Une algue à la place du pot d’échappement

Trois chercheurs du nord du Pays de Galles pensent avoir trouvé le moyen de résoudre le problème des émissions des gaz à effet de serre.

Leur solution-miracle : un boîtier qu’il suffit de placer sous une voiture à la place du pot d’échappement, pour capturer à la source le dioxyde de carbone. Le gaz capturé peut ensuite être transformé en biocarburant.

Surnommée "Greenbox", la technologie développée par le chimiste Derek Palmer et les ingénieurs Ian Houston et John Jones peut être utilisée aussi bien sur les bus, les camions, et éventuellement les bâtiments et l’industrie lourde. Seules les émissions des avions risquent de poser problèmes, selon eux.

"Nous sommes parvenus à développer le moyen de capturer la majorité des émissions des moteurs les plus polluants que nous ayons pu trouver", affirme Derek Palmer.

Le trio a eu l’idée de ce dispositif en travaillant sur l’effet du dioxide de carbone sur la croissance des algues, en vue de favoriser la pisciculture. C’est dans cette algue que réside le secret du trio : elle capture les particules responsables de l’effet de serre. Une fois caturé par la boîte, " le dioxyde de carbone, retenu en sécurité dans un état d’inertie, peut être facilement transporté et relaché dans un environnement contrôlé, avec un minimum de dépenses d’énergie. "

Le gaz récupéré pourrait en outre servir à nourrir cette algue miraculeuse afin de produire du biocarburant.

Plus de 130 tests ces 2 dernières années ont permis de confirmer l’efficacité du dispositif : entre 85 et 95% des émissions sont capturées. Les trois chercheurs estiment que 400 hectares de culture seraient suffisants pour capturer l’ensemble des émissions produites par les britanniques.

Ils sont actuellement en contact avec le gouvernement britanniques ainsi qu’avec Toyota et General Motors. En attendant, ils gardent jalousement le secret de leur prometteuse invention.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Une algue à la place du pot d’échappement"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
ryfxor
Invité

En fait il faudrait remplacer les algues à chaque plein d’essence, et de plus c’est 10 usines de 400 hectares chacune qu’il faudrait pour couvrir les besoins de l’angleterre.

wawa
Invité

1 kg d’essence doit se tranformer en un peu plus de 3 Kg de CO2, soit pour un plein de 30 kg d’essence 100 kg de CO2, repartis dans quels volume ? plusieurs m3 ? on essaie de mettre a la sauce ecologique n’importe quelle technologie de laboratoire, innaplicable dans la réalité. c’est une honte d’écrire de telles anneries!

Pascal
Invité
L’article est ambigü car il laisse supposer que les algues sont dans la boîte. Les algues capturent le CO2 lors de la photosynthèse, et pas de photon, pas de photosynthèse. Les algues n’ont aucune chance de survie dans une boîte froide et sombre. La dépêche de Reuters n’a pas été comprise. Reuters dit: une boîte capture le CO2, le CO2 peut être injecté dans un bioréacteur. voir Si une usine cherchait du CO2 pas cher pour gaver des algues, il lui suffirait de s’installer à côté d’une centrale électrique brûlant du charbon/fuel/gaz. Jusqu’à preuve du contraire, nul n’a encore réussi… Lire plus »
wpDiscuz