Une voie toute tracée pour le propylène bio-sourcé

La compagnie Global Bioenergies valide expéri- mentalement une nouvelle voie métabolique permettant la conversion biologique de ressources renouvelables en propylène, une des principales briques élémentaires de la pétrochimie.

Le propylène, principalement utilisé pour fabriquer du polypropylène, un plastique destiné à l’emballage et l’automobile, est la deuxième molécule la plus importante de la pétrochimie en volume et représente un marché de 93 milliards de dollars.

Aucune voie métabolique menant au propylène n’est connue chez les microorganismes ; créer un procédé de bioproduction directe de propylène requerrait donc le design d’une voie artificielle reposant sur des activités enzymatiques inédites et de nouveaux intermédiaires métaboliques.

"Concevoir une telle voie et identifier expérimentalement un candidat enzymatique pour chacun des segments constituait selon moi un des plus grands défis scientifiques et technologiques de la biologie industrielle" a indiqué Philippe Marlière, co-fondateur et président du conseil scientifique de Global Bioenergies.

Plusieurs demandes de brevet, dont Global Bioenergies dispose des droits d’exploitation exclusifs, ont été déposées.

"De nouvelles enzymes et des voies métaboliques innovantes sont requises pour pleinement exploiter le potentiel de la biologie dans la chimie industrielle. Global Bioenergies continue à faire d’immenses avancées dans cette direction" a déclaré Charles Nakamura, vice-président pour le génie métabolique.

L’ingénierie d’enzymes plus actives et leur intégration dans des microorganismes aura lieu dans les prochaines années et devrait conduire à un prototype du procédé, qui restera à industrialiser. "La volatilisation spontanée du gaz hors du milieu de fermentation simplifiera considérablement les efforts de purification en aval du fermenteur" a ajouté Richard Bockrath, vice-président pour le génie chimique.

Et Marc Delcourt, P-DG, de conclure : "Nous avions annoncé qu’un de nos objectifs était de répliquer à d’autres oléfines le succès déjà obtenu sur l’isobutène. La case est maintenant cochée pour l’une de nos principales cibles. Nous prévoyons de collaborer avec de grands industriels pour développer le procédé propylène à partir de nos actifs métaboliques actuels. J’entrevois un futur, encore lointain, où l’utilisation de végétaux sera un élément dominant dans la fabrication des voitures."

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz