Un purificateur d’eau qui s’inspire de la micropuce

L’une des réponses à la crise de l’eau impropre à la consommation qui sévit dans les pays en voie de développement pourrait venir d’un dispositif de la taille d’un timbre-poste ressemblant étrangement à une puce d’ordinateur.

Des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) ont en effet mis au point un purificateur d’eau fait de silicone qui sépare les contaminants en utilisant des champs magnétiques, et ce sans risque de s’encrasser.

En prime, le système permettrait aussi de détruire de nombreux virus et bactéries.

Le dispositif transparent intègre des microcanaux, dont l’objectif est de filtrer l’eau sale – avec une charge positive ou négative – en utilisant un puissant champ magnétique. Bien qu’un seul appareil ne peut traiter que de petites quantités d’eau, les chercheurs du MIT imaginent que plusieurs centaines d’unités (1 600 exactement) placés sur des plaquettes de 8 pouces de diamètre, pourraient filtrer 15 litres d’eau par heure.

Le système qui fonctionne à une échelle microscopique comprend des méthodes de fabrication semblable à celles des micropuces. Mais au lieu d’utiliser du silicium, les chercheurs ont mis au point des dispositifs microfluidiques en silicone (caoutchouc synthétique).

Jusqu’à présent, les chercheurs ont testé avec succès une seule unité, en utilisant de l’eau de mer. L’eau a été délibérément contaminée par des petites particules de plastique, de protéines et de sang humain. L’unité a éliminé plus de 99 % du sel et d’autres contaminants. "Nous avons clairement démontré que nous pouvions le faire au niveau d’une seule unité", a indiqué Kim Sung Jae, chercheur au MIT.

Le système proposé devrait consommer autant d’électricité q’une ampoule classique.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Un purificateur d’eau qui s’inspire de la micropuce"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

à la limite, peu importe, car tout ce qui ressemble à une technique pas chère permettant d’améliorer l’accès à l’eau potable, même sur des volumes faiblest est bon à prendre. Le problème de l’eau et de l’assainissement n’a pas fini d’êtrte le N°1 pour la Planète, très loin devant notre bon ami des plantes, Mister CO2;

wpDiscuz