Une usine à énergie marine va voir le jour en Inde

Alors que des pays comme l’Ecosse, la Corée du sud ou encore New York ont tous en projet de développer l’énergie des vagues, l’Inde veut également prendre part au mouvement en rejoignant le concerto grâce notamment à l’installation prochaine d’une centrale marine dans le golfe de Kutch.

La centrale de 50 MW sera développée par la compagnie "Atlantis Ressources" basée à Londres, en partenariat avec Gujarat Power Corporation. La construction devrait débuter dès cette année, avant une mise en service d’ici 2013, soit 2 ans avant les sud Coréens !

Atlantis Ressources avait déjà dévoilé le 11 août dernier, en Écosse, la plus grande et la plus puissante turbine hydrolienne jamais construite à l’endroit où ils ont également la volonté d’implanter une centrale électrique de 378 MW basée sur l’énergie des courants.

Selon une étude poussée, la compagnie britannique a indiqué que le golfe de Kutch pourrait développer jusqu’à 300 MW de capacité hydrolienne. Mais la centrale resterait limitée à environ 250 MW.

D’un coût unitaire de 165 millions de dollars, une usine de cet acabit demeure relativement onéreuse à ériger à cause surtout des travaux gigantesques de génie civil. Aussi, pour rendre le projet du golfe de Kutch économiquement viable, des tarifs élevés de ventes d’électricité se révèleront nécessaires.

Même si les centrales à énergie marine ne sont généralement pas rentables avant huit à douze ans, leurs avantages environnementaux demeurent sans précédent car cette énergie reste incroyablement prévisible, ce qui en fait l’une des sources les plus fiables en énergie renouvelable.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Une usine à énergie marine va voir le jour en Inde"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Marianneb
Invité

Il faut faire la distinction entre l’energie maremotrice (telle celle utilisee par le barrage de la Rance) et l’energie des courants, telle que developpe par les leaders actuels Marine Current Turbines, OpenHydro et Atlantis.  On ne peut donc comparer ce qui se passe en Coree du Sud et cette technologie proposee par Atlantis, innovante et beaucoup moins dangereuse sur le plan environnementale.

Momo1
Invité

Absolument d’accord av. vs. Ceci semble etre une hydrolienne , mue par la force des courants ( y compris ceux de marees , qui s’inversent quotidiennement ) Le gros ” point noir ” souligne par cet article est le prix de revente de cette electricite …. et en Inde , des prix eleves , cela ne passe absolument pas ( je ne sais pas ds. le futur lointain , mais c’est inenvisageable ds. le futur proche …. ils subventionnent meme l’essence et le petrole pour la cuisine ! )

enerZ
Invité

La confusion a été levée. Il s’agit comme vous le dite de technologies basée sur l’énergie des courants et non des marées. Merci de votre vigilance. La rédaction

Pastilleverte
Invité

Bonne nouvelle pour les indiens : une “centrale” hyrolienne, ça n’émet pas de CO2 (en fonctionnement, mais références aux travaux importants de génie civil ==> ciment ==> beaucoup de CO2 au départ) C’est M Hansen (James) qui va être content ! Mauvaise nouvelle : presqu’aucun Indien ne pourra s’offrir de l’électricité, ou alors il aura de l’énergie et pas grand choses à côté (je caricature, bien sûr) Que ne ferait-on pas pour “sauver la Planète” ??? (la Terre, je pense n’en a strictement rien à f… et elle en a vu d’autres et des plus sévères, l’Homme, par contre…)

wpDiscuz