Une poudre d’escampette pour micropolluants

Plus finement pulvérisé, le charbon actif est plus efficace pour capturer les micropolluants. Une technique qui pourrait être appliquée dans les usines suisses de traitement des eaux usées. Des chercheurs de l’EPFL ont mené l’enquête.

Les micropolluants, sont d’infimes traces de produits chimiques provenant de médicaments ou de produits utilisés dans l’agriculture. Ils constituent une menace pour les écosystèmes aquatiques, même à des concentrations très faibles. Afin de réduire la quantité de micropolluants rejetés dans la nature, on traite les eaux usées avec de la poudre de charbon actif. Or des chercheurs de l’EPFL ont amélioré cette approche en utilisant une variante très finement broyée, qui élimine au moins cinq fois plus vite les micropolluants. Leur étude a été publiée le mois dernier dans le journal Water Research et pourrait potentiellement être mise en pratique dans les usines suisses de traitement des eaux usées.

Confrontées à l’augmentation des concentrations de micropolluants dans les lacs et rivières suisses, les autorités ont réagi en demandant à une centaine de stations d’épuration de mieux s’équiper pour une meilleure élimination de ces substances. Le traitement à l’ozone, qui transforme les micropolluants, s’avère efficace. Mais lorsque les eaux usées contiennent certains composés chimiques, comme les bromures, le procédé peut générer de nouveaux composés toxiques. Le traitement des eaux avec de la poudre de charbon actif évite ce problème. Mais il est plus cher et énergivore.

Dans le laboratoire de Tamar Kohn, des chimistes environnementaux sont parvenus à démontrer que l’utilisation d’une poudre de charbon actif très finement broyée peut potentiellement réduire le coût de l’élimination des micropolluants. La méthode a été testée sur dix micropolluants typiques, qui ont tous été éliminés plus efficacement: dans certains cas, 65 fois plus rapidement!

L’Etat suisse a fixé comme objectif d’éliminer 80% au moins des micropolluants dans les eaux usées. Le travail des chercheurs de l’EPFL montre qu’il faudrait moins de temps et de charbon pour y parvenir. «La prochaine étape consiste à tester l’approche dans une étude pilote pour s’assurer qu’elle est réalisable en grandeur nature, dans une station d’épuration», estime Florence Bonvin, auteure principale de l’étude.

Référence: Florence Bonvin, Livia Jost, Lea Randin, Emmanuel Bonvin and Tamar Kohn, Super-fine powdered activated carbon (SPAC) for efficient removal of micropollutants from wastewater treatment plant effluent, Water Research, Volume 90, 1 March 2016

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Une poudre d’escampette pour micropolluants"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Deparidji75
Invité

Des chimistes environnementaux sont parvenus à démontrer que l’utilisation d’une poudre de charbon actif très finement broyée peut potentiellement réduire le coût de l’élimination des micropolluants. La méthode a été testée sur dix micropolluants typiques, qui ont tous été éliminés plus efficacement: dans certains cas, 65 fois plus rapidement! Avec tous le charbon fossile que nous avons en réserve dans le monde ,on va pouvoir en éliminer énormément,des micropolluants…Si le charbon ne devait plus servir à produire de l’énergie ,il pourra toujours servir à dépolluer.

wpDiscuz