Une technologie de recyclage des terres rares primée par ICIS

Solvay a annoncé mardi avoir reçu le prix ICIS* 2012 de « la meilleure innovation durable » qui récompense le développement et la mise en œuvre d’une technologie inédite de recyclage des 6 terres rares issues des ampoules à économie d’énergie usagées.

Une fois recyclées et reformulées, ces terres rares sont renvoyées chez les fabricants d’ampoules à économie d’énergie et réutilisées dans la fabrication de nouvelles ampoules, rendant le cycle de vie de ces produits encore plus durable.

Cette technologie a été mise au point par une équipe encadrée par Nicolas Barthel, Responsable du Laboratoire et des Projets Pilotes de Recherche et Développement de l’usine de terres rares de Solvay située à La Rochelle, Jean-Jacques Braconnier, ingénieur R&D en développement de processus industriel, Alain Rollat, Directeur de développement technologique et Frédéric Carencotte, Directeur Industriel de l’activité Terres Rares.

Ils recevront officiellement ce prix le 7 décembre prochain à Londres.

"Nous sommes fiers de recevoir ce prix qui récompense les efforts de tous les membres de l’équipe qui ont coopéré à la conception et au développement de cette technologie de recyclage unique en son genre" a indiqué Frédéric Carencotte. "Ce développement a clairement consolidé notre leadership technologique en tant que fournisseur de formulations à base de terres rares. Nous sommes à présent en mesure d’offrir à nos clients une boucle fermée pour leurs poudres luminophores à base de terres rares, ce qui les aide à réduire encore plus leur empreinte environnementale", a-t-il ajouté.

Les unités de recyclage sont opérationnelles dans deux usines en France, à Saint-Fons (Rhône-Alpes) et à La Rochelle (Charente-Maritime).

Elles recyclent les six terres rares – le lanthane, le cérium, le terbium, l’yttrium, l’europium et le gadolinium – présentes dans les poudres luminophores des ampoules à économie d’énergie tout en préservant leurs propriétés fonctionnelles.

Les poudres luminophores qui sont traitées à Saint-Fons sont livrées par des sociétés spécialisées qui collectent les ampoules usagées et en séparent les composants.

L’usine de Saint-Fons en extrait le concentré en terres rares qui est ensuite envoyé à l’usine de La Rochelle, cette dernière détenant un savoir-faire unique en Europe en matière de séparation. Les six terres rares sont ensuite reformulées par Solvay en précurseurs de luminophores qui seront réutilisés dans la fabrication de lampes nouvelles.

*ICIS : l’un des plus gros fournisseurs de contenus et d’informations sur les secteurs de la chimie et de l’énergie

Partagez l'article

 



Articles connexes

1
Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Pastilleverte
Invité
Pastilleverte

une information positive et utile. recyclage d’engins potentiellement dangereux, et baisse de la dépendance vis à vis de la Chine, principale et quasi unique producteur desdites terres; Mais c’est comme pour le papier recyclé, pour que ça fonctionne, il faut bien de la « matière première brute », soit dans ce cas des ampoules BC à mercure et … terres rares produites en chine !