Une aile volante de Greenpeace survole Flamanville



Greenpeace affirme qu’un de ses militants a survolé jeudi la centrale nucléaire de Flamanville avec une aile volante motorisée, ce que la préfecture de la Manche a démenti.

Voici le communiqué de presse publié par Greenpeace sur son site internet :

" Suite au vol d’un pagojet ce matin dans la zone aérienne interdite de la centrale de Flamanville, les porte-paroles de Greenpeace France et Greenpeace International sont convoqués demain matin à 8h30 à la Gendarmerie de Cherbourg. Ils se rendront à cette convocation pour rendre-compte des insuffisances patentes de la sécurité de cette centrale nucléaire. "

" Un pagojet (aile volante motorisée) de Greenpeace a réussi à survoler ce matin la centrale nucléaire de Flamanville, franchissant sans aucune difficulté la zone interdite aérienne. Le pilote s’est ensuite évaporé au nez et à la barbe des gendarmes et des services de sécurité d’EDF qui le cherchent encore…Greenpeace a tenu là à démontrer les insuffisances du système de sécurité prévu par EDF. Le pagojet était équipé d’une banderole STOP EPR et d’une caméra embarquée. Greenpeace s’oppose au projet de construction d’un réacteur EPR sur ce site.

Pour regarder la vidéo montrant la scène décrite : ici
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Une aile volante de Greenpeace survole Flamanville"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Washi
Invité

Bonjour, Greenpeace, n’a toujours pas compris, que la guerre froide est-ouest est terminee depuis longtemps…. je suggere, pour les prochaines tentatives, leurs faire voir en live, ce qui est prevu….. qui cherche, doit obligatoirement trouver. il y en a marre, il faut se faire respecter, meme si cela doit être terrible.

geocari
Invité
Que veut montrer cette vidéo? que l’espace aérien aux abords de la centrale était alors libre d’accès ? – Si cet espace était contrôlé en permanence, Greenpeace parlerait d’état policier. – le ‘téméraire’ n’a fait que s’approcher de la centrale mais n’a pas survolé le dôme, d’où il airait pu lâcher un engin explosif – dans une situation de crise, les abords auraient été surveillés et ce téméraire aurait été logiquement abattu ! Greenpeace a juste pu prouver qu’elle existe, et rate les occasions d’aborder les vrais sujets : Qu’ils s’occupent des risques réels en Russie, Corée, Iran là ils… Lire plus »
wpDiscuz