EPR : La ligne THT Cotentin-Maine ne sera pas enfouie

La secrétaire d’Etat à l’écologie l’a annoncé samedi : la ligne à très haute tension (THT) Cotentin-Maine, qui raccordera le futur réacteur EPR de Flamanville au réseau, ne sera pas enterrée.

En visite à Saint-Lô, Nathalie Kosciusko-Morizet a argué que le surcoût d’un tel projet d’enfouissement  permettrait de ne réaliser que "deux ou trois fois quelques kilomètres", ce qui selon elle représenterait une "rupture d’équité". La secrétaire d’Etat appuie son propos sur un rapport du cabinet italien Cesi, qui met également en évidence la destruction de haies et de talus, et l’immobilisation complète d’une bande de 15 mètres qu’entraînerait l’enfouissement.

En compensation, le gestionnaire de réseau RTE a fait part de son intention d’enterrer 268 km d’autres lignes, existantes ou en projet, dans les trois départements concernés.

La ligne THT Cotentin-Maine représente un budget total de 420 millions d’euros. Cet investissement comprend les mesures de compensation environnementale, et notamment le rachat des habitations sur une bande de 100 mètres le long de la ligne.

64 communes sont concernées, dont 32 s’opposent au projet. Les maires de ces communes ont pris des arrétés anti-THT, que fait progressivement annuler le préfet.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
fredhu

Enfouissement: 15 m de large, et destruction de haies et talus (ha bon, on ne sait plus refaire de haie ni de talus ? Notre civilisation a vraiment tout perdu …)Ligne THT: 100 m de large, tout en hauteur, un bonheur visuel et bourdonnant les jours humides (tiens, un désagrément auditif que ne renierait pas un opposant aux ventilos) qui prouve que la Société Qui Avance est passée par là en expropriant les habitants qui se trouvent sur son passage.On préfére donc, évidemment, les lignes.Notez, ô gogos, que le préfet fait annuler tout les arrètés anti-THT, comme quoi, quand on veut vous imposer une ligne à haute tension dans le paysage, ca fait moins de remous qu’une ferme d’éoliennes.Quand on veut, on peut.CQFD

Pasbon

lorsqu’une THT 400kV est posée une ou plusieurs lignes de tension inférieures sont déposées… interconnection de Martigues, projet Boutre Carros par le Verdon… plus de puissance avec moins de lignes… enfouir ? et bien creuser des tranchées larges et profondes atravers le paysage est bien “plus”polluant que les poteaux (pas beaux certes et engeandrant d’autres problèmes…) et le coût est le réel handicap cela vaut une fortune d’isoler sous une telle tension des conducteurs à enfouir que isoler ceux ci dans l’air sans compter que le coefficient de pose oblige à augmenter si ce n’est les sections… augmenter le nombre de câbles souterrains… il ne suffit pas de dire il faut mettre sous terre… il faut encore que l’impact technico écologico économique soit le bon… près de 150 km à enfouir en une traite n’est pas encore réalisable, il faut intercaler entre 5 et 8 postes pour “isoler” les tronçons à cause des défaut omopolaires donc installer autant d’infrastructure ayant un nouvel impact… Pour être taquin le nombre de jours humides est inférieur au nombre de jours de vent… mais au fait comment l’énergie éolienne est transportées ? ah oui j’avais oublié que la production était vouée à la consommation locale… la Tour Eiffel va avoir un paquet de voisines sur Paris…

fredhu

Pasbon semble en savoir bien plus que la moyenne sur le transport de puissance électrique, et c’est tout à son honneur de partager ses connaissances pour nous donner les moyens de mesurer TOUS les impacts de chaque solution. Merci pour ca.Sinon, je tente de relever les absurdités des réactions d’une certaine classe d’opposants à tout (sauf à ce qui est déjà en place même si ca leur fait mal). Mon propos pincipal dans le premier article n’est pas de défendre bec et ongles l’éolien, qui ne doit pas être la solution mais une DES solutions, mais bien de me moquer de ceux qui hurlent à l’idée d’une éolienne dans les 10 km autours de chez eux, arguant de bon coeur soit de dangers sur la santé (dans le désordre: insomnie, bourdonnements d’oreille, pipi au lit et cancer du cerveau !… j’en oublie, mais c’est sûr que l’éolien ne soigne pas de la connerie …) et de spoliation de crédit et d’argent public par de nouveaux vautours vétus de vert, et de leur rappeler qu’une ligne à haute tension (par exemple) peut être accusée de maux équivalent sur la santé (prouvés ? non prouvés ?… ca dépend des rapports) et ne coûte pas un verre d’eau fraiche et une mie de pain à construire et maintenir.Je pointe du doigt également le fait que Mr le Préfet, sans doute pour des raisons de “intérêt général” ne voit aucun inconvénient à passer outre les décisions des communes qui ne veulent pas des cables dans leurs ciels. Décision politique, motivée par le “bien” de ceux qui recoivent et profitent de la puissance à l’autre bout.Et encore une fois, sans plus de discussion que ca, la France est capable d’imposer un modèle énergétique, un mode de production d’énergie, une pollution paysagère, sans demander l’avis de quiconque.Si je termine par un “CQFD”, c’est bien parce que il est possible de “faire quelque chose”, “quand on veut, on peut”, etc …A preuve, les arrètés de Mr le préfet, bras armé de nos politiques.Mais qu’il est gènant de voir que ces mêmes politiques atermoient, pleurnichent, frissonnent, n’osent pas, font semblant, hésitent, lancent des études parlementaires, lisent des rapports épais comme des dictionnaires, “grenellent” pour mieux se rétracter, parlent et promettent, … Que font-ils pour nous imposer (car c’est donc possible en démocratie) une réelle mise en place d’alternatives (pluriel) qui désengagent petit à petit mais vraiment le pays d’une dépendance masochiste à des sources d’énergie finies (nucléaire compris), qui boostent une recherche qui ne fera que du bien à notre industrie si elle devient leader de ce créneau, qui ait l’ambition d’un “Plan Marshall” de l’énergie (investir maitenant pour économiser pour le long terme), qui préparent l’avenir plutôt que s’accrocher peureusement à un passé qui, pour radieux qu’il ait été, n’en est pas moins un passé dépassé.Je repète: quand on veut, on peut.

M

Pourquoi pas en profiter pour utiliser les nouveaux type de pylones comme les Wind’it qui conjuguent pylones électriques et éoliennes ? http://www.windit.frVu que les pylônes n’ont pas l’air de déranger autant en profiter pour rajouter des éoliennes ! 

4
0
Laissez un commentairex