WEO 2012 : “Un nouveau paysage énergétique mondial se dessine”

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) vient de publier son atlas mondial de l’énergie 2012, un document de référence qui fournit des projections sur l’évolution des tendances énergétiques jusqu’en 2035, ainsi qu’un aperçu de leurs répercussions en termes de sécurité énergétique, de durabilité environnementale et de développement économique.

La carte énergétique mondiale est en pleine évolution, ce qui peut avoir de profondes répercutions sur les marchés et les échanges d’énergie.

Transformée par la résurgence de la production pétrolière et gazière aux États-Unis, elle pourrait se trouver remodelée également par l’abandon du nucléaire dans certains pays, par la croissance rapide et continue de l’utilisation des technologies solaires et éoliennes et par la généralisation de la production de gaz non conventionnel au niveau mondial.

Les perspectives des marchés pétroliers internationaux dépendent de la capacité de l’Irak à revitaliser son industrie du pétrole. Le développement et la mise en œuvre de nouvelles politiques concertées d’amélioration de l’efficacité énergétique à tous les niveaux pourrait également changer la donne.

Sur la base de scénarios globaux et de nombreuses études de cas, cette édition du World Energy Outlook (Perspectives énergétiques mondiales) évalue la manière dont ces nouveaux développements sont susceptibles d’affecter les tendances énergétiques et les évolutions climatiques mondiales au cours des décennies à venir.

Elle examine leur impact sur les défis majeurs auxquels le système énergétique doit faire face : répondre à la croissance constante des besoins mondiaux en énergie, nourrie par la hausse des revenus et la croissance démographique des économies émergentes, offrir aux populations les plus pauvres l’accès à l’énergie, et permettre d’atteindre les objectifs de la communauté internationale en matière de changement climatique.  

Même en tenant compte des politiques et développements récents, le système énergétique mondial ne semble toujours pas s’être engagé sur une voie plus durable.

Selon le Scénario « nouvelles politiques » (scénario central), la demande énergétique mondiale devrait augmenter de plus d’un tiers sur la période s’étendant jusqu’à 2035 ; la Chine, l’Inde et le Moyen-Orient représentant 60 % de cette hausse.

La demande énergétique n’augmente que très peu dans les pays de l’OCDE, où l’on note un virage très net visant à se détourner du pétrole et du charbon (et, dans certains pays, du nucléaire) au profit du gaz naturel et des énergies renouvelables.

En dépit de la croissance des sources d’énergie à faible teneur en carbone, les combustibles fossiles conservent une position dominante dans le mix énergétique mondial, aidés par des subventions s’élevant à 523 milliards de dollars en 2011 – six fois plus que les subventions destinées aux énergies renouvelables –, en augmentation de près de 30 % par rapport à 2010.

Le montant de ces subventions aux énergies fossiles s’est trouvé entraîné à la hausse par l’augmentation des prix du pétrole. C’est au Moyen-Orient et en Afrique du Nord qu’elles restent les plus élevées, alors que l’élan en faveur de leur réforme semble avoir été perdu.

Dans le Scénario « nouvelles politiques », les émissions de gaz à effet de serre correspondent à une hausse de 3,6 °C de la température mondiale moyenne à long terme.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "WEO 2012 : “Un nouveau paysage énergétique mondial se dessine”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
b api
Invité
La guerre de l’énergie, c’est la guerre au carbone. Ce n’est pas une guerre entre pays déclarés: c’est une guerre déguisée pilotée par le gang des “pétroliers” pour s’accaarer les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) qui restent les moins chères et les plus juteuses. Equipement militaire: 523 milliards de dollars en 2011, six fois plus que l’énergie renouvelable. Nombre de morts: des milliers chaque année subissant les nouveaux extrêmes climatiques: ouragans, inondations, montée des océans, et désertification. “Le Pape. Combien de divisions ?” demandait Staline devant son immobilisme vis à vis d’Hitler. On pourrait dire aujourd’hui: Les énergies renouvelables. Combien… Lire plus »
Ambiel
Invité
Les gaz de schistes et pétroles de schistes, c’est la mort sur 20 à 30ans du nucléaire et des ENR pour des raisons économiques… Sans taxe carbone ou autre mécanisme qui fiscalise davantage les émissions de GES, on peut dire bonjour à un beau retour des énergies fossiles… les US laissent entrevoir l’avenir que ça nous laisse, remplacement du charbon par du gaz, mais le bilan GES du G d S n’est pas forcement meilleur que celui du charbon, abandon des projets nucléaires, lutte féroce contre les aides fournies aux ENR et du coup baisse des projets ENR, continuation du… Lire plus »
Ambiel
Invité
Sur le pic oil vous avez raison, mais les fossiles non conventionnels vont le décaler aux US de 20 à 30ans, sans rien changer au problème (si, en l’aggravant du fait des investissements non réalisés et du surcroit de pollution généré). Les US sont déjà repassés à 8,1m b/j en 2011 et pour 2012 ils devraint flirter avec les 9m b/j… les puits s’épuisent vite, le modèle n’a rien de durable mais les gouttes arrachées dans des conditions environnementales déplorables leurs donnent l’illusion de prolonger le rêve fossile et tue leur début de transition énergétique… Ils vont perdre 20 à… Lire plus »
gp
Invité
vous avez sans doute raison en disant qu’ils vont perdre quelques années faute de persévérer dans la voie du “toujours plus d’énergie fossile, toujours moins cher”. Consolons-nous en pensant à ces millions d’américains qui ont voté pour Obama la semaine dernière et qui ont ainsi permis d’éviter indirectement la 3ème plus grde catastrophe écologique de l’histoire… La partie n’est pas gagnée pour autant c’est vrai vu le nb de “vieux cons de républicains ringards” nostalgiques du XXème S. qui continuent de hanter la vie politique aux USA de la même manière que les cheveux gris du Sénat la hante chez… Lire plus »
Lionel_fr
Invité
Ben finalement je ne suis pas du tout d’accord avec ça : Rechercher l’énergie moins chère n’est pas une émanation de satan ni un luxe. C’est une clause de survie pour un système qui peut héberger de la R&D tant qu’il est correctement nourri et qui s’arrètera de chercher sinon. Comme il n’est pas question d’hydrogène dans le rapport qui nous rappelle pourtant que les transports ont dépassé les 50% de consommation fossile mondiale, ce document doit être considéré comme une simple prolongation tendancielle “toute choses égales par ailleurs”. Or il suffit de pas grand chose pour qu’on aille chercher… Lire plus »
Ambiel
Invité
ça m’interesse, j’ai du mal à me faire une opinion tranchée sur les GDS, en particulier sur l’aspect bénéfice soci-économique vs environnement. De toute façon l’opinion est en train de se retourner, la droite est désormais clairement pour et le fait que les écolos se soient jettés à corps perdu contre ne fait qu’augmenter le retrournement de l’opinion publique qui a appris à haïr les écolos. En 2017 ou 2022 au plus tard la droite reviendra au pouvoir et l’exploitation sera lancée, si elle ne l’est pas dès ce quiquennat sous la pression des lobby face auxquels le gouvernement actuel… Lire plus »
Ambiel
Invité
ça m’interesse, j’ai du mal à me faire une opinion tranchée sur les GDS, en particulier sur l’aspect bénéfice soci-économique vs environnement. De toute façon l’opinion est en train de se retrouner, la droite est désormais clairement pour et le fait que les écolos se soient jettés à corps perdu contre ne fait qu’augmenter le retrournement de l’opinion publique qui a appris à haïr les écolos. En 2017 ou 2022 au plus tard la droite reviendra au pouvoir et l’exploitation sera lancée, si elle ne l’est pas dès ce quiquennat sous la pression des lobby face auxquels le gouvernement actuel… Lire plus »
Lionel_fr
Invité
Oui , on peut évoquer les lobbies mais aussi l’opinion précurseur de lobbie. Une fois que la satanisation fonctionne moins bien et c’est un peu le cas , les gens se posent d’autant plus de questions qu’ils vont voir leur TVA monter, leur salaires diminuer et le prix du gaz s’envoler… Les histoires d’argent concernent tout le monde et même si le carburant auto demeure moins cher que le train pex, le gaz est très utilisé pour le chauffage où les factures font nettement plus mal car généralement concentrées sur quelques mois. Personnellement, je suis habitué à chauffer à 15-17°… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Je vous vois fort mari que le WEO ne parle pas pas d’hydrogène…. A un niveau bien plus local et Gaulois, l’Ademe vient de sortir une “contribution” à l’horizon 3030 et 2050 qui ne parle pas plus d’hydrogène… Et regardez les NREAP ( National Renewable Energy Action Plan) des pays européens jusqu’en 2020, ils ne parlent pas non plus d’hydrogène.. Pourquoi? Parce que l’hydrogène ( j’oublie le reforming) n’est qu’un “sous-produit” de l’électricité, un moyen de la stocker ou de la transformer. C’est comme ça, mais ce n’est pas rédhibitoire. Mais qu’on en parle pas dans les bilans n’est pas… Lire plus »
Tech
Invité

3030 !!! mieux que madame soleil :o)) l’hydrogène va devenir la seul façon de stocker le renouvelable local ne pas oublier que le renouvelable non stocké et non utilisé et Lapalissadement perdu! Air liquide serait prêt, je pense qu’ils ne se lancent pas à fond car ils ont peur de la puissance des pétroliers et ne veulent pas de choc frontal avec eux.

an391
Invité
Non, le pic pour le pétrole au US a eu lieu en 1970, point barre. Aucun expert pétrolier un peu sérieux ne dira que le shale oil va faire remonter la production au dessus de celle de 1970, AUCUN Avez vous déjà regardez ces courbes (prise sur le site EIA, agence officielle américaine) : Les US sont à 6,2 en pétrole, ajouter les agro carburants, les refineries gains (effet de bord du fait de compter en volume et non poids), n’y change rien. Et l’éthanol de Maïs toutes les études montrent un EROEI à peine supérieur à 1 6,2 ,… Lire plus »
wpDiscuz