Uranium : France 3 déterre un sujet sensible

Depuis 2001, les 210 gisements d’uranium exploités en France sont épuisés. Dans un magazine consacré à la gestion de ces sites désormais inactifs, France 3 a directement mis en cause Areva, accusée de négligences concernant les déchets dangereux. L’émission a suscité de nombreux remous.

Présenté par Elise Lucet, le magazine "Pièces à conviction" révélait mercredi les manquements d’Areva dans la gestion des déchets issus de l’exploitation du minerai radioactif.

Ainsi, une partie des 166 millions de tonnes de "stériles",  roche à trop faible teneur pour être exploitée, a-t-elle pu être employée à la formation de remblais, et même parfois utilisée dans la construction de routes, de parkings, voire de logements et d’écoles.

D’après les informations de la Criirad, des contaminations et des fuites de gaz radioactifs (radon) ont été constatées en provenance de 17 sites recueillant 50 millions de tonnes de résidus.

Interrogé au cours de l’émission, le ministre d’Etat Jean-Louis Borloo a reconnu que l’exploitation des mines d’uranium était resté un domaine "globalement réservé" au seul chef de l’Etat. "Je demande donc à Areva, qui m’apparaît responsable clairement, juridiquement et entièrement, de faire son boulot. Je demande d’avoir le rapport d’enquête", a-t-il déclaré.

L’émission, suivie par 3 millions de téléspectateurs, a suscité de nombreuses réactions et provoqué la colère d’Areva. Avant la diffusion du magazine, le groupe avait menacé de saisir le Conseil Superieur de l’Audiovisuel, dénonçant le caractère "à charge" de l’émission. Dans un communiqué postérieur à sa diffusion, elle accuse le magazine de "calomnie", et tient à "rétablir la vérité sur les activités mises en cause" : 

"Avec un budget réaménagement de 4 à 5 millions d’euros par an, Areva mobilise en permanence 100 spécialistes (santé, radioprotection, géologie, environnement) sur le sujet", souligne le groupe. "Chaque année, près de 10 000 analyses et des milliers de prélèvements sont réalisés par Areva ou par les DRIRE (Directions régionales de l’industrie, de la recherche et de l’environnement)."

Areva insiste sur sa méthodologie "rigoureuse et reconnue, tant par les autorités nationales qu’au niveau international", et sur le contrôle des DRIRE, de l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) et des DDASS (Directions départementales des affaires sanitaires et sociales).

Par ailleurs, le communiqué indique qu’"Areva entretient des relations régulières avec les élus locaux, les associations et les riverains dans une démarche de dialogue permanent."

"A l’époque de la fermeture des mines," se défend encore le groupe, "la réglementation sur l’exposition du public fixait la limite à 5 millisieverts (mSv) par an ajoutés au milieu naturel. Cette limite a été ramenée à 1 mSv par an en 2004. Areva suit scrupuleusement cette réglementation appliquée à toute l’industrie du nucléaire. Il convient de noter que les études épidémiologiques n’ont montré aucun effet sur la santé en dessous de 100 mSv".

"En France, 70 % de la radioactivité à laquelle est exposé un individu est d’origine naturelle et 30 % relèvent de l’exposition médicale", ajoute le communiqué.

"Dans certaines régions, comme le Limousin et une grande partie de la Bretagne, la radioactivité naturelle peut atteindre des niveaux bien supérieurs à celle des stériles miniers – roches pas ou très faiblement radioactives – qui recouvrent les mines d’uranium et qui ont pu être utilisés occasionnellement dans le domaine public dans le but, par exemple, de réaliser des remblais de chemins, des parkings, des sous-bassements ou des ronds-points", admet le groupe

 

L’émission Pièce à Conviction est rediffusée sur France 3 mardi 17 février à 02h10. Elle est visualisable en ligne : http://programmes.france3.fr/pieces-a-conviction/51415247-fr.php

Suite à cette émission, l’IRSN a mis en ligne sur son site des informations et la carte des sites miniers français.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

36 Commentaires sur "Uranium : France 3 déterre un sujet sensible"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jerom57
Invité

les detecteurs ne mentent pas!  Ils nous prennent vraiment pour des cons la cupidité nous mene dans l’impasse j’ai honte pour l’espece humaine. BRAVO A FRANCE 3 POUR SONT AUDACE j’espere que ce genre de reportage sera encore possible quand le president de president de france television sera un copain de president de la république

energizer
Invité
AREVA est en colère car on a révélé leurs petits secrets… Au-delà du problème sanitaire, peu discutable quand les compteurs explosent, se pose celui d’un secteur complétement opaque. Certes, le rapport “espace nécessaire/production KW” est intéressant mais… Le nucléaire, une energie finale coûteuse qui a longuement bénéficiée d’aides de l’Etat, une energie centralisée (donc beaucoup de lignes et de perte), aux mains d’une minorité, laissant des déchets hasardeux et oeuvrant désormais dans des pays moins exigeants d’un point du vue social et environnementale (ex: Niger), avec des émissions de CO2 n’en déplaise au service communication d’AREVA, et une indépendance energetique… Lire plus »
Baobao
Invité

J’ai zappé après quelques dix minutes tant le niveau de l’émission était consternant. Digne d’un tabloid. Une journaliste (?) agressive, du parti pris, de l’annonce de pas grand chose avec des effets de manche. Dommage, le sujet était intéressant et nous aurions pu en apprendre. Et dire que nous payons une redevance pour entretenir une telle médiocrité.

Dgewi
Invité
Les “compteurs explosent” dit energizer et “les compteurs ne mentent” pas dit jerom57. Et bien si ils peuvent mentir. Pour évaluer le débit de dose (en mSv/h) il faut des compteurs spécifiques, le geiger est un appareil de prospecteur dont le crépitement peut être utilisé pour affoler les populations. Dans un flux de neutrons qui vous fait crever en un clin d’oeil le geiger est muet ! La règle pour réaménager les terrains autour des anciennes mines d’U est de limiter l’exposition de la population à 1 mSv/an (c’est la loi) voir à ce sujet le site de l’IRSN. Il… Lire plus »
Lecomte
Invité

Elise Lucet est amie avec Michèle Rivasi ( Présidente fondatrice de la Criirad ) et elle est aussi amie avec Corinne Lepage qui a fondé Cap 21 qui est une association antinucléaire bien connu . Elise Lucet en concertation avec tous ses amis anti nucléaire a sciemment lancé  une émission de désinformation gravissime contre Areva .Tous ceci en complicité absolu avec la Criirad qui se prétend une Ong indépendante (de l’industrie nucléaire) ; mais qui dépend totalement des lobbys Antinucléaires .

Lecomte
Invité
Origines de la CRII-RAD   CRII-RAD signifie Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité. Officiellement, il s’agit d’une association de scientifiques dont la vocation est d’informer le public sur tout ce qui concerne les rayonnements ionisants, fondée en mai 1986 suite à la catastrophe de Tchernobyl.A cette époque, les autorités sanitaires françaises ont été pointées du doigt au cours d’une campagne de presse sans précédent sur le nuage radioactif. Cette campagne a été tellement intense, qu’aujourd’hui encore, l’évocation du nuage radioactif provoque un réflexe pavlovien chez l’homme de la rue : ” Ah oui ! ” Ils ”… Lire plus »
Lecomte
Invité
” Quant aux effets du tritium sur l’organisme humain, ils sont encore mal connus. Des études menées au Japon sur des cellules de mammifères ont toutefois montré qu’ils pouvaient être à l’origine de certains cancers et provoquer des maladies génétiques. ” Néanmoins, cet effet de peur fonctionne bien, puisque c’est à peu près l’époque de cette affaire qu’a été adoptée en France la norme CIPR 60 applicable à partir de l’an 2000, selon laquelle la dose de radiation applicable au public doit être inférieure à 1 mSv/an. Lorsque l’on considère que la dose naturelle, relativement faible, de radiation en France… Lire plus »
renewable
Invité

Le communiqué de presse d’AREVA est là pour balayer ce reportage non politiquement correct….Merci à Lecomte!

Preon
Invité
Voilà un doux euphémisme pour qualifié une émission de télévision violemenent militante , sensationnaliste et durement désinformatrice . Je l’ai regardé d’un bout à l’autre et j’ai été scandalisé par cette avalanche de manipulations journalistiques réalisées sur le service publique(france3)qui ne devrait jamais en aucun cas, laisser désinformer les gens d’une pareille manière. Honte à France3 . Quand je pense qu’ il y en a pour dire que Sarkozy tiendrait sous sa coupe le service public .Eh bien là ,c’est la démonstration du contraire . Le service public est tenu par les antinucléaires les plus caricaturaux .On en a la preuve… Lire plus »
renewable
Invité

Effectivement à quoi bon discuter quand on a en face de nous des fanatiques du nucléaire qui ne supportent pas la moindre critique de leur église…On sent derrière tout ceci la peur d’un revirement de l’opinion, et donc d’un revirement financier d’importance…Maisrassurez-vous,on peut à la fois faire la critique des aspects négatifs et sombres du nucléaire et admettre que nous en avons besoin pour encore un bon moment, faute d’alternative mature!

Baptiste
Invité

ZZzzzz… Lecomte t’es vraiment un chou, que de temps disponible pour remettre à leur place les “écofascistes” de ce monde parfait… pour Areva. Fais donc ton émission, ce sera passionnant !!!!!

lion
Invité
Cette émission n’était en rien une émission d’information. Elle était un procès à charge contre le nucléaire, monté avec méthode par une journaliste bien habituée à manipuler l’information et s’appuyant sur la CRIIRAD, organisme antinucléaire bien connu. A noter que Mme Rivasi a aussi était présidente de Greenpeace France. Comme il est beaucoup plus facile de faire peur que d’être seulement objectif, Mme Lucet a fait dans la facilité là où le télespectateur du service public attendent des émissions de qualité. Dommage! Pour M. renewable, je ne sais pas si je suis un fanatique du nucléaire mais vous devriez vous interroger… Lire plus »
Dan1
Invité
J’ai été déçu par la 3 qui effectivement nous a présenté un reportage très tendancieux et qui omet sciemment d’informer le citoyen (condition essentielle au fonctionnement de la démocratie). S’il est évident que l’exploitation minière de l’uranium a laissé des traces en France, il est fallacieux de faire croire que cela est caché. Dans ce cas, des efforts d’inventaire et de publication très importants ont été fait. J’en veux pour preuve, ce qui est disponible sur quelques sites que je fréquente de temps en temps : [size= 10pt; color: #365f91; mso-bidi-font-family: GillSans-Italic; mso-themecolor: accent1; mso-themeshade: 191; mso-ansi-language: EN-US; mso-bidi-font-style: italic;” lang=”EN-US”>MEEDAT :… Lire plus »
Fredo
Invité
J’ai regardé une bonne partie du reportage, qui est clairement à charge, de façon assumée.  Au-delà du débat désinformation ou pas, la construction me plaît: brisant un tabou (le nucléaire est sûr en France), il tend à prouver qu’un problème de santé publique existe. Les anciennes mines d’uranium sont concernées d’une part: sont-elles “étanches”? Les remblais à base de stériles d’autre part semblent concerner la moitié des départements français, ce n’est pas rien. Et les éléments sur la complaisance supposée de l’administration envers la filière nucléaire ne rassurent pas…  Et si c’était vrai? A quand le diagnostic de radioactivité lors… Lire plus »
energizer
Invité
Nous sommes à peu près tous d’accord que: – le ton du reportage est digne d’un film d’horreur – c’est un reportage qui charge AREVA et fait appel quasiment uniquement aux “antinucléaires”, donc peu objectif. OK mais tout de même… 1) Pourquoi si peu de décideurs (le Roi et le Peuple?) et tant d’opacité dans ce domaine? 2) Quelles conditions de travail pour ceux qui bossent dans les mines dans des pays aux reglementations sociales et environementales vraiment light (ex: NIGER)? 3) Le tout-éléctrique est-il logique en terme de thermodynamique (ex: chauffage) et la France veut-elle réellement diminuer ses consommations… Lire plus »
dede29
Invité

  J’ai peur qu’Elise ait été irradiée et moi qui l’aime bien je n’ose plus la regarder à la télé de peur d’etre contaminé ! MdR

Dan1
Invité

Tout à fait d’accord avec les arguments de BMD et je conclurai : “L’abus de partialité nuit gravement à la crédibilité et à l’efficacité”. Slogan à insérer désormais en incrustation lors des reportages d’Elise Lucet. Dommage, la télévision nationale aurait pu faire oeuvre de pédagogie sans pour autant masquer les responsabilité d’AREVA ou d’autres. Quant à Jean Louis Borloo, je ne l’ai pas trouvé très bon, peut être fatigué ?

Fredo
Invité

en réponse à Dan: une parenthèse dans le débat Il est tellement rare que du journalisme d’investigation soit réalisé!  Franchement ça fait du bien! Enfin entendre dans une émission en prime time (pendant un match de l’équipe de France de foot cependant faut pas charrier) mis en cause ceux qui tirent les ficeles de l’énergie en France, à savoir le corps des Ingenieurs des Mines, et leur représentant Mr Syrota, j’aurai vu ça. Bravo Elise d’avoir résisté aux pressions que n’ont pas dû manquer de s’exercer!

J. fleurey
Invité

Okay avec baobao, dommage de payer la redevance pour des émissions pareilles, vivement qu’ils nous remettent de la pub, là au moins on sait qui commande quoi.

Dan1
Invité
Pour fredo : Oui j’adore le journalisme d’investigation et je regarde généralement tous les reportages… d’investigation, ave un esprit critique. Seulement, là désolé, mais il ne s’agit pas de journalisme d’investigation mais de dénonciation à sens unique, comme d’autres intervenants plus haut l’ont très bien constatés et dit. FR3 aurait parfaitement pu faire un vrai reportage très argumenté et didactique, mettant partiellement en cause AREVA, sans tombre dans la caricature. Il y avait matière à relever des améliorations, des manquements ou des compléments d’information indispensable. En finale, c’est brouillon et caricatural et quand les français auront zappés sur autre chose, que… Lire plus »
Dan1
Invité

Puisque ce reportage ne donne pas beaucoup d’information sur les études passées, concernant le cas précis de Saint Pierre du Cantal, il est utile de télécharger le rapport de l’IRSN : 99 pages pages de “saine” lecture avec beaucoup de cartographie du site. A mon avis, les habitants n’ont pas du découvrir grand chose de nouveau. C’est qui le menteur ? On ne vient pas de découvrir que le niveau de radioactivité est plus élevé que la moyenne nationale et que les concentrations de radon sont ponctuellement très fortes, les autorités et les habitants le savent.

pierrotb
Invité

Je crois que vos commentaires vont souvent dans le même sens: nucléaire, allez circulez il y rien à voir. Et bien non vous constatez même sur ce site que le nucléaire fait de moins en moins d’adeptes . Question de génération peu être?

claire
Invité
Juste pour vous rappeler quelques détails sur lesquels vous passez si vite dans votre longue, très longue contribution au débat Mardi 29 avril 1986 : le nuage radioactif de Tchernobyl arrive en France   Mercredi 30 avril 1986 : le Pr Pellerin, toujours à la tête du SCPRI (30 ans plus tard !), prétend qu’ “aucune élévation significative de la radioactivité n’a été constatée”   Jeudi 1er mai 1986 : pratiquement toute la France est touchée par le nuage radioactif. Toutes les installations nucléaires détectent une importante radioactivité et en informent le SCPRI.   Vendredi 2 mai 1986 : le… Lire plus »
Preon
Invité

Oui, madame Lucet a juste été dans cette affaire un petit laquais de la CRIIRAD .

Descartes
Invité

J’accuse bmd et lion d’être du lobby nucléaire. Pas de preuve biien sûr mais de fortes présomptions. Cela va même plus loin : votre travail a ou a été directement payé par des sociétés en lien avec ce secteur. Je me trompe? Prouvez le. Ainsi je propose que tous les forumeurs donnent leur qualité. Assez des lobbyistes, vous êtes payés combien pour le cauchemar des générations futures ?

Preon
Invité

ne comprennent pas les anti-nucléaires comme Descartes , c’est que l’ on soit pleinement pronucléaire sans être payé . Je suis pronucléaire ,sans être payé et j’assume pleinement , même si ça énèrve les Antis !

pierrotb
Invité
De toute fâçon ceci reste un forum internet ou la plupart des gens sont anonymes. Nimporte quel nom peut vous dire qu’il est inspecteur des impots et ne dira jamais qu’il travaille pour AREVA. En fait chacun cache sa véritable identité par peur de représailles ou d’être démasqué. Seuls les sites d’acualité de l’environnement tels que le JDLE où les vrais noms sont présents donnent un gage de sérieux. De même xxx ; yyy ou trucmuche peuvent être la même personne. Les lobby sont présents sur les forums cela a été prouvé mais prenons de la distance avec tout ça… Lire plus »
Dan1
Invité

Indépendamment de l’identité et de l’étiquette que l’on colle aux gens, la meilleure façon d’être crédible est de toujours citer ses sources et d’argumenter suffisamment afin que chacun puisse vérifier par lui-même ce qui est écrit. Lobby ou pas lobby, certains sur Enerzine ne le font jamais (sauf forcé et contraint) et cultivent entretiennent le manichéïsme (si vous n’êtes pas anti, vous êtes pro). L’anonymat, présente un avantage certain, on évite de s’en prendre à la personne, ce qui advient fatalement, et il reste les arguments.      

stef
Invité

Ah ben c’est la saison on dirait ! Puisque bmd vous ne semblez pas non plus le connaître, je vous suggère le scénario Negawatt (www.negawatt.org) qui pourra vous donner des infos sur des scénarios énergétiques basés sur les EnR. Et vous, votre scénario pour 2050 qui permet d’atteindre le facteur 4, lequel serait-il ?

pierrotb
Invité

Oui effectivement Mr BMD quel est votre scénario nucléaire pour 2050? Des gros réacteurs,des mini réacteurs nuclaires dans chaque village des pays envoie de développement?  Je propose qu’on les enfouisse pres de votre maison de vacances. Mais rassurez vous vous n’y verrez rien et on sera en dessous de la réglementation; Pouvez vous me rappeler le rendement d’une machine thermique ?

Briard
Invité

Le scénario pour 2050 qui permet de diviser par QUATRE, les émissions de gaz à effets de serre pour la France ; se fera avec le nombre de réacteurs nucléaires indispensables à construire ,comprenant des EPR puis des réacteurs SURGENERATEURS de quatrième génération (à partir des années 2040) et ceci combiné avec les énergies éoliennes , solaires , hydroliques et autres EnR . Même si ça déplait terriblement aux antinucléaires qui essaient vainement de se cacher à tord derriére le scénario négawatt de Greenpeace et du réseau SDN( “sortir du nucléaire “). On ne le redira jamais assez : L’avenir sera Nucléaire-EnR .

Amaro
Invité

Ce que j’ai prefere dans le reportage c’est les androit super beau dans la nature ou tu te dis waa trop bien ici c’est propre, pas polué comme en ville. Mais LOL t’es en train de t’en prendre plain la geule et tu le sais meme pas, tu pose ta tente, tu te reveille avec le chant des oiseaux, sauf que eux ils sont sur les arbres et sont pas en train de ce chopper un cancer. demain en italie puis petit a petit les autres pays d’europe, allez bonnes vacances amis campeurs, n’oubliez pas votre canne a peche!

Amaro
Invité

Mais non chui bete, y a des grillages de protection pour nous empecher d’allez sur les emdroit qui resterons dangeureux pour les 4000 prochaines années…

Dan1
Invité

J’espère que vous n’allez pas faire de la bronzette sur certaines plages de camargue, avec en prime les jolis cailloux de Monazite. Sinon vous avez des vacances de rêve à Guarapari.

Gallardo
Invité

L’Uranium très appauvri (majoritairement U238 ) est fertile pour les Surgénérateurs du futur et sera récupéré pour être transformé en PU239 et entièrement consommé dans tous ces futurs surgénérateurs . Donc en quelques siècles , tous aura été consommé et il n’y aura plus de cet Uranium appauvri et très fertile qui est une grosse réserve d’énergie pour la france du futur avec ses surgénérateurs . Et non pas un déchet , comme le croient les ignorants de la technologie nucléaire.

Gallardo
Invité

Dans 4000 ans , ça fera longtemps que tous cet Uranium238 appauvri aura été récupéré et consommé dans les surgénérateus du futur proche (ce siècle dans sa deuxième partie et les siècles suivants) .

wpDiscuz