Biocarburants : Boost des procédés thermochimiques

Le Department of Energy (NDLR : aux USA) vient d’accorder 7,7 millions de dollars de subvention (sur un coût total estimé de 15,7 millions de dollars) à quatre projets de gazéification par voie thermochimique permettant la transformation de biomasse en biocarburants.

Les projets de démonstration couvrent une palette assez large de matières premières biovégétales et mettront principalement l’accent sur le développement de méthodes moins polluantes (voir table).

Il s’agit de la quatrième initiative lancée cette année par le DoE pour soutenir le développement de procédés de fabrication de bioéthanol et de biocarburants utilisant des matières premières cellulosiques et des biomasses non conventionnelles :

  • 385 millions ont été débloqués en février pour la construction de 6 usines d’éthanol cellulosique d’échelle,
  • 23 millions de dollars ont été fléchés sur 5 centres industriels et universitaires pour le développement de souches et de procédés bactériens adaptés à la fermentation de la biomasse cellulosique en conditions industrielles,
  • 200 millions ont été accordés en mai pour des projets de taille pilote (10% de la capacité industrielle) impliquant des procédés et des biomasses de stade non-industriel, trois Bioenergy Research Centers dotés chacun de 125 millions de $ ont été désignés par le DoE au mois de juin. Une bonification exceptionnelle de 30 millions sur le budget 2007, accordée récemment, porte cet effort à plus 400 millions
Biocarburants : un Boost des procédés thermochimiques

Cette nouvelle initiative du DoE, d’ampleur plus modeste, se distingue des précédentes par les technologies cibles, les procédés thermochimiques. Ces procédés concurrents de la voie enzymatique présentent des avantages en termes de coût, de biomasses exploitables et de diversité des produits (ils permettent d’élaborer un biogaz qui peut servir de base à la filière pétrochimie), mais aussi des inconvénients, notamment en termes environnementaux. Les acteurs de la filière thermochimique avaient récemment déploré le peu de soutien apportés à cette alternative au bioéthanol par voie enzymatique.

BE Etats-Unis numéro 104 (14/12/2007) – Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/52280.htm

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
camionneur

Québec le 31 décembre 2007 Bernard Royer PCLN 2006 inc. 1553 chemin Pierre-Péladeau Sainte-Adèle, Québec G8B 1Z6 Sujet : Témoignage de Normand Poulin de Québec, technologie ACT-ION+ avec les produits PolluStop et DCarbon+ Bonjour Le 31 déc 2007:en 2003 j’ai fait l’acquisition d’un appareil Pollustop (a l’époque) sur un Ford Focus 2003, bien sur le but est de réduire l’émission de gaz polluant dans l’atmosphère, un millier de kilomètres plus tard je constate que le moteur tourne mieux et il y a augmentation de performance + économies d’essence.de 9.3 litres au 100 je suis passé a 6.9 bien sur dans de bonnes conditions. Aujourd’hui l’auto a 52,000 km et l’intérieur du tuyau d’échappement est propre comme un tuyau que tu achète chez Mr Muffler. Je remplace l’huile moteur tout les 10,000km et l’huile est propre comme de l’huile neuve. Je travaille a la baie James, je voyage tout les 17 jours a 1000km allée simple avec un GMC 2005 moteur de 6 litres très gourmand dans l’essence à 15,000 km je fais installer un appareil (Pollustop) a l’époque l’essence était a $ 1,25 le litre, 2,000 km plus tard je constate que la même chose que le focus se produit, depuis mon premier voyage je prenais note de la consommation, chaque 400 km il y avait une différence de 10 litres, bien sur toujours conduit de la même manière J’ai un appareil installé sur un jeep 1996 de 4 litres a 152,000 km aujourd’hui 164,000 km même résultat, un autre appareil d’installé sur un FORD250 1993 de 7.3 litres diésel 375,000 km aujourd’hui a 389,000 km quelle amélioration du moteur, presque plus de fumée noir, augmentation de performance, beaucoup moins de bruit a l’injection, et bien sur économie de carburant. l’huile moteur prend beaucoup plus de temps a devenir noir. Je suis propriétaire d’un camion 10 roues Volvo VHD 2002 avec moteur Volvo VED 12 465 HP a l’achat 638,000km, installé un appareil a 652,000 km aujourd’hui 668,000 je suis doublement satisfait du produit je suis mécanicien d’équipement lourd depuis 1971 et surintendant mécanique depuis 1985,je suis de la vielle époque pas d’ordinateur mon ordinateur était mes oreilles, il y a eu tellement de changements, sur le moteur que j’ai fait prendre un test d’opacité chez Michel Jeffrey a Québec distance parcourue 3000 km le résultat est de 0.7% d’opacité, le technicien ne le croyait pas tellement que une semaine plus tard le fabricant de l’appareil des 4 gaz me téléphone pour savoir ce que j’utilisais comme carburant Maintenant je travaille en Colombie Britanique, j’ utilise une génératrice de 7 KW avec moteur Kubota diesel de 15 HP, utilisé à 75 sa capacité, le plain est fait a 6hrs du matin a 16.30 hres manque de carburant, j’ installe l’appareil DCarbon + quelques jours plus tard je constate que la génératrice fait la journée jusqu’à 17.30 hrs et de 7.00hrs le lendemain à 21hres, aussi le tuyau d’échappement de la génératrice est brun plutôt que noir, le moteur tourne comme si le grade de l’huile était GL8. Ma satisfaction vis a vis ces technologies est de 100%. Le plus gros problème que mes amis me font remarquer est le prix, et il n’on pas faits aucun tests sur leur vieux moteur. Normand Poulin. http://www.dcarbon.com

1
0
Laissez un commentairex