Un nouveau crépi isolant au pouvoir d’isolation exceptionnel !

Le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (EMPA) et la société allemande Fixit AG ont développé ensemble un nouveau crépi à base d’aérogel qui possède un pouvoir isolant double de celui des crépis isolants courants actuels.

Ce produit, qui sera lancé sur le marché l’année prochaine, procure une isolation thermique comparable à celle des panneaux de polystyrène.

Les immeubles anciens sont beaux – et difficile à isoler. Il existe en Suisse un million et demi d’immeubles anciens dans lesquels il faut bien vivre. Mais dans un même temps la consommation d’énergie ne cesse de croître dans le pays.

La Suisse importe chaque année, selon l’Office fédéral de l’énergie, 4.5 millions de tonnes d’huile de chauffage extra-légère et 3 millions de mètres cubes de gaz naturel dont les 43 pour-cent servent au chauffage des immeubles. Celui qui veut économiser de l’énergie fossile doit donc isoler sa maison. Mais comment isoler les bâtiments historiques – que ce soit une maison à colombages en Thurgovie, une maison bourgeoise baroque à Soleure ou un immeuble locatif art-déco dans le nord de Zürich ? Les organisations et les offices de protection du patrimoine ne seraient pas très heureux si l’on recouvrait simplement une façade historique de panneaux isolants modernes.

Un nouveau crépi isolant au pouvoir d'isolation exceptionnel !Les crépis sont des mieux adaptés pour conserver aux façades anciennes leur aspect original. Et pour le revêtement de cages d’escaliers tortueuses, d’arcs et de murs de soutien aussi, la découpe des plaques isolantes est une affaire compliquée. «L’application d’un crépi intérieur est notablement plus rapide à exécuter», explique le physicien du bâtiment Thomas Stahl. «De plus, le crépi se trouve directement sur la maçonnerie et ne laisse aucuns interstices dans lesquels l’humidité peut se condenser.»

[ Légende : Le crépi aérogel hautement isolant est projeté à la machine pour être ensuite lissé. Le crépi frais doit être recouvert d’un mortier d’enrobage armé d’un filet. Photo: Fixit AG ]

Stahl et son collègue Severin Hartmeier du laboratoire central de Fixit se sont donné pour tâche d’élever les propriétés d’isolation des crépis à un nouveau niveau et de développer un crépi qui isole aussi bien que les panneaux de polystyrène. Leur travail de recherche de plusieurs années s’est maintenant conclu avec succès: leur produit a passé les essais de laboratoire et il est testé depuis le mois de juillet 2012 sur les premiers bâtiments. Si ce nouveau crépi isolant tient aussi ce qu’il promet en utilisation réelle, il sera commercialisé dans le courant de l’année 2013.

Le meilleur isolant du monde !

Mais qu’est-ce que recèle ce nouveau crépi miracle issu des laboratoires de l’Empa ? Stahl et ses collègues ont choisi le meilleur isolant thermique qui peut être produit industriellement: l’aérogel. Ce matériau, aussi appelé «fumée solide» du fait de son aspect, est formé de 5 % de silicate et pour le reste, d’air. L’aérogel a déjà été utilisé dans les années soixante pour l’isolation des combinaisons spatiales et il fait l’objet de 15 mentions dans le Guiness Book of Records, entre autres comme «meilleur isolant» et comme ««matériau le plus léger». L’aérogel s’utilise déjà dans le domaine de la construction, par exemple comme isolant soufflé pour remplir les espaces entre les murs ou sous forme de panneaux isolants composites non tissé-aérogel.

Un nouveau crépi isolant au pouvoir d'isolation exceptionnel !

 

Où est alors le problème pour que personne n’ait jusqu’ici mélangé de l’aérogel à un crépi ?

Le chercheur Stahl ne se perd pas en explications mais saisit une boîte en plastique transparente sur une étagère et ouvre son couvercle: « Mettez-y la main et frottez un peu ».

Effectivement les sphérules d’aérogel sont extrêmement légères, presque sans poids, et on peut les saisir entre le pouce et l’index. Mais dès que l’on frotte les doigts, elles se désagrègent. Après deux ou trois mouvements, il ne reste de ce matériau miracle qu’une fine poudre. « C’est précisément là que se situait notre problème », explique Stahl. « Si nous mélangeons délicatement le mortier aérogel sec avec de l’eau et que nous l’appliquons à la main, les résultats sont bons. Mais il ne faut pas oublier que dans une machine à crépir professionnelle, le mortier est pompé à traves un tuyau à une pression de 7 à 8 bars et il ne reste alors plus grand chose de notre aérogel.»

Un nouveau crépi isolant au pouvoir d'isolation exceptionnel !Pour rendre ce crépi applicable à la machine, il a fallu étudier en détail les composants des mortiers secs des crépis et leurs interactions avec l’aérogel. Et procéder aussi à toute une série d’essai – de l’éprouvette de laboratoire de la taille d’une assiette jusqu’à des essais d’exposition aux intempéries de plusieurs mois en grandeur réelle. Finalement les chercheurs de l’Empa et de Fixit sont trouvé une solution qui va être brevetée prochainement.

[ Légende : Cette petite maison à colombages sur le site de l’Empa à Dübendorf est utilisée pour des essais d’exposition aux intempéries. Des capteurs disposés dans l’épaisseur du crépi mesurent la température et l’humidité durant les essais. Photo: Empa. ]

Les éprouvettes de crépi aérogel confectionnées présentaient une conductibilité thermique inférieure à 30 mW/(mK) – ce qui est deux fois meilleur que les crépis isolants actuellement commercialisés (voir graphique). Si cette innovation parvient à s’imposer sur le marché, nombre de propriétaires d’immeubles suisses pourront économiser de bonnes quantités de combustible.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Un nouveau crépi isolant au pouvoir d’isolation exceptionnel !"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Lionel_fr
Invité

N’est ce pas le graal des enerzinophiles un peu écolos ou maçons ? une isolation par l’extérieur transforme le mur en stock de chaleur rayonnante… Bon je ne suis pas très calé en bâtiment mais je retiendrai le nom Fixit pour faire quelques tests sur de la brique quand ce sera dispo et que l’éditorial n’en parlera plus au profit des zones de pub !

Mamouth
Invité

On obtient une conductivité thermique légèrement inférieure à celle de la laine de verre. C’est bien mais le problème est qu’on ne peut pas mettre de grosses épaisseurs de crépis. Pour isoler correctement une maison ancienne sous nos lattitudes, il faut alors au moins 15cm de crépis, si ce n’est 20.

Reluit
Invité

Pour rappel : 2cm d’isolant permet de diviser par 2 les déperditions d’un mur non isolé. (donc les 18cm supplémentaires ne permettent pas de gagner autant que les 2 premiers) Les crépis isolants sont une des meilleures solutions pour augmenter les performances énergétiques des bâtiments anciens. Un enduit chaux-chanvre est très bien aussi et plus écologique!

Philippe_c
Invité

Bonjour Et non! cet argument ne tient pas. Dans un matériau homogène le profil de température est linéaire. Et la résistance thermique est proportionnelle à l’épaisseur mise en place. C’est “Mamouth” qui a raison on ne remplacera pas les 15-20 cm d’isolant traditionnel par 1 à 2 cm de ce crépis.En suivant ce raisonnement, il suffirait de se contenter de 2 cm de laine de verre ou d’eps ! De plus le coût ne doit pas être du même ordre de grandeur.

maxxxx
Invité
Certes on ne remplacera pas 15-20 cm de laine de verre par 2 cm de crépis… mais plus on en rajoute, moins on gagne : la résistance thermique est bien proportionnelle à l’épaisseur, mais la déperdition (puissance traversant la paroi), elle, est inversement proportionelle à la résistance thermique. Les “premiers centimètres” d’isolant sont donc bien les plus efficaces et surtout les plus rentables. Dans le cas de la construction existante, la mise en place d’isolant étant plus compliquée, le crépis peut-être une solution très intéressante et économique viable même si ses performances absolues ne sont pas exceptionelles. (mais mieux vaut… Lire plus »
aurel
Invité

Sauf qu’arrivé à un niveau d’isolation suffisant, ce n’est plus uniquement la facture de chauffage qui diminue: c’est carrément le coût de l’installation du système de chauffage central (si on considère une construction neuve ou du remplacement de la chaudière dans quelques années, dans le cas d’une rénovation) qui est économisé. Un simpe source de chaleur place au centre du logement suffit à tout chauffer. Sans même parler de la différence de confort entre un mur isolé par 20 cm d’isolant, ou par un simple crépi de 2 cm (aussi technique et innovant soit-il).

Claude b.
Invité

Mon inquiétude c’est que les émanations des produits chimique de ce produit, ont-ils été vérifier a fond? Une attente sécuritaire de deux ans ne serait pas de trop. Il y a eu d’autres produits d’isolation pour maison ont eu une très grande popularité, mais peu de temps après, ils ont trouvé qu’il étaient cancereux. Mousse isolante d’urée-formaldéhyde(MIUF)

Enerfan
Invité
Toutes ces remarques sont très pertinentes car les solutions d’isolation ont toutes leurs cas concrêts d’utilisation et leurs limites. J’ai vu une démo de pose de ce mortier (à la lance) et pour ma part j’en suis sorti convaincu. Plutôt comme une solution de complément d’isolation sur des rénovations de façade ou des constructions brique monomur par exemple (ou autre?….) Bref, EMPA a inventé une sorte de damart pour les bâtiments: le produit est perméable à la vapeur (ce qui limite les pb de condensation et la dégradation des mûrs notamment en l’abscence de vide sanitaire). Il s’applique facilement en… Lire plus »
papi12
Invité
L’article est intéressant mais il évoque comme cible les bâtiments existants ayant des particularités historiques pour lesquels je ne connais pas de solution pertinente. De nombreux enduits modernes ont comme défaut majeur de créer une barrière étanche. Autant il est souhaitable que cette barrière soit étanche vis à vis de la pluie ou de l’humidité extérieure autant il faudrait pouvoir arriver à évacuer l’humidité intérieure des murs. De nombreux bâtiments anciens sont dépourvus de système efficace de ventilation, avec le risque de voir apparaître des désordres liés à l’humidité en cas de défaut de chauffage, mauvaise ventilation couplé ou non… Lire plus »
Pastilleverte
Invité

peut être “insuffisant” (on croirait entendre Bernard Thibaut !), mais bien intéressant, surtout pour les bâtiments anciens, ce qui est, si j’ai bien lu, la “cible” principale (et la majorité des bâtiments à isoler, et donc des économies d’énergie !)

jmdesp
Invité
C’est un peu génant, on voit dans la discussion, et les normes thermiques vont exactement dans le même sens, qu’il y a une obsession pour les niveau d’isolation les plus exigents quand la réalité pratique, c’est des millions de logements fabriqués avant les années 70 qui n’ont strictement aucune isolation. La vérité du parc immobilier français, c’est l’épave thermique, et l’incapacité des politiques à avoir la moindre efficacité réelle à l’échelle de cet héritage historique. Or dans une épave thermique, une isolation de 2 cm du niveau du polystyrène peut diviser par deux la consommation de chaleur, c’est dans ce… Lire plus »
Oceane
Invité

J’ai entendu beaucoup de bonnes choses sur l’aérosol. Il doit être vraiment ‘’le meilleur isolant du monde’’.

Augure
Invité
Mon premier achat immo était un appart des années 70 au sud de Paris (80km), donc froid mais pas trop non plus ! nous l’avons légèrement isolé car le papier peint était directement en contact avec les 40cm de béton de la facade ! oO mais les efforts était TRES fortement nuancé (j’étais très décu/frustré à l’époque) par le pont termique que faisait le sol en contact avec la facade !!! et cela faisait mal à la conso du chauffage collectif, qui pour avoir les pièces en périférie à 23°c, nous avions les pièces centrales à 35° !!! oO alors… Lire plus »
etehiver
Invité
Les aérogels mis sous vide sans air divisent la conductivité termique par dix par rapport aux meilleurs isolants à air, même à aérogels plein d’air, comme celui ci , mais ils sont difficiles à mettre en oeuvre, imposible à couper et il faut conserver le vide qui n’est pas extrême pour des cavités aérogels de moins du micron !!! Alors l’épaisseur d’isolant sera divisée par 10, 2cm au lieu de 20cm de ce crépi, au prix d’une mise en oeuvre très très soigneuse, vide, fuite thermique sur les bords, comme pour la technique spatiale ou les dewars à bon vide… Lire plus »
Guydegif(91)
Invité
OK, soit ! Cet article très encourageant et prometteur a été rédigé ds Enerzine en 09/2012. On parlait notamment de: ”Si ce nouveau crépi isolant tient aussi ce qu’il promet en utilisation réelle, il sera commercialisé dans le courant de l’année 2013.” ”Finalement les chercheurs de l’Empa et de Fixit sont trouvé une solution qui va être brevetée prochainement.” Nous sommes en mars 2016, le produit ”miracle”en est où de ses preuves ? Où en est le REX? Va falloir que Empa, Fixit et le fameux Brevet évoqués ds l’article de 2012 fasse surface et viennent dire au grd jour… Lire plus »
Augure
Invité

… sympa (me manque juste un peu d’isolation ext pour ma maison… moyennement isolé intérieurement ^^ ) mais 3ans après la possible mise sur le marche… on en entend plus parler ! dommage ! :/

Guydegif(91)
Invité
A Badrien, au post de 10:19 ce 10/03: ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas que ça change ! Positivons ! Il n’y a que les c… qui ne changent pas d’avis. A Augure: en espérant que ce nest pas de mauvaise…. Positivons ! et espérons que, comme je disais plus haut : ”Va falloir que Empa, Fixit et le fameux Brevet évoqués ds l’article de 2012 fasse surface et viennent dire au grd jour ce qu’est devenu leur Solution Miracle !” Espérons qu’ils vont lire ces lignes et nos interrogations, ou qu’Enerzine les interroge,….pour qu’Augure puisse faire… Lire plus »
wpDiscuz