Vers une norme européenne pour les véhicules hydrogène

L’Union européenne examine actuellement la mise en place de normes pour les véhicules à hydrogène. Ce texte entend faciliter la mise sur le marché de modèles roulant à l’hydrogène, freinée par la disparité des réglementations en Europe.

Le Parlement européen a réservé mercredi un accueil favorable à la proposition de la Commission concernant les véhicules à hydrogène.

Bruxelles espère voir gâce à ce texte le nombre de véhicules à hydrogène augmenter en Europe, et "l’industrie automobile européenne pourrait devenir plus compétitive en se positionnant à la pointe du progrès dans le domaine des technologies de l’hydrogène"

Le vote du Parlement européen repose sur un compromis élaboré avec les États membres, qui devrait aboutir bientôt à l’adoption du paquet législatif, précise la Commission.

"L’accord intervenu au Parlement européen constitue une avancée importante dans l’adoption des véhicules à hydrogène", s’est félicité M. Günter Verheugen, vice-président de la Commission et commissaire en charge des entreprises et de l’industrie

"Ceux-ci peuvent rendre l’air européen plus propre et réduire notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles. La définition de normes communes permettra aux citoyens de bénéficier d’une grande sécurité et dynamisera la compétitivité des constructeurs européens. Il appartiendra aux États membres de l’Union de prendre une décision définitive, et j’espère qu’elle ira dans le sens que nous souhaitons" a-t-il ajouté.

Pour l’heure, le système de réception UE par type de véhicule ne prévoit pas de prescriptions uniformes concernant les véhicules à hydrogène. Cette situation pose des problèmes aux constructeurs de ces véhicules au moment de la mise sur le marché dans l’Union. Dans la situation actuelle, même si un véhicule obtient une réception de portée nationale ou une réception unique dans un État membre, rien ne garantit que l’immatriculation de ce véhicule sera autorisée dans tous les autres États membres.

En outre, les États membres ont la possibilité de soumettre la délivrance du certificat de réception à des conditions différentes. Il en résulte une fragmentation du marché intérieur des véhicules à hydrogène, ainsi que des procédures de réception complexes et coûteuses, qui découragent l’adoption de cette technologie.

Bruxelles estime que la réception unique proposée sera suffisante pour l’ensemble de l’Union. Le règlement devra également garantir que tous les véhicules à hydrogène mis sur le marché dans l’Union soient au moins aussi sûrs que les véhicules classiques. Une étude de la Commission montre que la simplification des procédures pourrait permettre aux constructeurs d’économiser jusqu’à 124 millions d’euros en frais de réception au cours de la période 2017-2025.

L’hydrogène est un vecteur énergétique propre. Utilisé comme carburant, soit dans des moteurs à combustion, soit dans des systèmes de piles à combustible, il ne produit aucune émission de carbone (monoxyde de carbone, dioxyde de carbone, hydrocarbures non brûlés ou particules).

L’utilisation de l’hydrogène doit ainsi contribuer donc à améliorer la qualité de l’air dans les villes. En outre, les véhicules à moteur fonctionnant à l’hydrogène ne produisent pas de gaz à effet de serre. Il conviendra de veiller à ce que la production de l’hydrogène lui-même n’entraîne pas une hausse des émissions de CO2, met en garde la Commission. Il sera possible d’atteindre ce résultat en produisant l’hydrogène à partir de sources d’énergie non fossile ou par séquestration du CO2.


De plus amples informations sur le site Europa

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Vers une norme européenne pour les véhicules hydrogène"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Caramba
Invité

… ” Ceux-ci peuvent … et réduire notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles. ” … Belle indépendance ! L’hydrogène est fabriqué presque exclusivement à partir du gaz naturel … en particulier du gaz russe !

pasnaif
Invité

ça en dit long sur certaines compétences européennes: L’EU est encore prisonnière de son moto politiquement correct “non-nucléaire” et pousse tout ce qui n’est pas visiblement carboné.Mettre en place en même temps des normes sur H² et sur la s&questration du CO² n’est pas surhumains que je sache?

fredhu
Invité
L’EU prisonnière de son moto non-nucléaire …Heu, oui, merci pasnaif de nous rappeler ce scandale avec autant de vigueur constructive.J’ai une question: pourquoi la part de l’électricité en surplus produite par nos centrales chéries  lorsque ces p…tains de ventilos tournent (zut, y’a du vent) ne serait-elle pas utilisée pour l’hydrolyse de l’eau (de pluie) et produire de l’hydrogène (presque) vraiment propre ?Mmh, pourquoi pas ?Comme ceci:- les nuk peuvent justifier leurs centrales pour la part principale de la production nationale d’électricité,- les ventilos n’ont plus à faire face aux reproches accerbes sur l’insoutenable fluctuation de production et les dangers qu’ils… Lire plus »
Gp
Invité
le véhicule électrique avec stockage via une batterie très haute densité me semble plus interessant énergétiquement parlant que de s’entêter dans l’Hydrogène…Rendement énergétique oblige, le véhicule de demain sera forcément électrique (avec ou sans moteur thermique d’appoint selon le type de véhicule), et le niveau de perf atteint par les batteries dernières générations ne semblent pas plaider en faveur d’une poursuite des investissements de la filière Hydrogène (sans compter le coût du réseau de distribution, entièrement à créer!). Le gros avantages des batteries / à l’hydrogène c’est le niveau de sureté! reste le temps de recharge… vu le tps moyen passé au… Lire plus »
r17777
Invité
tout à fait d’accord avec GP…. il faudrait anticiper les effets rebonds d’une baisse du prix des déplacements grâce (ou à cause) au vecteur électrique…. à moins que la libéralisation mixé aux énormes hausses de conso que risque d’engendrer la multiplication des véhicule élec s’en chargent…. grosse demande d’un truc ( qui ne se stock que très mal ou très chèrement à moyenne echelle) = spéculation massive … il faudrait aussi et surtout alleger les bagnoles au max genre en parrallèle , opter pour plus de developpement dans les batteries haute capacité/haute performance   bien avant l’H….Pour Fredhu: à mon avis… Lire plus »
bigbluejlr
Invité
le bouquin du WWF : the end of oil age demontre de manière très claire l’absurdité économique et écologique de s’enteter dans l Hydrogene , mais on sait pourquoi on en parle : permet de trouver un avenir pour le reseau de prod et de distrib de nos cheres compagnies petrolieres, permet d eviter que tout le monde recharge chez soit ( comme avec l elec ) et eviter ainsi des pertes en milliard pour l etat permet aux constructeurs auto ( BM  notamment ) de reutiliser leurs bons vieux moteurs thermiques !!!!Une technologie qui perce n est pas forcément… Lire plus »
Pasbon
Invité

L’hydrogène c’est une bombe… c’est énergivore à la production avec un rendement dans le cycle, production/ stockage médicore, il faut beaucoup d’énergie pour le produire (par rapport à la restitution) et beaucoup d’énergie pour “liquéfier” le gaz pour le stockage… la quantité d’énergie dans un litre de GNV est supérieur à un litre d’hydrogène… encore une fois le GNV ça s’obtient aussi en “méthanisation” des boues des stations d’épurations et comme on est pas près d’arrêter de se rendre aux toilettes… en voilà une matière première abondante et gratuite…”la première des énergies renouvelables est celle que l’on ne consomme pas”….

fredhu
Invité
Merci de vos commentaires, il apparait donc que (comme toujours) il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre.Précisions:- merci de prendre en considération le fait que je ne propose pas l’hydrogène comme UNIQUE solution, seulement comme un moyen de plus,- les batteries ont des avantages, mais si je m’équiperai bien d’une Smart électro quand elle sortira pour aller au boulot et faire les courses, il me semble plus logique de pouvoir disposer aussi (en location, ca ne me gène pas) d’une caisse qui me permette de faire un peu plus que mettons 200 kms sans avoir… Lire plus »
Prudent
Invité
Citations : ” Parmi les multiples tentatives dérisoires pour faire perdurer le mythe automobile (voiture à eau, voiture électrique, voiture à air comprimé, voiture à l’huile de friture, etc.), la voiture à hydrogène apparaissait jusqu’à aujourd’hui comme le must absolu: à la différence du pétrole, l’hydrogène (H2) peut être produit en quantité illimitée et n’émet, en théorie, que de la vapeur d’eau lors de la combustion. ” … ” Une des parties prenantes déclare : «On sent que l’hydrogène est en perte de vitesse, dit-il. Cela ne me surprend pas vraiment. En fait, ce qui est surprenant, c’est que les… Lire plus »
fredhu
Invité
Voilà, selon la source citée par Prudent, une bien intéressante info.Si elle s’avérait effectivement exacte (vous savez, moi et les sources …), celà tordrait effectivement le cou (couic …) à pas mal d’espoirs, de rêves mis dans l’hydrogène.MAIS ! j’insiste, les chiffres impressionant (hirk, 120 nuks rien que pour la France !…) prennent en compte une hypothèse absolutiste ou presque: “un usage moyen des transports routiers comparable à celui de la France et pour un parc estimé à un milliard de véhicules en 2008”. Bigre.Primo, je milite pour une DIVERSIFICATION des moyens énergétiques (pas tous les oeufs dans le même… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour Prudent : La généralisation de la voiture électrique pose inévitablement le problème de la production d’électricité, il faut donc l’étudier et en tirer les conclusions… mais pas trop vite ! Je vous suggère de relire les commentaires des articles : «Le baril à 150-170 dollars cet été » et  Suez prend 5% de l’usine d’enrichissement G. BESSE II. En résumé, si on prend le cas de la France, on peut estimer que l’ensemble des véhicules routiers (voiture particulière, utilitaires léger, PL, autocar et 2 roues) consomment annuellement 46 millions de m3 de carburant essence et gazole pour environ 470 milliards de kms… Lire plus »
Prudent
Invité
A partir de l’article de Carfree, site méritant la lecture ( ), si l’on se reporte à l’un des articles qui lui ont servi de base (les lien sont indiqués en bas de l’article), on obtient les détails suivants : – 1- Au début 2007, il y avait 31.000.000 de voitures particulières et 36.800.000 véhicules motorisés en France, sans compter les motos et autres 2 roues, – 2 – Dans le monde, le nombre de véhicules est estimé à un milliard au début 2008 (j’ai déjà vu cela ailleurs), avec une proportion de voitures particulières plus forte en Europe qu’ailleurs, – 3… Lire plus »
Dan1
Invité
Merci de me renvoyer au site Futura 24, mais il est aussi utile de calculer soi-même pour estimer le degré de fiabilité « d’informations » très orientées. Futura 24 calcule le besoin d’électricité à partir des consommations actuelles de pétroles converties en TWh et maximise les pertes. Au total 42 millions de tonnes de carburant (essence et gazole) sont converties en 503 TWh. En faisant l’hypothèse que la traction électrique ne serait que 2 fois plus efficace, il en résulte un besoin final de 250 TWh. Les pertes globales entre la centrale et le moteur sont estimées à 40 % (6 %… Lire plus »
Prudent
Invité
Dans ” L’énergie électrique en France en 2007 ” de RTE, la consommation intérieure d’électricité (hors pompage et échanges est de 480,3 TWh, dont 32,1 TWh de pertes (transport et distribution), soit 6,68% de pertes (32,1/480,3). – Par rapport à la production nette (sortie centrale) de 544,7 TWh, les pertes représentent 5,89% (32,1/544,7). – Le nucléaire représente 76,8% de la production totale (418,6 TWh/544,7TWh) avec une puissance installée de 63,3 GW. – Cela donne une production de 6,61 TWh par GW nucléaire, soit une utilisation à 75,5% de la puissance théorique. Ce qui est mieux que la période 2001-2005 où… Lire plus »
Dan1
Invité
En effet, les pertes globales sont d’environ 5,9 %. Les 2,2 % de pertes sont pour le réseau RTE (voir ” Statistiques de l’énergie électrique en France” pour l’année 2007 page 1), c’est pourquoi, j’ai rajouté les pertes de distribution “à la louche” pour arriver à 5 %. En fait il suffit, de prendre les chiffres de la page 2, où on voit aussi 21 TWh de pertes pour les réseaux de distribution et les réseaux privés d’industriels. Il y aurait donc 0,9 % d’écart, à condition de prendre en compte une partie des pertes des réseaux privés de l’industrie. Vous noterez que… Lire plus »
Caramba
Invité
Le 23-02-2008, Dan a dit: “Soyons optimiste, prenons une petite voiture diesel consommant 4 litres au 100 km (le minimum minimorum des dernières nouveautés) et roulant 15 000 km/an. La consommation est de 600 litres de gasoil soit environ 6000 kWh d’énergie (rendement global = 25 %). Avec un véhicule électrique, on pourrait espérer doubler le rendement et n’avoir plus besoin que de 3000 kWh par an (un peu moins que la consommation d’électricité d’un ménage).” Maintenant, le 05-09-2008, Dan dit: “on peut considérer qu’il est possible de propulser une voiture particulière avec trois (fois) moins d’énergie qu’aujourd’hui.” Contradictions, une… Lire plus »
wpDiscuz