Vinci va utiliser l’énergie aéraulique produite par le trafic autoroutier

Dans l’objectif de réduire son empreinte carbone, VINCI Autoroutes a décidé d’innover en transformant l’air généré par le déplacement des véhicules qui empruntent ses réseaux en énergie propre permettant d’éclairer ses chantiers.

Depuis plusieurs années, Cofiroute explore différentes solutions qui seraient en mesure de réduire l’empreinte carbone de ses réseaux.

Aussi, certains travaux réalisés la nuit requièrent un éclairage assuré d’ordinaire par des groupes électrogènes, qui sont généralement de grands consommateurs de diesel.

Par exemple, dans le cadre de l’élargissement à 2 x 3 voies de l’A71 entre Theillay et Vierzon, l’équipe projet s’est fixée pour objectif de recourir aux énergies renouvelables pour éclairer son chantier. Plusieurs solutions ont été envisagées : bio carburant, solaire, éolien… jusqu’à ce qu’une autre idée inédite émerge : utiliser l’énergie aéraulique – c’est-à-dire le vent généré par le trafic autoroutier – et la combiner à d’autres énergies renouvelables.

Les ingénieurs de Verteole ont dû respecter un cahier des charges exigeant transmis par les équipes de VINCI Autoroutes : "garantir l’autonomie du système quel que soit le niveau de trafic et d’ensoleillement, limiter les interventions humaines pour préserver la sécurité du personnel, adapter les dimensions de l’outil aux contraintes autoroutières, permettre le déplacement du système d’éclairage pour suivre le chantier, etc."

Cinq mois ont été nécessaires à la mise au point d’une remorque multi-énergies transportant un mât d’éclairage LED intégrant deux éoliennes. L’association de l’énergie solaire et aéraulique permet de produire de l’électricité en période diurne (énergie solaire) et nocturne (énergie aéraulique), garantissant ainsi l’autonomie du système.

Une expérimentation prometteuse

Sur le chantier d’élargissement à 2 x 3 voies de l’autoroute A71 entre Theillay et Vierzon, deux remorques alimentées par 2 éoliennes et des panneaux solaires sont actuellement utilisées et éclairent les zones de basculement de la circulation. Le mât sur remorque, installé depuis le mois de mars 2014, a permis d’assurer un éclairage autonome ne nécessitant plus l’intervention du personnel d’exploitation, contrairement à ceux utilisés actuellement qui doivent être réalimentés chaque jour en énergie fossile. Un système de voyant permet aux équipes de contrôler le niveau d’autonomie des batteries.

Cofiroute a estimé que l’utilisation des ces mâts éclairants pour les basculements réalisés en 2013 sur l’ensemble du réseau auraient permis d’économiser 87 tonnes d’émission de CO2, soit l’équivalent de 6 années de déplacements pour un particulier.

[ L’ensemble de la remorque, avec sa structure photovoltaïque, ses 2 éoliennes, ses batteries, l’électronique et le mât éclairant, pèse 1,8 tonne. ]

Les ouvriers du chantier d’élargissement comme les hommes en jaune apprécient les performances du système qui offre aussi des garanties en matière de sécurité en permettant de limiter les déplacements pour l’approvisionnement des groupes électrogènes. Ce nouveau mât évite, de plus, le rejet de particules fines et réduit de ce fait l’empreinte carbone de VINCI Autoroutes (réseau Cofiroute). Il préserve également la tranquillité des riverains avec son mode de fonctionnement silencieux. Cette expérimentation fait l’objet d’un suivi attentif. Le prototype pourra à terme évoluer afin de réduire la quantité de panneaux solaires au profit de l’énergie aéraulique.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

13 Commentaires sur "Vinci va utiliser l’énergie aéraulique produite par le trafic autoroutier"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Altair
Invité

On trouve ici une application, soit très particulière, mais adaptée, des éoliennes à axe vertical. Et si en plus les employés sont satisfaits et que ça améliore leur sécurité, je dit oui ! En ne parlez pas trop de rendements… Quant on parle de sécurité et de vies humaines, ça ne se compte pas en kWh perdus ou gagnés…

gaga42
Invité

Concept interessant, mais comment vont-ils faire sur les récentes A65 Pau-Langon ou A89 Balbigny – La Tour de Salvagny où le trafic est tellement faible que les collectivités locales vont devoir mettre la main à la poche pour “renflouer” Vinci, dans le cadre de PPP foireux?

Pastilleverte
Invité

en-dehors de l’aspect “green washing” pour Cofiroute, saluons cette initiative, avec le même bémol que gaga42 : les enr, dans ce cas de figure, ne sont valables que si le trafic autoroutier, donc la consommation de carburants, et donc les émissions de CO2 (qusiment proportionnel à ladite conso) et de polluants est soutenue et régulière;

sansun
Invité

Non mais Vinci n’a pas trouvé une autre idée que sa remorque fourre-tout ! des éoliennes axes vertical quand on a plus d’idées avec des panneaux PV et ” des ingénieurs de haut niveau” pour éclairer ses chantier , tu m’étonnes Gaston! encore une idée de génie qui va nous rapporter gros en devises , vive l’export à la Française. C’est vrai comme ça il y aura moins de vols sur les chantier , et la petite société Vertéole aura l’impression d’avoir découvert la roue.

Monsieur40
Invité

Système à priori séduisant d’un point de vue énergétique mais… je ne peux m’empêcher de penser que le fait de prélever cette énergie sur les vents générés par le traffic doit se traduire par une augmentation de la traînée qui s’oppose au déplacement des véhicules. En d’autres termes, on alimente les turbines éoliennes par des vents générés par des véhicules, qui produisent ces vents en consommant du carburant. Cette augmentation de la traînée est-elle négligeable ou significative ? Le bilan carbone global (véhicules + turbines) est-il vraiment positif ? Si vous avez des éléments de réponse, je suis preneur !

Aloun77
Invité

C’est vraiment totalement naze, ce n’est pas de l’énregie propre , c’est une taxe supplémentaire pour les automobilistes car l’énergie vient directement de l’essence consommée (pour les éoliennes évidemment), donc les voitures vont plus consommer. Ridicule donc, alors que les autoroutes se préteraient plutôt bien par contre à la pose de panneaux solaires efectivement.

Homer
Invité

J’espère que c’est une blague sincèrement. Voir tout ces PV dont la moitié sont forcément à l’ombre et l’autre même pas incliner avec le bon angle c’est très très grave.

sansun
Invité

@ Homer Oh oui c’est grave d’être atteint à ce point là, qui plus est, cela a été éssayé mainte fois, le problème c’est pas d’essayé, mais c’est de reproduire toujours les mêmes bétises .Il y en a tout un panier de crabe sur le web, ilne suffit plus de s’appeler Vinci pour faire croire à des conneries. S’il vous plait Enerzine vous faites offense à notre intélligence en passant de telles aberrations sur votre site.

Guydegif(91)
Invité
Doutes quant à l’efficacité d’éoliennes-aéraulique-trafic ! En effet, des tests sont en place depuis qqs années sur l’aire d’une station Total sur la A6 Paris-Lyon à qqs 170 kms de Paris: éolienne verticale genre schistera-multi-étages. A chaque passage sur ce spot, je vois les éoliennes qui tournent A PEINE ! sont-elles trop loin du souffle de la circulation? May be! Peut-être que le même concept répété façon moulins-à-prière tibétain dans un tunnel TGV a plus de chance d’être efficace ?! Avant d’avoir la démonstartion du bien-fondé du concept, j’émets Qqs gros doutes ! Mais la tentative et iD semblaient bons… Lire plus »
sansun
Invité

Déjà essayé , du moins une étude payé par mes soins pour voir si l’énergie des rames TGV pouvaient valoriser une production de kWh avec de l’axe vertical . Hérésie, trop compliqué, territoire de la SNCF, bref laisse tombé.

b api
Invité
Il y en a des choses “durables” à faire sur autoroutes, comme ca se fait ailleurs: – installer du photovoltaïque entre les bandes, en particulier dans les voies est-ouest car forcément il y a une orientation sud possible pour les panneaux; le ramassage d’énergie sur de grandes longueurs peut se faire comme celà se pratioque pour les éclairages, soit en utilisant la moyenne tension et des transformateurs répartis; non seulement celà produirait des MWc d’énergie, mais celà éviterait les éblouissements des conducteurs entre voies – installer plus de chargeurs électriques automobiles sur les autoroutes, et donner la gratuité ou des… Lire plus »
Stephsea
Invité
C’est un poisson d’avril ou c’est sérieux? Franchement… Allez sur le site de Vertéole, pour continuer de gouter la blague, jusqu’au dernier hoquet. gloubs. Pas une seule courbe de puissance, que du blabla attrape gogo. On se demande vraiment comment une si grosse boite peut donner du crédit à ce genre de bricolo. A moins que la démarche soit cynique jusqu’au bout : prouver au monde l’imbécilité des ENR et de tous ceux qui s’y intéressent, y Enerzine et ses lecteurs, bien sûr, et finir par virer la chef de projet qu’y s’est embourbée dans ce business. Beau programme. Merci… Lire plus »
Jean louis
Invité

Cet article sur Vinci commence à dater, aujourd’hui ces derniers doivent verser des intérêts à l’état :

wpDiscuz