Une conception lumineuse à faible coût pour des LEDs plus “vertes”

L’élimination progressive des ampoules à incandescence traditionnelles aux États-Unis et ailleurs, ainsi que l’intérêt croissant pour l’efficacité énergétique, a permis de faire émerger l’éclairage à LED.

Toutefois, cette tendance pourrait être de courte durée, car les matériaux clés connus comme étant des éléments de terres rares deviennent de plus en plus chers.

Des scientifiques ont affirmé avoir développé de nouveaux matériaux pour la fabrication d’ampoules LEDs domestiques sans avoir recours à ces éléments rares. Ils ont rendu compte de leur découverte dans la revue de l’American Chemical Society (ici).

L’éclairage LED, capable de durer de 10 à 30 fois plus longtemps que les ampoules classiques, constitue désormais une alternative énergétique efficace.

Selon le département américain de l’énergie (US Department of Energy), un boom de l’éclairage LED lors des deux prochaines décennies, "pourrait faire économiser au pays 250 milliards de dollars de facture énergétique, réduire près de 50% de la consommation d’électricité pour l’éclairage, et éviter 1.800 millions de tonnes de carbone émission."

Une conception lumineuse à faible coût pour des LEDs plus "vertes"

Les ampoules à LED blanche sont déjà disponibles sur les étagères des magasins, mais ce type de lumière est considéré comme plus "froid" que la lumière chaude des ampoules traditionnelles. De plus, la plupart de ces diodes sont fabriquées avec des éléments de terres rares qui sont de plus en plus demandés pour une utilisation dans presque tous les appareils de hautes technologies. Cela a pour conséquence de renchérir le coût de la technologie. L’équipe de recherche du Pr. Jing Li a donc entrepris de résoudre les problèmes liés aux matières premières et aux prix.

Les chercheurs ont conçu une famille de matériaux qui ne contiennent pas de terres rares mais sont fabriqués à partir d’iodure de cuivre, un composé abondant. Ils les ont employés de sorte à obtenir un éclairage de teinte blanche chaude ou d’autres couleurs à l’aide d’un procédé à faible coût. "En combinant ces caractéristiques, cette classe de matériaux affiche des résultats prometteurs pour une utilisation dans des applications d’éclairage général," ont conclu les scientifiques.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Une conception lumineuse à faible coût pour des LEDs plus “vertes”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
pierreerne
Invité

Dans le texte, l’iodure de cuivre est un composé qualifié d'”abondant”. Si on consulte l’abondance relative des éléments dans Wikipédia, on constate que l’abondance de l’yttrium, matériau utilisé abondamment dans la fabrication des LEDs blanches est de 31 ppm, tandis que celle de l’iode est seulement de 0,14 ppm. Il paraît donc curieux de vouloir remplacer, sous prétexte de rareté relative, un élément (l’ytrium) par un autre (l’iode) d’abondance 200 fois plus faible !!

jpm
Invité

dans l’article il n’est pas question de concentration en iode ou yttrium dans je ne sais quoi en ppm, il est dit une évidence: l’iode est abondant dans les roches et dans la mer, l’yttrium est uniquement dans des gisements de terres rares dont le chine a le quasi monopole et qui auront tendance à devenir de plus en plus rares et chères.

Tech
Invité

quand on lit un article et que l’on propose un lien, il faut le faire complètement! l’indium est une autre terre rare employée et encore moins disponible que l’iode! et ensuite il s’agit de savoir si la quantité est suffisante, le % devenant alors annexe! moi ce que je retiens, c’est possibilité de diviser par 2 la conso mondiale d’éclairage!

wpDiscuz