cette filière (ndt: cogénération au bois) est géré par le modèle en tenant compte des rendements chaleur (0.6) et électricité (0.2)15, du coût du combustible bois (22 €/MWh), et de la valorisation de la chaleur produite. On suppose que la chaleur produite par cogénération est valorisée au prix de 42 €/MWh, qui correspond au coût variable de… Lire plus »
    sunny
    Invité
    J’ai encore dans la tête le post de Badrien d’avant hier au sujet de l’étude en question « J’ai regardé qui avait dirigé le projet : Artelys, chef de projet Laurent Fournié, polytechnicien, ce qui m’a étonné. Tout s’explique s’il a mouliné ce que lui a donné ADEME. Je ne sais pas pourquoi on finance des études aussi fantasques. Ça ne m’empêche pas de dormir. Le plus navrant est que c’est repris par la presse qui dit : « vous voyez que c’est possible ». Les 30 à 40 EPR sont sans doute de la provocation ; je n’y connais rien… Lire plus »
    I. lucas
    Invité
    Il faut être indulgent avec ce genre d’études qui s’apparente plus à un démonstrateur de faisabilité technique qu’à une remise de devis. Il est bien évident que le rédacteur du rapport a fait des impasses : – La flexibilité de la réponse est bien suppérieure à ce qui est observé dans les expérimentations de smart grids. L’ADEME a même mis la consommation d’électricité dans le transport ferroviaire parmi les consommation flexibles…. – la hausse du PIB par tête est de 70%, mais la mobilité étudiée baisse de 20% alors que les observations montrent que la mobilité croît comme le PIB… Lire plus »
    hach
    Invité

    Il existe une autre étude qui démontre la faisabilité d’un scénario 100% renouvelable, menée par des énergéticiens:Le scénario négawatt. Bien connu dans le milieu mais pas encore assez du grand public. Un site, deux livres (il est quand même un peu à l’origine du débat sur la transition énergétique…) Bonne lecture

    Babase
    Invité

    Pour info le tarif chaleur du réseau de la CPCU est de 62 à 70€/MWh en hiver.

    Lionel-fr
    Invité
    L’étude de l’Ademe vaut ce qu’elle vaut, j’aime bien le conditionnel utilisé dans le titre d’enerzine. Figaro a pris moins de précautions. Est-il vraiment nécessaire de fixer des objectifs à cette échéance ? Si oui, il est indispensable de mettre sur la table un scenario 100% EnR fondé sur les technologies actuelles. Maintenant , il ressort clairement de cette étude que le stockage est le sujet hautement critique , et ce, quel que soit l’objectif officiel La question est donc : est-ce que le développement du stockage est à la hauteur de l’enjeu ? et la réponde est probablement positive… Lire plus »
    Papijo
    Invité
    @chelya : « j’imagine que vous devez être au tarif agent pour ne pas connaitre le prix de l’électricité »: Non, je n’ai jamais été employé d’EDF ! Et c’est bien pour ça que j’écris qu’un tarif de 16 €/MWhél en sortie de cogénération, comme donné par l’ADEME est totalement impossible. Pour rappel, les prix sortie usine de cogénération biomasse (en fait: bois) lors des derniers appels d’offre de la CRE étaient tous au-delà de 100 €/MWh ! Comment l’ADEME peut-elle annoncer 16 €/MWh ???? @babase: « Pour info le tarif chaleur du réseau de la CPCU est de 62 à 70€/MWh en… Lire plus »
    Verdarie
    Invité
    Papimoujo Les soi-disant bétises de l’Adème ne sont sans doute que de l’incompréhension de propos qui pour faire courts négligent certains côtés chers aux spécialistes que vous êtes ? D’ailleurs l’Adème n’est pas seule à dire celà, d’autres chercheurs ont expliqués qu’en équipant les toits de France en photovoltaÏque sur un seul côté de toiture nous serions en autonomie. Mais ils n’ont pas dit que ça allait se faire ou que c’était en cours de réalisation ni combien ça coûterait. Ce qui est dit permet d’alimenter le débat d’y découvrir ses lacunes et ses omissions pour l’enrichir afin que chacun… Lire plus »
    Jbn
    Invité
    C’est pour cela que je dis qu’il faut fermer l’ADEME, ce n’est pas à l’état d’assurer la propagande mensongère des verts (d’autant plus que c’est loin d’être la première fois !) Il est bien clair et franchement évident que l’ADEME a été,en seulement quelques années,sérieusement noyautée par les écolos antinucléaires qui y font de plus en plus la pluie et le beau temps.Cet organisme payé par l’état et donc nos impots, n’a plus rien d’objectif ni d’indépendant.Et il faut effectivement le fermer de toute urgence car sa situation avenir ne fera qu’empirer dans son rejet de moins en moins caché… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    On a déjà largement parlé ce WE de cette étude et j’ai déjà exprimé un certains nombre d’avis personnels ici: Je suis un peu plus modéré que vous dans mon appréciation de l’Ademe mais disons que je me pose quelques questions! Ceci dit, pour répondre à votre étonnement sur les chiffres en €/MWh et les comparaisons avec des chiffres publics, précisons que l’ADEME à une approche par les coûts ( et non les prix) et que les coûts fixes (investissement, exploitation,…) apparaissent ailleurs dans l’addition. Cf. les tableaux du 8.2.4 où vous voyez apparaitre « le coût capacitaire des ENR » (en… Lire plus »
    Lionel-fr
    Invité

    C’est un boulot d’intelligence normal que de faire une simulation 100% EnR comme 80% nuke d’ailleurs. Des pays voisins et non des moindres ont opté pour le tout Enr, il eût été suspect de ne pas faire ce calcul pour la france La scénarisation du tout-EnR est une obligation pour une agence de l’énergie

    Sicetaitsimple
    Invité

    …un peu dur avec les consultants. Encore une fois, ce sont les données d’entrée et la méthodologie qui sont certainement les plus critiquables (au sens discutables, pas une vérité vraie), et là c’est bien de responsabilité de l’ademe.

    stephsea0
    Invité
    Comme il est étonnant de voir que la critique de l’Ademe se tranforme en une critique de son sujet. Ce n’est parce que je parle mal ou avec incompétence ou avec des erreurs ou avec des lacunes du voyage vers la Lune qu’il ne pourra pas avoir lieu (la poistion de Hergé avec son fameux Tintin) ou n’a pas eu lieu (position des vulgarisateurs modernes). Ecrire des scénari, c’est déjà leur donner de la réalité, aussi abérrants soient ils sur le plan technique. Et quand l’Ademe écrit, je regarde attentivement car je sais que cela va infkluencer notre culture commune,… Lire plus »
    Papijo
    Invité
    @Lionel-fr: Quel pays voisin a opté pour le tout ENR ???? L’Allemagne a mis un sacré coup de frein sur le solaire, le Danemark a changé de gouvernement et a décidé pour commencer de taxer les voitures électriques tout autant que les autres … NB: L’hydraulique est une énergie renouvelable certes mais pas une ENR (Energie Nouvelle Renouvelable) @Verdarie: « d’autres chercheurs ont expliqué qu’en équipant les toits de France en photovoltaÏque sur un seul côté de toiture nous serions en autonomie. » SVP, expliquez donc à vos chercheurs que le solaire c’est bien pour faire tourner le climatiseur à l’heure de… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    C’est bien le problème, l’Ademe ne parle pas d’un « horizon à 100% renouvelable », elle parle d’une électricité à 100% renouvelable!

    Sicetaitsimple
    Invité
    et des données d’entrée. Si on va fouiller dans les annexes (quelqu’un y est allé)?, on trouve que le gaz coutera en 2050 environ 60€/MWh PCS et le CO2 environ 100€/t. Ce sont des données d’entrée de l’étude. C’est environ 3 fois plus que le prix actuel pour le gaz ( en € constants) et 15 fois plus pour le CO2. Effectivement à ces prix-là les fossiles sont complètement disqualifiés pour produire de l’électricité, du PV ou de l’éolien + du stockage sont forcément plus compétitifs. Dieu et les lecteurs fidèles d’Enerzine savent que je ne suis pas un supporter… Lire plus »
    Herve
    Invité

    Dans ce contexte, le plus facile pour atteindre cet objectif est de migrer un maximum de choses sur les énergies fossiles. En réduisant autant que possible la conso d’electicité , c’est alors plus facile d’atteindre un taux important d’ENR dans le mix électrique… et de se gargariser… C’est la politique menée outre rhin, avec les résultats qu’on connait… Faut espérer que la hausse des températures n’est pas réellement due à l’augmentation des émissions de CO2, sinon on est vraiment mal barré …

    Sicetaitsimple
    Invité
    « Par exemple un des enseignements c’est qu’il est moins cher d’avoir des productions renouvelables disséminés avec des coûts de production unitaire un peu plus élevé mais dont les profils de production locale se complètent bien plutôt que d’aller chercher les projets renouvelables qui ont des coûts unitaires les plus bas possible « . Décidement les gens qui ont un avis sur cette étude sans l’avoir lue sont nombreux sur ce forum…. C’est le contraire: le scénario « référence » apparait moins cher dans l’étude que le scénario  » acceptabilité modérée ». Ce n’est pas un avis sur le fond, je voulais juste souligner que… Lire plus »
    dede29
    Invité

    on ne risque pas grand chose à faire des études à cet horizon : personne ne vous demandera des comptes à cette date . Il n’y a qu’à regarder les exemples passes comme les prévisions de notre societé faites en 1985 pour l’an 2000 .Les erreurs à 15 ans sont énormes et surtout les phénomènes non prévus ! Bravo l’Adème pour un tel morceau de bravoure . A quand une etude sur 2100 ?

    Papijo
    Invité
    @dédé29: « … on ne risque pas grand chose à faire des études à cet horizon : personne ne vous demandera des comptes à cette date » Non dédé, une étude de l’ADEME rendue publique et duement signalée aux médias, qui prend partie sur un domaine polémique, c’est de la propagande. Si en plus, elle se base sciemment sur des données truquées (les coûts de production de l’électricité par cogénération biomasse sont forcément connus de l’ADEME, ils ont été publiés par la CRE, sur leur site public internet), c’est de la propagande mensongère et si le rapport est relancé à quelques semaines… Lire plus »
    Papijo
    Invité
    @chelya:  » Là c’est la première fois que l’administration dispose d’un modèle pour faire ses propres analyses … » Et que ce « modèle » soit complètement pourri pour servir les intérêts d’un clan d’affairistes écolos, ça ne vous trouble pas ? Il faut reconnaitre que grâce au « n’importe quoi » que racontaient les « énergéticiens conventionnels », bien que n’ayant aucune source d’énergie sur notre territoire, nous bénéficions de prix de l’électricité parmi les plus bas d’Europe ! C’est cette « anomalie » que vous voudriez corriger ? NB: Cette remarque faite, je ne pense pas que le choix de privatiser EDF, et donc de perdre le… Lire plus »
    I. lucas
    Invité
    > l’effet rebond n’existe pas L’effet rebond a un sens légèrement différent selon les sujets quand on traite de l’effacement : c’est le report des consommation juste après la période où la consommation a été effacée quand on parle du chauffage : c’est l’augmentation de la température que choisit l’habitant d’un logement, pour se rapprocher de la température de confort, après une opération de rénovation énergétique : les économies d’énergies sont toujours inférieures (de l’ordre de 30 à 40% ) à la valeur calculée selon la réglementation thermique où la température de référence est stable à 19°C Des articles de… Lire plus »
    Lionel-fr
    Invité
    Allez je me fends d’une petite traduction d’un article paru dimanche aux états-unis pour ceux qui ne lisent pas l’anglais. C’est un américain qui parle à d’autres américains mais à part qu’il n’y a pas de monopole là bas, les fondamentaux sont les mêmes. Les piles combustible à hydrogen deviennent trop importantes pour être ignorées (…) L’hydrogène a un potentiel énorme Les véhicules à hydrogène ont fait l’actualité cette année, mais le potentiel est largement plus important que ça. A 2.2 milliards de $, c’est encore un petit marché, mais il croît rapidement et avec autant d’usges potentiels, les piles… Lire plus »
    I. lucas
    Invité

    Sur le prix du CO2 Le rapport de l’ADEME 100%ENR prend un coût du CO2 de 100€/T …. mais pas tout le temps, par exemple le Power to gaz suivi de gaz to power n’a de sens que si le coût du CO2 est proche de 1000€/TCO2. La valeur du CO2 recommandée, à l’horizon 2050, par France Stratégie est dans la fourchette 150 à 350€/TCO2 source : Donc il ne faut pas reprocher à l’étude des prix de 100€/TCO2 (qui est la veleur recommandée en 2030) mais d’avoir, pour certaines partie de l’étude utilisé 100 et pour d’autres utilisé 1000!

    Reivilo
    Invité
    L’effet rebond décrit plus haut est bien réel et on en voit ses effets pervers mais très humains un peu partout. Par exemple dans l’automobile, lorsque les prix des carburants baissent ou qu’on sort un moteur moins gournand, on observe (hors période de crise) une augmentation du kilométrage parcouru – on hésite moins à prendre la voiture. Concernant le chauffage le gain de « confort » en passant de 19° à 21° se traduit automatiquement par une augmentation de 15 % des consommations … et un accroissement du risque d’affections non négligeable du fait des passages du chaud au froid !!! Tout… Lire plus »
    Reivilo
    Invité
    Il est très vrai que plus on s’approche du bâtiment passif, plus le gain par le comportement sur les conso de chauffage devient faible en valeur et en pourcentage sur les consos globales. C’est pour ça qu’on s’intéresse désormais davantage aux consos d’électricité spécifiques ; froid, éclairage, audiovisuel, etc. qui à l’inverse apparaissent maintenant beaucoup plus fortes (en pourcentage) dans ces bâtiments. Toutefois, à mon avis gaspillage et EnR ne font pas bon ménage, produire propre est une chose mais il faut aussi utiliser responsable en « mettant l’usager au centre de la réflexion en phase avec une évolution de la… Lire plus »
    stephsea0
    Invité
    C’est que l’inéluctable disparition – progressive – des énergies non renouvelable est scénarisée. Proposition imparfaite mais proposition quand même. Oui, on ne parle ici dans cette étude que de l’électricité, mais c’est un détail aujourd’hui. Il faut parler de ce qu’on connait le mieux, partir du simple, du connu pour aller vers le complexe, vers le possible. Donc, si on pouvait revenir au centre du projet – l’énergie renouvelable – et ne pas tergiverser de manière totalement STERILE sur les débats secondaires. A noter que ces débats systématiquement marginaux et ultra techniques sont ouverts par tous ceux que cette échéance… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    « C’est que l’inéluctable disparition – progressive – des énergies non renouvelable est scénarisée. Proposition imparfaite mais proposition quand même. » Non, justement, ce n’est pas ça qui est scénarisé. Ce qui est scénarisé c’est un nouveau systeme electrique construit from scratch ( sauf à priori l’hydraulique ) dans la journée du 31/12/2049, avec des prix de chaque technologie estimés au 31/12/2049 (exprimés en € 2012). L’exercice n’est pas pour autant ininteressant, mais il est un quand même théorique par rapport à la vraie vie.

    Sicetaitsimple
    Invité

    Il y deux questions à laquelle tente de répondre l’étude : 1. Est ce qu’un mix 100% renouvelable peut assurer la fourniture d’électricité heure par heure dans un pays comme la France? La réponse est bien évidemment oui, « suffit » d’avoir des moyens de production et de stockage adaptés. Ceux que calculent l’étude ( 12GW de batteries ou équivalent, 7 GW de STEP et 17GW de P2G) pour le cas « référence » sont peut-être faux, mais si on en met 2 fois ou 3 fois plus on finira par y arriver! 2. Combien ça coute? A l’horizon 2050? Alors là….

    Sicetaitsimple
    Invité
    Et comme tout ça ne va pas se passer « from scratch » le 31/12/2049 mais que le mix electrique sera le 1/01/2050 le résultat de la situation actuelle modifiée par d’une part l’obsolescence de moyens existants et d’autre part des multitudes de décisions individuelles ou collectives d’investissement, basées sur des paramêtres qui vont evoluer de façon totalement inconnue et certainement cahotiques sur 35 ans , basées souvent sur des paramêtres ne relevant pas forcément de la simple économie du système elecrique, et ben on verra…. A titre personnel, je ne souhaite pas que le scénario fondateur de référence de l’ADEME d’une… Lire plus »
    Papijo
    Invité
    Je vois que tous nos écolos s’en donnent à coeur joie pour béer d’admiration devant une « étude »qui prend en hypothèse des coûts 6 ou 7 fois moins cher que les coûts réels, qui utilise des gisements qui n’existent pas, qui fait des impasses grossières sur les moyens de stockage … à croire que c’est l’ADEME qui les paie pour intervenir sur ce forum … Quel est le but de cette étude, si ce n’est de diffuser des mensonges ? Au fait, pour le naïf qui pense que les prix bas de l’électricité en France, c’est une légende, parce qu’un autre… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    L’envoyé de l’ademe… C’est moi que vous interpellez ou c’est quelqu’un d’autre?

    Nature
    Invité

    Il y a 6 mois l’Ademe proposait 100 GW éoliens . Soit près de 50000 machines Prenant douloureusement conscience de l’effroi provoqué par cette prolifération ,dans sa grande compréhension ,elle passe à 80 GW ,40000 machines . Ces idéologues doivent penser que ce chiffre passera mieux que le précédent .

    Sicetaitsimple
    Invité

    Vous voyez ca où? Dans son scénario de référence 2050, l’ademe « prévoit « 96GW d’éolien terrestre. A l’horizon 2050, ça correspond certainement à moins de 40000 machines. Sur le fond on peut en discuter, mais je ne vois pas d’ou vous tirez ce chiffre.

    Verdarie
    Invité
    @ Badrien Les gouvernements ont pour missions essentielles de proposer ce qu’il y a de meilleur pour l’humanité. Et ce n’est pas à vous de décider de ce qui est bon pour nous ! Si, vous dites des âneries notamment en parlant de nuke propre ! Qui aurait dit il y a cent ans que brûler des fossiles pourraient entraîner un changement climatique contraingnant le monde à revoir la politique énergétique ?………… Et vous voudriez aujourd’hui recommencer avec l’atome qui présente des risques mille fois plus importants ? Vous nous dites que le propre du charcutier est de vendre de… Lire plus »
    Verdarie
    Invité
    @ Badrien Les gouvernements ont pour missions essentielles de proposer ce qu’il y a de meilleur pour l’humanité. Et ce n’est pas à vous de décider de ce qui est bon pour nous ! Si, vous dites des âneries notamment en parlant de nuke propre ! Qui aurait dit il y a cent ans que brûler des fossiles pourraient entraîner un changement climatique contraingnant le monde à revoir la politique énergétique ?………… Et vous voudriez aujourd’hui recommencer avec l’atome qui présente des risques mille fois plus importants ? Vous nous dites que le propre du charcutier est de vendre de… Lire plus »
    stephsea0
    Invité
    Je dirais même que vivre, de générations en générations, c’est diverger. Darwinisme de base : sans les mutations, les divergences improbables, les multiples combinaisons de ces divergences dont quelques unes ont finalement un petit succès, point de vie. Il y a même une sanction sévère et inéluctable à l’absence de divergence. A plus ou moins long terme, c’est vrai, à très long terme parfois pour les plus chanceux… C’est un premier constat scientifique. Par ailleurs, ce qui n’est pas « renouvelable » est par définition voué à disparaitre, à être remplacé. C’est un second constat scientifique. Ces ressources non-renouvelables sont toxiques de… Lire plus »
    Verdarie
    Invité

    @ StephseaO Merci pour ce commentaire.

    Verdarie
    Invité
    @Badrien Comme vous pouvez sans doute le comprendre ,je vis très bien comme je suis et j’ai besoin de rien…….. C’est sans doute parce que je suis comme on dit un « diléttante » que je ne préoccupe pas plus du développement de ce que je propose. Ce qui peut sembler incroyable à certaines personne ? Moi, je privilégie la vie au détriment des idées qui ne pourraient m’amener que des contraintes supplémentaires. De toute façon ce n’est ni vous ni moi qui décidons. Lorsque les idées sont en phase avec l’époque elles se développent sinon elles reste des idées ? Et… Lire plus »
    Herve
    Invité
    @Stepsea Faudrait il encore que les solutions dites renouvellables soient réellement renouvelables. La fabrication et le recyclage des grigris verts ne le sont pas forcément… Et même peut être qu’on en est encore trés loin… Un autre point important est qu’il n’y a pas que l’energie qui est limitée, les matières premieres aussi. En consommer beaucoup pour produire un peu d’ENR peut en priver l’industrie pour d’autres methodes qui auraient été bien plus efficientes. Si on compare ce qui est réellement comparable, il n’y a pas des bonnes et des mauvaises solutions, tout est beaucoup plus nuancé. Vous ne trouverez… Lire plus »
    Nature
    Invité

    @ Si c’était simple. Mes excuses . En effet je me suis égaré dans les chiffres.L’Ademe annonce 40 GW éoliens terrestres Ce qui donne au moins 16000 machines de 150 m. de haut (2,5 MW ) C’est encore un chiffre extravagant pour nos paysages .

    Reivilo
    Invité

    100 000 kilomètres de lignes à haute ou très haute tension vraiment laides, 15 ou 20 000 châteaux-d’eau plus ou moins hideux, combien de centaines de milliers de pylones électriques, téléphoniques et d’émetteurs de toutes sortes ? de millions de panneaux publicitaires et de centres commerciaux affreux dans nos entrées de villes ?… Ca ne vous dérange pas un peu dans le paysage ? Pourquoi l’éolien lui devrait-il être caché ? Pour info la moyenne de puissance des éoliennes est déjà supérieure à 2,5MW et devrait tendre vers le double assez rapidement.

    stephsea0
    Invité
    Oui, je ne conçois l’avenir que comme possible d’abords, et meilleur! Car c’est cela que notre langue contemporaine appelle l’angélisme. Pour votre culture, ce sont les journalistes, certains journalistes pour être précis, qui ont inventé ce sophisme, ce « gros mot », dans le seul but de discréditer tout dicours positif sur l’avenir en l’enfermant dans le grand sac bien commode de l’angélisme. L’avenir est inconnu. Tout discours sur l’avenir est donc à la fois un espoir et une pure théorie, voire un utopie. Tout évocation de l’avenir est donc un angélisme, au sens que lui donne les réactionnaires concervateurs. Je ne… Lire plus »
    Temb
    Invité

    Un parc de 6 éoliennes pour 14 communes en France, c’est assez raisonnable pour éviter un paquet de risques et de déchets radioactifs et un paquet d’émissions de CO2 et autres polluants.

    Herve
    Invité
    Je suis au moins entièrement d’accord avec vous sur un point: prédire l’avenir est une discipline a haut risque de se planter! Mais cette remarque est valable tout azimut: Prédire un avenir radieu aux ENRs est tout aussi risqué que de penser que les solutions conventinelles seront celles du futur… Par contre, beaucoup de dirigeants on planté leur pays par bétise. Les Castro avaient trés certainement une vision « Angélique » du futur cubain à l’époque de la révolution. Je ne sais pas si ça a tourné comme ils avaient prévu. Donc on peut s’autoriser à faire « autrement » mais sous réserve que… Lire plus »
    Temb
    Invité
    « Si je suis favorable a des programmes d’expérimentation sur des technologies prometteuses, se lancer a fond dans une aventure dont l’issue n’est pas prévisible reste dangeureux. » Notez tout de même que si on vous avait écouté en 1960 nous n’aurions pas fait de nucléaire civil en France.. « Prédire un avenir radieu aux ENRs est tout aussi risqué » : il n’est plus question d’avenir mais de présent. Ces fillières ont des croissances à 2 chiffres année après années depuis 15ans, elles sont devenues les premières au monde en capacités installées depuis maintenant 3ans et elles continuent à croître de manière incroyable.… Lire plus »
    wpDiscuz