Enerzine

« Une étude qui fait trembler l’industrie des gaz de schiste »

Partagez l'article

Selon la députée européenne Michèle Rivasi (Groupe Europe Ecologie Les Verts), une étude américaine officielle – non encore publiée** – aurait établi "un lien entre la réinjection des eaux usées dans les puits fracturés et l’intensification de séismes à proximité des puits."

Pour la députée européenne, les résultats de l’étude de l’Institut d’études géologiques des Etats-Unis sont une preuve de plus des dangers liés à l’exploitation des gaz de schiste : « Les gaz de schiste représentent des menaces multiples pour la qualité de l’air, de l’eau et donc pour la qualité de notre environnement et notre santé. Une nouvelle menace vient d’être confirmée et pour une fois la fracturation hydraulique n’est pas mise en cause directement. »

« L’étude qui a porté sur la partie centrale des Etats-Unis démontre l’intensification de séismes à proximité des puits utilisés pour se débarrasser des eaux usées et polluées suite à leur utilisation lors d’opérations de fracturation hydraulique. Dans les années 1970, seuls 21 tremblements de terre par an se produisaient dans les régions centrales des Etats-Unis. Or depuis l’intensification de l’exploitation des gaz de schiste dans les années 2000 les chiffres ont explosé: en 2009 il y a eu 50 séismes, 87 en 2010 et 134 en 2011. »

« Par accumulation et à grande profondeur, la pression exercée par les eaux usées dans les nappes souterraines provoquerait donc des secousses sismiques. Une industrie qui génère des déchets doit être à même de les traiter, mais comme toujours cela coûte cher d’être exemplaire. L’absence de solution efficace pour traiter les eaux usées (polluées aussi par des matières radioactives présentes en profondeur) a poussé les industriels à recourir à cette solution de facilité qu’est la réinjection. C’est pourquoi j’appelle la Commission européenne à s’intéresser vivement aux résultats de cette étude et à en tirer les leçons nécessaires. »

Michèle Rivasi indique que les sources (en anglais) confirmant ses propos sont accessibles par les liens ci-dessous :

Il y a des citations du rapport en ligne : ici  et des explications plus amples au sujet de la réinjection des eaux usées et leur lien avec les secousses sismiques : ici . Vous trouverez aussi de plus amples informations : ici

** Il y a eu une présentation publique de l’étude lors d’une conférence organisée par la Seismological Society of America mais elle n’est pas encore publiée. Ces informations datent du 18 avril dernier.


Partagez l'article

 



                

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    6 Commentaires sur "« Une étude qui fait trembler l’industrie des gaz de schiste »"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Rice
    Invité

    Ici comme dans le nucléaire, les coûts cachés masquent la réalité économique… S’il fallait traiter « correctement » les effluents, la mariée serait nettement moins belle. Heureusement, ici comme ailleurs, François H. veille… vivement le 6 mai !

    Steph
    Invité

    La region de Bale (Suisse) a ete frappee en 2010 par ces memes seismes qui ont la meme cause : fracturation hydrolique mais realisee dans un but geothermique et non petrolier. Ici cependant le projet a ete arrete net.

    gaga42
    Invité

    Indépendament du problème sismique (et jusqu’à preuve du contraire, la publication n’est pas sortie…), c’est quand même incroyable que les effluents soient injectés pour des raisons économiques, de la même façon qu’on met la poussière sous le tapis, alors qu’un industriel quelconque n’aurait pas le droit de procéder ainsi.

    Guydegif(91)
    Invité
    La remarque de Steph est pertinente ! J’avais suivi le projet géothermique de Bâle et j’étais allé sur place lors d’une réunion d’info: l’objectif était de faire comme à Soultz-sous-Forêts (67) et de démontrer le potentiel géothermique profond (200 °C à 5000m) de la plaine rhénane d’Alsace du Nord au Sud. Un forage dans un quartier construit de Bâle, non loin de la frontière française et St-Louis, qui avait mis en oeuvre de la fracturation hydraulique pour  »rouvrir » des failles  »guéries » donc obturées et ainsi permettre une circulation de fluide (eau injectée ultérieurement) extracteur de calories arrachées à la roche… Lire plus »
    Nicias
    Invité

    Guydegif(91): « avait engendré un séisme local allant jusqu’à 3 sur l’échelle de Richter, causant un certain nombre de dégâts sur un quartier de Bâle… » Il y a régulièrement en France des séismes de jusqu’à 5 sur l’échelle de Richter, voir la page wikipédia sur les séisme en France (celui de Bâle est indiqué et n’aurait fait aucun dégat), qui n’ont fait aucun dégat répertorié. Un séisme de 5 est 900 fois plus puissant qu’un séisme de 3. Les marchands de peur, sont sur la brèche !

    Guydegif(91)
    Invité
    A propos  »Dégâts » évoqués dans mon post du 2/05 14:15:51 sur un quartier de Bâle: un grand bruit avec qqs craquements, de l’affollement et qqs fissures dans des bâtiments….un peu de panique et des protestations ! plus qqs Keurs de réparations. Suffisamment pour marquer un coup d’arrêt aux tests et investigations géothermiques dans les profondeurs de Bâle pour ce coup-là ! avec report aux …callendes grecques, sans doute…. Il est sûr que si on est touché en tant que propriétaire d’un bien ébranlé par en-dessous on peut ne pas voir d’un bon oeil qu’on vienne vous ébranler les soubassements….de là… Lire plus »
    wpDiscuz