Au Maroc, le nucléaire attendra 2017

Le Maroc ne pourra pas bénéficier de l’énergie nucléaire avant 2017, le temps pour le pays de mettre en place les infrastructures nécessaires.

 

Mardi, Amina Benkhadra, ministre de l’énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, a expliqué que le pays devait prioritairement se doter des infrastructures nécessaires à l’installation de centrales de production nucléaire.

Des études ont été menées en coopération avec l’Agence internationale de l’Energie Atomique (AIEA), a déclaré la ministre, afin de déterminer les moyens d’intégrer les techniques nucléaires dans la production d’électricité et le dessalement d’eau de mer.

Actuellement, le royaume dispose d’un réacteur nucléaire d’une capacité de 2 mégawatts.

Concernant les énergies renouvelables, la ministre a réaffirmé sa volonté de "permettre à ces énergies de contribuer de plus en plus significativement à l’approvisionnement énergétique" du Maroc.

Le gouvernement devrait d’ailleurs revoir à la hausse les possibilités de l’autoproduction, qui passerait d’une autorisation de 10 à 50 MW.

 

      

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Elsa

– Un tel réacteur arrivera trop tard et ce serait gaspiller de l’argent que de le construire. La pénurie d’uranium sera déjà bien installée, le peak uranium ne sera plus très loin. Avec une production en déclin, l’uranium sera rationné entre les pays les plus riches. – Le fait de disposer de phosphates contenant un peu d’uranium ne doit pas prêter à confusion. Selon une étude de l’AIEA, on ne pourrait obtenir que 3.000 à 4.000 tonnes d’uranium par année des phosphates du monde entier. A condition d’ajouter des installations d’extraction dans toutes les usines d’acide phosphorique. – Lire : L’uranium des phosphates – Le Maroc pourrait tout au plus vendre de l’uranium, dont le prix va encore augmenter dans des proportions considérables au cours des dix prochaines années. – D’ailleurs, le nucléaire ne sera plus compétitif avec les énergies renouvelables dans un pays aussi ensoleillé et venté que le Maroc, dans dix ans à peine.

PasNaif

Où avez-vous acheté votre boule de cristal, j’aimerais en avoir une aussi performante: Vous devriez en faire profiter toute l’Industrie électrique qui retourne – cette fois massivement – au Nucléaire. Par ailleurs, on aime bien les éoliennes (à condition qu’elles soient implantées à 50km de chez soi) mais leur contribution restera quelques 4% des besoins électriques (cf Allemagne).

Christophe

Ne jamais oublier qu’on n’utilise aujourdhui qu’1% de l’uranium naturel. Les stocks pour les réacteurs rapides(qui permettent d’utiliser 100% de l’U) gonflent tous les jours. Et la filière thorium est prometteuse. Elle n’a pas encore été développée car le thorium n’est pas fissile dans les réacteurs thermiques, il doit d’abord être transformé en U233 dans un flux thermique(en périphérie d’un réacteur). Si le stock d’uranium connu peut suffire 50 ans avec les réacteurs actuels, une utilisation rationnelle nous en laisse pour 5 siècles; et le thorium est deux fois plus abondant! L’extraction de l’uranium des phosphates est devenue rentable aux cours actuels; elle permettra de stabiliser ces cours.

Bolton

A propos du Maroc, je pense un peu comme Elsa. Les énergies renouvellables deviendront vite plus concurrencielles que le nucléaire. Connaissez vous le solaire à concentration thermodynamique ? C’est l’avenir, autant écologique qu’économique de ces pays, bien sur, si aucun gouvernement ou industriel ne vient y mettre des batons dans les roues. Je vous conseille de regarder ceci, pour commencer : C’est court, et assez intéressant…

Fabio

PasNaïf, ce n’est pas parce que l’allemagne ne produit que 4% de son énergie à partir de l’éolien qu’on ne peut pas faire beaucoup mieux que ça! Prenez par exemple le projet de la grande bretagne avec ses futures éoliennes offshore… 100% de la demande du pays devrait être couverte! Les énergies renouvelables sont régulièrement dénigrée et le nucléaire est encore plébiscité par les gouvernements juste à cause d’une campagne de lobbying dirigée par des groupes puissants… Le jour où il y aura autant de fric dans les énergies renouvelables que dans le nucléaire, les gouvernements changeront bizarrement de point de vue…

Bolton

Oui, mais le gros problème des éoliennes c’est que quand il n’y a plus de vent, elles s’arretent. Et tant qu’il n’y aura pas de moyen efficace de stocker de façon massive l’énergie (qui a dit “pile à hydrogène ??? ;o)), l’éolien ne conviendra pas. Quand ton parc d’éoliennes s’arretent car il n’y a plus de vent, tu dois faire tourner les centrales au gaz, le nucléaire ne s’adapte pas assez vite à des changements brutaux de régime… (enfin c’est ce que je crois savoir)

Fr

Penser pouvoir couvrir 100% de la demande en éolien ou même en énergies renouvelable est très tentant mais complètement idéaliste. Au delà du problème de la variation des vents (en moyenne une éolienne fournie 30% de sa puissance) le problème de l’éolienne est l’absence d’énergie réglante indispensable pour pouvoir faire fonctionner en toute sûreté le réseau électrique. Résultat les énergies traditionnelles (thermique classique, nucléaire, hydrauliques) demeurent indispensables indépendamment des gisements potentiels en énergie renouvelables. Et si la solution ne résidait pas dans un TOUT nucléaire, TOUT éolien ou TOUT solaire mais dans un équilibres judicieux des différentes ressources?

einstein30

Bonjour; je conseilles vivement à Elsa et à Pasnaif de consulter le site du CEA concernant les 6 types de réacteurs de 4eme génération qui sont actuellement en projet(ne pas tenir compte de l’EPR ni IGNITOR ni ITER. BYE

Jean

Le nucléaire n’est pas la solution pour le Maroc qui brûle littéralement sous le soleil. Les investissements devraient aller vers la filaire solaire / eau / hydrogène pour que ce pays devienne un exportateur net d’énergie au lieu d’en importer 97% aujourd’hui. L’hydrogène et ses dérivés (méthane, et autres alcanes) permettent le stockage de l’énergie ainsi que l’énergie de base des transports de demain. Le potentiel éolien est a mon avis très limité à long terme au Maroc mais pourrait venir compléter avantageusement la production nocturne d’électricité. L’hydrolique, uniquement lorsqu’il s’inscrit dans le cadre de la régulation et du stockage de l’eau, peut aussi constituer un apport énergétique nocturne avantageux. On peut aussi remonter de l’eau derrière les barrages avec l’énergie solaire produite de jour pour restituer cette énergie la nuit. Cette eau pourrait provenir de la désalination d’eau de mer. Le solaire permet aussi une certaine décentralisation et démocratisation de la production et des investissements mais pour cela il est urgent que le gouvernement marocain prenne des mesures incitatives comme en France par exemple ou EDF doit racheter l’électricité des consommateurs plus cher qu’elle ne le revend favorisant ainsi l’installation de solaire résidentiel sans obliger l’installation coûteuse et polluante de batteries. Je recommande aussi des mesures fiscales comme la suppression des droits de douane et de la TVA sur les équipements pour les énergies renouvelables. Le solaire permettrait aussi le développement d’un tissus industriel favorisant les petites entreprises locales par opposition aux grands groupes étrangers que favorise le nucléaire et le pétrole. Le Maroc doit prendre une position de leadership sur ce sujet sans attendre les subventions internationales. Il en va de l’indépendance énergétique et financière du Maroc, pour sortir de la voie du ‘développement’ et entrer dans le concert des nations développées. Le gouvernement marocain est-il prêt à relever se défi?

Guydegif(91)

Fr et Jean l’ont dit: pas faire QUE du TOUT de l’un ou de l’autre, mais un mix heureux, dont la Solaire dont le pays ”brûle” (thermique pour l’eau chaude aussi, et le photovoltaïque pour les MW!). Donc de l’éolien à terre et offshore, du solaire sur des toits et au sol, dont l’appli de concentrateurs suggéré par Bolton, de l’énergie des vagues et des marées (car l’Atlantique en face!), du déssallement de l’eau de mer en utilisant du solaire(en thermique pour pré-chauffer + PV pour les MW requis pour chauffer) avec du Nuc(?) ou autre en appoint (comment font les Emirats ce jour?), le tout avec implication de sociétés de chez nous comme EDF EN, Véolia, Suez, Théolia, …Areva….Faut peut-être que le Président NS aille revoir Mohamed VI pour mettre tout ça sur les rails…Bon courage, Bonne continuation, Bonne Année ! A+ Salutations Guydegif(91)

10
0
Laissez un commentairex