Une première : Boeing et Airbus unissent leurs efforts

C’est assez rare pour le signaler : Boeing et Airbus déposent les armes pour défendre ensemble l’environnement. En effet, les deux géants de l’aéronautique viennent de signer le 22 avril à Genève, un accord de coopération pour réduire l’impact de l’aviation sur l’environnement.

L’objectif des deux sociétés est d’accélérer la démarche d’amélioration du système de management du transport aérien afin d’en accroître l’efficacité et d’éliminer le problème d’encombrement du trafic.

Cet accord, conclu en marge du troisième Sommet de l’Aviation et de l’Environnement de Genève entre les deux sociétés leaders de l’industrie, a été signé par Scott Carson, Président et CEO de Boeing Commercial Airplanes, et Tom Enders, Président et CEO d’Airbus. "La concurrence entre Airbus et Boeing a été un élément essentiel qui nous a permis de préciser notre approche et nos efforts en vue de rendre l’aviation plus efficiente", a déclaré Scott Carson. "Même si notre vision est souvent différente, nous partageons le même objectif – réduire l’impact environnemental de l’aviation."

Je suis convaincu que la technologie et l’innovation sont des facteurs clés qui permettront de réduire l’impact environnemental de l’aviation et d’accroître son éco-efficience”, a pour sa part déclaré Tom Enders. "Et la concurrence est un formidable moteur de motivation dans ce domaine. Boeing et Airbus partageant une vision commune en matière d’environnement et de sécurité, il est dans l’intérêt de chacun d’entre nous de coopérer pour atteindre plus rapidement nos objectifs communs."

Au cours des 40 dernières années, l’industrie aéronautique a connu d’importantes améliorations en matière d’efficience des avions avec une réduction de 70 % des émissions de CO2, de 75 % du bruit et de 90 % des hydrocarbures non brûlés.

Le conseil consultatif pour la recherche aéronautique en Europe ACARE (Advisory Council for Aeronautics Research in Europe) a pour cible une réduction de 50 % des émissions de CO2 et de 80 % des émissions de NOx d’ici 2020.

Un système optimisé de gestion du trafic aérien peut largement contribuer à la réalisation de cet objectif. Les améliorations du système de transport aérien mondial, par exemple des itinéraires optimaux, une meilleure gestion des arrivées et le contrôle de la vitesse, permettront de réduire sensiblement les retards et les temps de vol, d’où des économies de consommation de carburant et une réduction des émissions. De telles améliorations de la gestion du trafic aérien constituent des opportunités majeures pour réduire les émissions de CO2 à court terme.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Une première : Boeing et Airbus unissent leurs efforts"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité

Cet objectif et cette volonté de convergence sur les intérêts supérieurs de la planète méritent d’être soulignés en effet ! Bravo aux 2 CEO de Boeing et Airbus. A+ Salutations Guydegif(91)

Benoit
Invité
Tous ceux qui prétendent pouvoir donner un chiffre précis sont des charlatans. Ensuite, ce chiffre est nécessairement évolutif. Dire “Tchernobyl” a fait tant de morts. Point final. On pourrait en rire si ce n’était pas si grave. Hiroshima et Nagazaki font toujours des morts aujourd’hui. Les effets sont beaucoup trop différés et indirects. Un autre grave problème du nucléaire : le danger n’est perceptible par aucun des sens humains : ni la vue, ni le toucher, ni l’odorat (sauf à très fortes doses, voir les témoignages des “liquidateurs” à ce sujet) Ensuite, parmi tel ou tel cancer parmi les populations… Lire plus »
wpDiscuz