Enerzine

Vestas anticipe l’avenir et supprime plus de 2300 postes

Partagez l'article

Dans un communiqué dès plus laconique, le géant de l’éolien danois Vestas a annoncé jeudi la suppression effective de 2.335 postes dans le monde d’ici la fin de l’année en précisant qu’il souhaitait réduire ses coûts fixes de plus de 150 millions d’euros.

Et ce n’est qu’un début ! En plus des licenciements prévus des 2.335 employés dans les prochains mois, Vestas se prépare aussi à un ralentissement potentiel aux États-Unis si le système du crédit d’impôt actuel (PTC) ne serait pas reconduit après 2012. Dans cette optique, cela pourrait aboutir à un licenciement de 1.600 employés dans les usines de production nord américaine. Cela constituerait un revers de taille pour le numéro 1 de l’éolien dans la mesure où ce dernier n’a pas hésité à investir plus d’1 milliard de dollars dans 4 usines au Colorado.

Comme c’est déjà le cas pour le photovoltaïque, l’éolien semble de plus en plus être confronté à une concurrence agressive des industriels chinois (Sinovel, Goldwind). Par ailleurs, la crise de la dette ne facilite pas le financement de gros projets éoliens où les subventions sont revues à la baisse aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis,

En fin de journée, le cours de l’action côté à la Bourse de Copenhague était en forte baisse ( – 6,71% ).

C’est mauvaise nouvelle intervient alors même que le Danemark prenait jeudi la présidence de l’Union Européenne.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    10 Commentaires sur "Vestas anticipe l’avenir et supprime plus de 2300 postes"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Devoirdereserve
    Invité

    C’est encore la faute du gouvernement et de M. Sarkoy, qui après avoir saccagé la filière PV s’attaquent à l’éolien. Euh… Pardon… Je ne m’en réjouis pas. Ne serait-ce pas aussi le signe de la saturation du marché, et non de sa croissance exponentielle ?

    Dan1
    Invité

    Le jour où Eva Joly annonce vouloir créer un million d’emplois, Vestas annonce préparer l’avenir en… supprimant des emplois dans l’éolien : Il n’y a pas de concertation !

    Bachoubouzouc
    Invité

    C’est amusant : on est passé de « un million d’emploi dans l’économie verte » il y a un mois à en fait moins d’un demi-million. De plus, ces emplois incluent un peu de tout, y compris l’agriculture bio… Bon je vous laisse, je m’en vais proposer deux millions de postes de patissiers et de garagistes dans l’industrie nucléaire.

    Sicetaitsimple
    Invité
    un petit rappel, assez récent, de ce que j’écrivais à Lionel: « Si des constructeurs comme Vestas font une fuite en avant technologique qui coûte cher à leurs actionnaires ».Je ne comprends pas le « fuite en avant », vous qui nous disiez il y a une vingtaine de jours « Vestas a une gestion géniale, une qualité qui commence justement par… l’éviction des actionnaires ignares, avides, arrogants et stupides qui se bavent dessus le nez scotché au courbes Reuters, le teint blanchi par la lumière blafarde des murs d’écrans en salles des marchés. »,cf: Vous aurais-je convaincu que la non-distribution de dividendes n’est durable que… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    On ne peut pas faire une règle à partir d’une anecdote. La crise mondiale de 1999 s’appelait la crise de l’internet , je vous laisse constater à quel point elle était annonciatrice d’une fin prématurée de celui-ci. La crise de 1929 était celle de l’automobile et de la fabrication à la chaine (qui faisait chuter les prix) … L’auto a-t-elle coulé pour autant ? , les usines de fab géantes ont elles été abandonnées ? L’éolien multi-megawatt est une techno incroyablement jeune en comparaison de son développement. 33% de croissance annuelle n’est pas un taux tenable à terme. Enfin une… Lire plus »
    Tonys
    Invité

    Il faut effectivement relativiser. Il n’empêche que cette décision de Vestas reflète les perspectives de l’entreprise à moyen terme. On ne se sépare pas de 2300 personnes pour un petit passage à vide.

    Lionel_fr
    Invité
    Ben je crois qu’il n’y a pas un rapport direct. On peut même débaucher massivement en pleine phase de croissance. Oh je vais fâcher la gauche catholique mais c’est pourtant vrai. On parle des emplois perdus sans parler des embauches que cela permettra derrière. Les medias aiment broyer du noir. Vestas a massivement investi aux états unis et le gouvernement fédéral prend des mesures fiscales qui favorisent GE ? Il y a de quoi recentrer les embauches en europe et quoi de mieux pour se faire que de réorienter sa gamme vers des modèles 50Hz . Je ne dis pas… Lire plus »
    Tonys
    Invité
    Mitigé 2. Je veux bien croire que ce soit possible, mais c’est quand même rare de débaucher pour ensuite embaucher peu de temps après. Trouver des compétences et les former a une certaine inertie et un certain coût. De toute façon lorsqu’une entreprise est amenée à réduire drastiquement ses coûts fixes, c’est qua ça sent le roussi. Non pas que l’entreprise va imminemment coûler mais que ses perspectives pour les prochaines années ne sont pas encourageantes. Mais si vous avez un exemple d’une entreprise dont la croissance est fulgurante et qui en même temps diminue drastiquement sa masse salariale, je… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Ici Google supprime 10Kemplois en 2008 alors que sa guidance de croissance est de 8% Les exemples américains abondent , en France , on considère l’emploi comme un droit , aux US , c’est un fruit Mais il serait réducteur de s’arrèter à cette différence car le chômage américain est devenu si préoccupant que le nombre d’emplois créés est un argument de négociation pour obtenir des subventions dans l’énergie (mais pas dans l’informatique) Le problème ici est que General Electric est un concurrent direct de Vestas et possède une force de lobbiing autrement plus développée au pays des tea parties… Lire plus »
    max76
    Invité

    Avec ce grand mensonge national. Aujourd’hui mardi 17/01/2012, un hiver presque normal -2°c la nuit nous avons à 19H00 production éolien réel de 684 MW pour un parc installé 6568MW théorique alors que la consommation national est de 86330 MW à cette même heure. La production Fuel est de 852 MW àcette même heure que faire? Couper le nucléaire qui reprèsente 60498 MW ou allumer le gaz qui ne reprèsente que 4091 MW ? Stop à la désinformation est regardez pluôt cette interview qui est la véritée.

    wpDiscuz