Une BDG pour lutter contre la prolifération nucléaire

Le gouvernement américain veut développer une base de données globales (BDG) sur les matériels nucléaires et radiologiques du monde entier pour aider les responsables américains à identifier et agir rapidement contre ceux qui aident à fabriquer "des bombes sales" ( la bombe nucléaire du pauvre).

La capacité de déterminer ceux qui ont fourni du matériel nucléaire utilisé dans une bombe est cruciale dans les efforts américains pour élaborer une nouvelle politique destinée à éviter la prolifération, selon un reportage paru dans l’édition de la semaine dernière du Defense News.

Les Etats-Unis souhaitent identifier les criminels liés aux activités nucléaires en quelques heures, mais une récente expérience avec la Libye a montré que ce processus pouvait prendre des années, selon le rapport.

L’effort d’assembler une banque de données sera dirigé par le nouveau Centre national de la technique nucléaire, qui relève du département américain de la Sécurité nationale.

"Nous nous efforçons de créer l’ADN et les empreintes pour les matériels radiologiques et nucléaires" des quatre coins du monde, a indiqué Vayl Oxford, directeur du Bureau de détection nucléaire du département.

Le centre bénéficiera d’un budget limité et agira en tant que centre de coordination avec d’autres agences gouvernementales concernées, dont les départements de la Défense, de l’Energie et d’Etat, le bureau du procureur général, des agences de renseignement et la police fédérale (FBI).

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz