Une micro-turbine qui s’adapte à nos artères !

Avec ses collègues suisses de l’Université de Berne et de l’Université des sciences appliquées de Berne, le professeur Pfenniger a testé de petites turbines conçues pour se loger à l’intérieur même de l’appareil circulatoire humain et fonctionner tel un générateur hydroélectrique !

"Le coeur produit environ 1 ou 1,5 watts de puissance hydraulique, et nous aimerions en prendre ne serait ce qu’un milliwatt," a expliqué le professeur, avant d’ajouter, "un stimulateur cardiaque n’a besoin d’environ que 10 microwatts pour fonctionner".

Un peu plus tôt, ce mois-ci, lors de la conférence sur les Microtechnologies en médecine et biologie à Lucerne (Suisse), Alois Pfenniger a présenté les résultats d’un essai dans lequel un tube imitait l’artère thoracique interne. La plus efficace de ces turbines qu’il a lui même testé a produit environ 800 microwatts, ce qui serait suffisant pour faire fonctionner des dispositifs plus énergivores que les stimulateurs cardiaques.

Les capteurs de pression sanguine, les pompes pour délivrance de médicaments, ou les neurostimulateurs pourraient potentiellement tous bénéficier d’une alimentation indépendante. Ces dispositifs sont déjà implantés chez de nombreuses personnes, mais chacun de ceux-ci a besoin d’une batterie interchangeable ou d’un câble électrique afin de pouvoir continuer à travailler.

Une micro-turbine qui s'adapte à nos artères !

La miniaturisation de ces appareils et l’élimination des câbles pourraient permettre aux chirurgiens de les implanter de manière à améliorer la circulation sanguine, réduire les effets secondaires, et ajouter de nouvelles fonctions. Des dispositifs autonomes pourraient également "surveiller en continu les signes vitaux de notre organisme", suggère enfin le Pr. Pfenniger.

Cependant, il semblerait que les turbulences engendrées par le système provoqueraient des caillots de sang ! En effet, lorsque le sang se retrouve piégé dans des tourbillons, il commence à coaguler. Pfenniger et ses collègues reconnaissent qu’ils devront faire face à ce type de problème pour éviter la formation de caillots sanguins. Ils pourraient alors entreprendre un autre design ou améliorer simplement les modèles existants en se basant sur différentes simulations numériques.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Une micro-turbine qui s’adapte à nos artères !"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

… la bio énergie (si c’est pas le cas de le dire, ce n’est à n’y rien comprendre !)

Shok
Invité

energie bio, energie renouvelable ce sont tous des termes biaisés. quelle que soit les solution utilisés c’est la durée d’un cycle dans le système qui change. mais c’est vrai que ce genre de solution est interessante.

wpDiscuz