Enerzine

Une petite enquête sur le Gazole non routier

Partagez l'article

Six mois après l’apparition du Gazole non routier (GNR), le nouveau carburant à faible teneur en soufre et à quelques jours de sa généralisation aux tracteurs agricoles, la Fédération Nationale des Entrepreneurs Des Territoires (FNEDT) a tenu à réaliser une enquête auprès de ses adhérents, entrepreneurs agricoles, ruraux et forestiers.

Il s’agissait pour elle de dresser un premier bilan avant l’hiver. Il se confirme en premier lieu que la mise en place du GNR dans les entreprises n’a pas soulevé de difficultés majeures au sein de la profession. Cette enquête permet d’apporter, à ce jour, toutes les critiques sur l’utilisation du GNR.

Le total des réponses porte sur 5 millions de litres consommés depuis le passage de l’entreprise jusqu’à octobre par les engins automoteurs et les tracteurs.

« Il ressort donc qu’aucune remontée de problèmes moteurs n’a été soulevée, les entrepreneurs interrogés sur la consommation de leurs engins agricoles, forestiers estiment au contraire que c’est beaucoup mieux pour eux de rouler avec un carburant propre » a analysé à son tour Patrice Gauquelin, administrateur de la FNEDT, entrepreneur dans l’Orne qui possède un parc de plus de 20 machines : tracteurs et matériels de récolte.

« 73 entrepreneurs sur 89 ont répondu qu’il pensait que le passage au GNR avait été trop dramatisé, et 59 qu’ils sont satisfaits de son utilisation même si pour 61 entrepreneurs son prix est plus élevé que le fuel » a t’il ajouté.

Les entrepreneurs positifs ont retenu : Les problèmes annoncés ne se sont pas produits, amélioration du fonctionnement des moteurs, pas de fumée, pas de problème lors du passage au GNR, bonne occasion pour mettre aux normes la cuve, carburant moins polluant.

Les entrepreneurs inquiets se posent des questions sur : Les investissements nécessaires au stockage, leur trésorerie avec une hausse du prix entre 2 et 4 c de plus/litre, la répercussion dans le prix des prestations de travaux, la date du 1er novembre trop tardive pour la livraison du GNR d’hiver, l’effet de rush sur le produit risque encore de faire augmenter le prix.

Les entrepreneurs attentistes constatent
: Un manque de recul sur le produit, attendent le comportement du GNR l’hiver dans les réservoirs, posent le problème de la remise hivernale des machines.

Le vote d’une hausse de la TIPP* sur le fuel agricole la semaine passée à l’Assemblée nationale est un signe de plus sur la nécessité d’amplifier les actions de formation à la conduite économique des engins agricoles car le premier litre économisé n’est pas à payer. Et la question de la répercussion des hausses de coût dans les prix des prestations est critique en agriculture surtout quand l’agriculteur vend sa production en dessous de son prix de revient.


** L’enquête a été menée du 19 octobre au 25 octobre 2011. Les 83 réponses collectées viennent de toutes les régions et sont à 90 % d’entreprises de travaux agricoles. Les répondants sont passés au GNR majoritairement en mai 2011, quelques-uns dès la 2ème quinzaine d’avril et les autres en juin et début juillet.

(*) TIPP : Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    1 Commentaire sur "Une petite enquête sur le Gazole non routier"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Jessy
    Invité

    Peut on me dire si je peux utiliser le G N R dans un poele pour me chauffer comme auparavant ? merci

    wpDiscuz