Washington refuse une centrale charbon trop polluante

Les futures centrales destinées à éclairer Washington devront désormais surveiller leurs émissions de gaz à effet de serre. Un tournant décisif dans la politique énergétique des Etats-Unis, qui impose désormais que les producteurs d’énergie proposent des solutions pour pallier leurs  émissions.

Le gouverneur de l’Etat de Washington a été enjoint, mardi, de refuser un projet de centrale à charbon jugé trop polluant. La décision du Conseil d’Evaluation des Installations Energétiques, qui évalue la puissance des centrales pour délivrer les permis, est un véritable camouflet pour Energy Northwest, la coalition de 20 sociétés publiques de washington qui défendait la construction de la centrale.

Le projet, prévu pour 2012, devait produire 793 MW à partir de charbon ou de déchets de raffinerie de pétrole, pour un montant d’1,5 milliards de dollars.

Motif du refus : la centrale ne comprenait pas de mesure de stockage du CO2 dégagé. Une décision en application d’une loi votée au printemps dernier, qui exige des nouvelles centrales électriques la maîtrise de ses émissions de gaz à effet de serres, préconisant leur capture et leur stockage en sous-sol. Une solution qui n’a pourtant pas encore fait ses preuves à une si grande échelle.

Energy NorthWest a dès lors proposé d’acheter des crédits carbones, en attendant que la technologie soit disponible, évoquant l’horizon 2020 pour sa mise en place.

Le Conseil est resté inflexible, arguant que le consortium lui proposait des plans sur la comète, et a fait valoir qu’ "il ne suffisait pas de faire un effort pour se conformer à la loi".

Ce refus s’inscrit dans une série de récents revers pour les centrales charbon des Etats-Unis, tant en Floride qu’au Kansas ou même au Texas.

"Brûler du charbon pour produire de l’énergie est une réponse du 19ème siècle aux questions auxquelles nous devons faire face aujourd’hui. " a déclaré Jan Hasselman, d’Earthjustice,  représentant les groupes écologistes unis contre Energy Northwest. " Nous pensons qu’il est temps de passer à autre chose."

La décision pourrait donner une nouvelle impulsion à d’autres projets, comme celui d’une centrale électrique le long de la rivière Columbia, dans l’Etat de Washington. Ses promoteurs  pensent pouvoir stocker une grande partie des gaz à effet de serre dans les roches de basalte, sous le site. Des tests sont en cours de réalisation.

 

 
 (src : The Seattle Times, Oregon Live)
Partagez l'article

 



Articles connexes

1
Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Roseline
Invité
Roseline

Cela fait plaisir de voir que les écolos aux Etats Unis commencent à être suffi-samment entendus pour voir des actions positives de la part des autorités qui accordent les autorisations.