Le changement climatique, “ce n’est pas de la science fiction”

Le mercredi 5 novembre, Ségolène Royal et Laurent Fabius ont reçu à Paris, Rajendra Kumar Pachauri, président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qui a remis et présenté à cette occasion, le 5e rapport du GIEC.

La ministre a ouvert la conférence en soulignant "l’énorme et remarquable travail accompli pendant sept années par les scientifiques de tous les pays".

"Le rapport de synthèse nous donne des clés pour comprendre qui sont aussi des clés pour agir", a telle poursuivi. Le changement climatique "ce n’est pas de la science fiction, c’est déjà la réalité".

A un an de la conférence climatique qui se tiendra à Paris, COP21, la ministre a indiqué qu’il était encore temps d’agir : "Chacun à son échelle, dans sa vie quotidienne, peut agir efficacement".

Ce que dit le rapport

Le message de ce rapport est clair. Le dérèglement climatique, causé par l’activité humaine, est incontestable. Les émissions de gaz à effet de serre (GES) récentes d’origine anthropique sont les plus élevées de l’histoire. Si elles se poursuivent au même rythme, cela « produira un réchauffement additionnel et accroîtra les risques d’impacts sévères, envahissants et irréversibles », prévient d’emblée Sylvie Joussaume, directrice du groupement d’intérêt scientifique « climat environnement société ». « Ce réchauffement entraînera de nouveaux risques et une amplification des risques existants, quel que soit le niveau de développement des pays » poursuit-elle.

Agir dès à présent

Limiter la hausse des températures à 2 °C par rapport à l’ère préindustrielle, seuil au-delà duquel le réchauffement pourrait avoir des impacts dévastateurs, est encore possible. Cela « nécessite de ne pas dépasser environ 2 900 gigatonnes de CO2 d’émissions de GES. Or, nous avons déjà émis un cumul de 2 040 GtCO2. », explique Sylvie Joussaume. Des approches intégrant atténuation, adaptation et des objectifs sociaux existent dans tous les secteurs et elles offrent de nombreuses opportunités de développement.

Les solutions possibles

« L’intérêt du rapport de synthèse, rappelle Jean Jouzel, vice-président du GIEC, c’est qu’il parle des solutions. C’est le document de base pour les négociateurs de la conférence de Lima (COP20), fin 2014, puis de Paris (COP21) en 2015 ». Les cartes sont posées. Ségolène Royal a rappelé qu’ « une mobilisation universelle et immédiate est nécessaire. L’accord de Paris en 2015 devra apporter une réponse politique à la hauteur du constat des scientifiques. Les prochaines étapes – la conférence de Lima en décembre prochain, puis la présentation des objectifs nationaux de réduction des émissions au début de l’année 2015 – seront décisives. »

De nombreuses espèces animales voient leur aire de répartition, leurs activités saisonnières, leur schéma de migration et leurs populations évoluer en réponse au réchauffement en cours. Les interactions entre espèces se modifient aussi. Dans plusieurs régions du monde, le changement climatique a davantage d’impacts négatifs que positifs sur le rendement des cultures.

Pour avoir une chance de maintenir un réchauffement à 2°C (probabilité supérieure à 66 %) il faut limiter les émissions totales de CO2 à environ 2 900 gigatonnes. Entre 1870 et 2011, les 2/3 de ce total ont déjà été émis. Au-delà de 2100, de nombreux aspects du changement climatique et leurs impacts associés continueront pendant des siècles, même si les émissions de GES cessent. Le risque de changement abrupte et irréversible augmente en même temps que l’amplitude du réchauffement.

L’adaptation et l’atténuation sont des stratégies complémentaires pour réduire et gérer les risques liés au changement climatique

Depuis les années 1950, on observe une diminution des extrêmes froids de température, une augmentation des extrêmes chauds de température et une augmentation des niveaux de mer extrêmes. Les événements météorologiques extrêmes (vagues de chaleur, sécheresses, inondations, cyclones) sont aussi plus nombreux.

Le changement climatique est une menace pour le développement durable. Cependant, des approches intégrant atténuation, adaptation et objectifs sociaux existent. Elles offrent de nombreuses opportunités de développement.

>>> accéder au résumé du rapport de synthèse en français : ici (.pdf)

 

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
67 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Papijo

Vive le réchauffement climatique, malheureusement à l’arrêt depuis une petite vingtaine d’années (Graphique tiré de: ) :

Rhodes44

L’arnaque du Giec et des “gieckistes”,c’est de faire croire que ce sera une apocalypse.Derrière le Giec,il y a surtout l’idéologie récessioniste délirante des zozos décroissantistes de tous poils.Quand il y a des enjeux idéologiques et politiques, derrière une organisation comme le Giec,plus aucun de ses scientifiques n’est crédible.Pire encore,tous ces experts discréditent scandaleusement la vraie Science.Ces gens, indignes de la Science,collectivement manipulent, truquent et biaisent d’une manière révoltante pour des raisons idéologiques et politiques inavouables et illégitimes.Ils promettent l’apocalyse à tous va,pour faire pression sur les gens et donner l’occasion aux gouvernements,toujours en quêtes de nouvelles taxes et ressources fiscales,de pénaliser encore plus leurs concitoyens par des taxes carbones qui seront toujours plus honéreuses. C’est une gigantesque escroquerie mondiale.C’est Le scandale de ce nouveau siècle.

Reivilo

Serait-il possible d’expliquer en quoi cette courbe d’évolution du marché des céréales montrerait l'”arrêt” du réchauffement climatique ? J’y vois plus simplement le reflet de l’évolution démographique et des habitudes alimentaires des “émergents” vers un régime plus carné (voir courbe du soja).

Tech

à Rhodes44 sans juger le GIEC dans son ensemble comme vous le faites, dites moi plutôt jusqu’où vous pensez que les Zozos croissantistes pourront aller? la planète na pas des ressources infinies, ne pensez-vous pas qu’il faudrait a minima réduire les gachis ? d’où croyez-vous que vient une grande partie de l’eau potable par exemple? des sources ou des usines de retraitement?

Sonate

Je constate que Rhodes44 fait dans la pure diffamation : divers commentaires péjoratifs non-étayés. J’aimerais bien savoir ce qu’il appelle “la vraie Science”.

De passage

… devenu grand gourou du réchauffement ! A croire qu’il tient encore la pelle à charbon dans sa sympathique locomotive !

Luis

¤ “Pour ce faire, nous avons besoin d’un large soutien pour capter l’imagination du public. Cela, bien sûr, signifie obtenir une forte couverture médiatique. Donc, nous devons offrir des scénarios effrayants, faire des déclarations dramatiques, simplifiées, et faire peu de mention de tous les doutes que nous pourrions avoir.” “To do that we need to get some broad based support, to capture the public’s imagination. That, of course, means getting loads of media coverage. So we have to offer up scary scenarios, make simplified, dramatic statements, and make little mention of any doubts we might have.” Stephen Schneider (GIEC) dans un entretien à “Discover Magazine” en octobre 1989. Ces paroles sont très claires, même s’il les atténue un peu en disant ensuite : “Chacun de nous doit décider quel est le bon équilibre entre être efficace et d’être honnête.” et qu’il souhaite être les deux. “Each of us has to decide what the right balance is between being effective and being honest.” Ce qu’on trouve sur le site à son nom de l’université de Stanford. Stephen Schneider, un contributeur majeur du GIEC et l’un de ses plus farouches partisans, un des pricipaux coordinateurs des quatres premiers rapports du GIEC et en particulier des “résumés pour décideurs” (selon le secrétatiat du GIEC)

b api

Je ne comprends pas les climato-sceptiques, qui mériteraient le mot septique. Car c’est tellement évident que le climat change! Et pas dans le bon sens! Quand on voyage un peu, on s’en rend compte de partout, et sur tous les continents: – montée des eaux (les îles coraliennes qui disparaissent, les côtes qui se font absorber par les marées,..) et augmentation des vagues (ports inondés par nouvelles tempêtes) – précipitations extrêmes (inondations dans le grands deltas comme celui du Niger au Nigeria, le Nil, le Brahmapoutre au Bangladesh, et même la Hollande qui doit renforcer ses barrages dans les deux sens, d’un côté la mer, de l’autre les inondations…) – disparition des calottes et des glaciers etc etc Et en France, on les voit bien ces précipitations extrêmes et le réchauffement sur le sud métropolitain, que le GIEC annonce à terme devenir un vrai désert comme celui de l’Afrique du Nord. En attendant le désert, on a déjà les moustiques tigres et bientôt l’anophèle de la malaria qui ne saurait trop tarder… Priorité N°1: diminuer les gaz à effet de serre, en commençant par montrer l’exemple même si ce sont les nord-américains et les chinois qui sont les plus gros contributaires. Espérons que la conférence de Paris va enfin faire bouger les lignes. Et l’appel du bas vers le haut est aussi nécessaire que celle du haut vers .. le haut. J’ai retenu la phrase du Ban Ki Moon qui s’adresse aux décideurs du monde entier: “Il n’y a pas de Plan B, parce qu’il n’y a pas de Planète B”. Il n’y a donc qu’un Plan A, qui prédit déjà un minimum de +2°C en 2100.

Papijo

@Reivilo – Je ne prétends pas que les courbes ci-dessus “illustrent” l’arrêt du réchauffement climatique ! Je veux juste rappeler que le “réchauffement” (moins d’un petit degré au 20 ème siècle et interrompu depuis près de 20 ans) ne doit pas nous faire peur, et qu’il nous est certainement favorable (il y a infiniment plus de morts dues au froid que de morts dues à la chaleur), l’augmentation de température, du CO2 ainsi que les inondations / sècheresses / ouragans et autres moustiques prétendument associés à ce réchauffement semblent même nous être favorables. Si j’avais voulu démontrer que les prédictions du GIEC étaiens sans fondement et les prévisions de “réchauffement catastrophique” totalement farfelues, j’aurais sans doute plutôt montré le diagramme suivant (Un diagramme présent dans le rapport préliminaire écrit par les scientifiques mais que les écolos du GIEC ont bien évidemment censuré dans le rapport “politiquement correct” final). Vous remarquerez nien sûr, sur les courbes “Observations,” l’arrêt du réchauffement depuis 1998. Tiré du site: .

jolastico

Comme d’hab les climato sceptiques choisissent les graphes qui leur conviennent et oublient tout ce qui ne leur va pas. La soi disant “pause” depuis 98 n’a aucun sens si on regarde l’évolution des températures sur une longue période. De plus, ils oublient les autres signes évidents du changement climatique, à savoir: – la montée des océans due à la fonte des glaces et à la dilatation thermique, d’une constance assez remarquable. – l’augmentation de la température des océans – la diminution de la masse globale de glace sur la planète Etc … Mais non, suis-je bête, tous les climatologues du monde sont des ânes qui ne sont pas capables de lire une courbe ^^

Papijo

Ce n’est pas moi qui ai choisi l’échelle, c’est les scientifiques du GIEC ! Allez-vous les critiquer ? Et pourquoi tracer une droite depuis 1990 puisque je vous parlais des températures stabilisées depuis 1998 (je ne nie pas qu’il y a eu réchauffement de 1975 à 1998)!Vous trouverez toutes les courbes que vous voudrez ici: . On peut par exemple y trouver ce diagramme depuis 1900 (elle est où l’accélération depuis 1975 ?): Par aiileurs, il y a une chose que j’ai oublié de préciser. Sur mon dernier diagramme, sont indiqués RCP 8,5, RCP 6 … En réalité, nous ne devrions nous intéresser qu’au “RCP 8,5”: les courbes en rouge correspondant au cas “business as usual”, car à ce jour, il n’y a eu aucune baisse des émissions de CO2, bien au contraire. A ce sujet, la courbe que vous présentez concerne “tous les RCPs”, c’est à dire RCP 8.5 et tous les autres qui comportent des limitations plus ou moins fortes des émissions à partir de l’an 2000.Chelya, vous qui connaissez tout ça par coeur, vous allez bien nous trouver un diagramme comparent les résultats des modèles du GIEC pour le seul “RCP 8.5” ou “Business as usual” et les valeurs mesurées. Vous trouverez des explications sur les “RCPs” facilement sur Internet (Enerzine n’accepte qu’un seul lien par message).

O.rage

…et l’atmosphère n’est qu’une partie de la planète. C’est bête que certains nient (remarquez la différence entre déni et scepticisme) que les océans soient la majeure partie de ce réchauffement.

Joverino

Le mensonge est de prétendre que l’on aurait scientifiquement démontré que +3°C en 2100(ou même+6°C en 2100)serait une catastrophe insurmontable qui ferait disparaitre l’humanité et d’invoquer le principe de précaution à ce sujet, à toutes occasions.C’est ça,le vrai gros bobard,la véritable escroquerie des “réchauffistes catastrophistes”.Et il ne faut surtout pas se laisser manipuler par ces fumistes malfaisants.

Papijo

L’atmosphère a une capacité calorifique extrêmement faible par rapport aux océans, mais on a des mesures de la température de l’atmosphère (en de nombreux endroits, mais pas partout) depuis 150 ans, contre 10 ou 20 ans pour l’océan à 2000 m de profondeur. Si on veut des graphiques sur 100 ans … on doit se contenter de l’atmosphère (et d’autre part, on ne voit pas comment l’océan pourrait se réchauffer si l’atmosphère reste à la même température). Je suis donc aussi parfaitement d’accord avec vous sur le fait que la croissance “rapide” des températures de 1975 à 1998 est due en majeure partie aux apports de l’océan via les phénomènes “El Nino” (et non au CO2). Depuis 1998, nous n’avons plus eu de “El Nino” importants, et donc logiquement plus de réchauffement. Une grande partie des scientifiques partagent cette opinion, mais les lobbies des “Energies renouvelables extrêmement profitables pour certains, mais ruineuses pour tous les autres” font en sorte que seule la thèse du méchant CO2 soit présentée dans les médias.

sunny

Objectif 100 % enr Heureusement qu’il y a des pays qui prennent leur responsabilité. Par exemple les danois ont décidé qu’il atteindrait 100 % d’énergie renouvelable en 2050 et 100 % d’électricité renouvelable en 2035. Il vont pouvoir expliquer au français comment il faut faire…. … -2050.html Chez eux l’éolien sera bientôt deux fois moins cher que l’électricité gaz, ça aide un peu.

chiedo

Pour les océans on n’a pas besoin de faire des relevés de température a 2000 m La dilatation thermique représente 50% de l’augmentation de son niveau, et cette augmentation ne fait pas de “pause”…

Nicoladranzos

Supprimons les crédits du giec et démantelons cette organisation inutile qui cherche à régner(et à faire entretenir sa rente de situation)par l’instillation récurrente de la peur d’un réchauffement qui serait menaçant pour notre avenir selon ses mensonges catastrophistes.

Sicetaitsimple

Le Danemark comme d’autres (Pays-Bas, RU) fait partie de ces pays qui d’une position d’exportateur de produits pétroliers et gaziers (et de la rente qui va avec) voient peu à peu ou à un horizon proche leur position devenir importatrice et les rentrées budgétaires correpondantes diminuer. C’est un vrai problème, il leur faut trouver des solutions. Pour d’autres (dont la France), il n’y a pas forcément la même urgence car nous sommes habitués depuis logtemps à cette position d’importation massive et d’autres solutions ont été trouvées au moins en ce qui concerne la production d’électricité, pas la peine de vous faire un dessin. Les Danois peuvent expliquer beaucoup de choses sur leur stratégie, mais ce n’est pas forcément transposable et surtout pas au même rythme. Et pour finir, ils seront peut-être 100%, mais en “net”. Sans des interconnexions capables de fournir quasiment leur consommation de pointe, beaucoup plus dur!

Dan1

A sunny “Heureusement qu’il y a des pays qui prennent leur responsabilité.” Bien sûr que les Danois ont pris leur responsabilité, d’ailleurs ils avouent eux-mêmes qu’ils ont une empreinte carbon énorme pour un si petit pays si porté sur l’éolien (et depuis très longtemps) : 21 tonnes de CO2 par Danois, c’est ce qui s’appelle prendre ses responsabilités. En attendant que ça diminue, sunny n’hésitez pas à répondre aux questions posées et notamment sur le rapport Charpin-Dessus-Pellat. Un troll a aussi des obligations… s’il veut être un peu crédible et donc peser dans les débats.

sunny

On est visionnaire ou on ne l’est pas. Nos amis danois ont su développer des industries (éolien offshore et terrestre, biogaz (et oui la co-digestion, c’est eux aussi), centrale de cogénération biomasse). qu’ils exportent dans le monde entier et qu’ils leur rapporte un max de blé et d’emplois. Avec leur projet à 100 % d’ENR en 2035, ils vont également gagner en compétence dans les technologies innovantes smart grid et autres pourront ensuite valoriser leur savoir faire à l’étranger. Ils ont déjà le Nord pool market et les interconnexions qui vont avec. De quoi avoir une vrai complémentarité du mix renouvelable (hydro, biomasse, éolien). De quoi également absorber une partie du solaire allemand. Pendant ce temps, on a l’arrière garde française qui ne s’intéresse qu’au prix de leur électricité dans les deux prochaines années, aucune vision des opportunités des ENR sur le marché mondial ou en terme d’emplois. Un pays qui a investit énormément d’argent depuis 30 ans dans une technologie déjà dépassée avant d’avoir livré ses premiers kWh (0 plus de 110 euros du MWh).

Papijo

Evidemment, depuis ce que les climatoogues appellent la fin du “Petit âge glaciaire” (2ème moitié du 19° siècle), le niveau d’eau des océans augmente de 20 centimètres en 130 ans. Pas vraiment impressionnant ! Et il faudra attendre de nombreuses années après que les températures aient commencé à décroitre pour qu’il se stabilise … Ci après une courbe similaire àà la votre, mais à jour (que vous trouverez aussi sur le site de “Pensée-unique”: ):

Dan1

A propos de visionnaire et dans le cadre du changement climatique, il ne faudrait pas oublier les Français qui dès les années 70 ont pris un véritable tournant énergétique en sortant des fossiles électrogènes. Un pays de 65 millions d’habitants, moins béni que le Danemark et la Norvège et qui émet moins de 30 millions de tonnes de CO2 pour produire plus de 500 TWh, ça mérite le Panthéon des visionnaires. Et par Dessus, n’oubliez pas la question sur le rapport Charpin-Dessus-Pellat.

sunny

Le point de vue économique de Benjamin dessus avec le lien que je vous ait donné me semble très bien étayé. Ce Benjamin dt des choses très intéressantes. Si vous avez un peu de temps

Dan1

A sunny Je ne vous demande pas de me redonner le lien vers le document de 2004 que j’ai déjà lu par ailleurs il y a “quelques” temps. Je vous demande quels sont les conclusions du rapport Charpin-Dessus-Pellat de 2000. Mais bon les trolls répondent rarement aux questions.

Sicetaitsimple

“Pendant ce temps, on a l’arrière garde française qui ne s’intéresse qu’au prix de l’électricité qu’il paieront dans les deux prochaines années”. KO debout. Si effectivement le prix de l’électricité n’a aucune importance, vous avez forcément raison. Vous pouvez nous rappeler le prix de l’électricité pour le consommateur lambda au Danemark, en Allemagne et en France?

sunny

Comme vous faites mine de ne pas comprendre. Je vous reproche dans vos argumentaires d’avoir une vision de court terme. De vous focaliser sur un seul point, le prix à court terme de l’électricité (alors que l’on sait pertinemment qu’il n’est pas représentatif), et non pas sur le prix du moyen et du long terme. Je vous reproche votre myopie. De croire que la France peut rester un ilot dans la mondialisation, un ilot au sein de l’Europe. Je reproche également au Pro-nuke leur manque de vision industrielle, tout baser sur une technologie et faire en sorte d’empêcher le développement de technologies alternatives, qui sont aujourd’hui réclamé par le marché mondial. D’avoir persisté à investir dans une technologie dépassée basée sur une ressource rare et limité, difficilement accessible. D’avoir constamment dénigrer et sous estimé le potentiel des ENR. Et vous continuer avec votre discours à la grand papa. Pourquoi investir dans des solutions de stockage électrochimique, ce n’est pas rentable aujourd’hui, ce le sera peut-être dans 10 ans, il sera temps d’y aller après …. Investir dans les smart grid? Pourquoi faire, la France n’en a pas besoin? Laissons les danois essuyer les platres, laissons les allemands, etc …. Investir dans l’éolien offshore? Les énergies marines? Le solaire? … Pourquoi faire? La France n’en a pas besoin. La France et le monde en ont besoin. Des stratégies industrielles, cela se préparent, un avenir cela se construit. Mais continuer à vous focaliser sur le prix de l’électricité que vous aller payer dans deux ans.

Papijo

Le prix de l’électricité dans 2 ans … ? Quand on sait que les danois et les allemands paient 2 fois plus cher leur électricité que nous, faut-il courir après eux ? Il y a combien de français qui n’arrivent pas à payer leur facture ? Vous voulez multiplier leur nombre par combien ? Faut-il vraiment laisser les gens crever de froid dans la rue pour vous être agréable ? (Image tirée de: )

sunny

Prix de marché ou prix politique. Que met-on dans dans ces prix, quelles taxes? Quel est la part payée par le contribuables et celle payée par le consommateur d’électricité ? Quelles investissements dans les infrastructures pour les prochaines années? Le prix facturé par les ménages (de même celui facturé par l’industrie), vous le savez autant que moi, est en grande partie politique. Jugez vous que le prix de l’électricité en France aujourd’hui est à son vrai niveau? Faut-il vraiment investir dans le grand carrénage qui va nous plomber durablement le prix de l’électricité?

Luis

¤ On a vu que les tarifs réglementés de l’électricité ont augmenté récemment en France (tarif bleu). En Allemagne, il n’existe pas de tarif unique mais de nombreux tarifs régionaux, englobant chacun une région plus ou moins étendue. Pour la plupart d’entre eux, les tarifs de l’électricité sont en baisse de 2% à 3% pour l’utilisateur résidentiel. Un germanophone devrait bien nous trouver des précisions sur les nouveaux tarifs des distributeurs régionaux. Maintenant, si la glace polaire fond un peu, c’est à cause des ours blancs.

Bachoubouzouc

“Que met-on dans dans ces prix, quelles taxes? Quel est la part payée par le contribuables et celle payée par le consommateur d’électricité ? Quelles investissements dans les infrastructures pour les prochaines années?” Les prix sont certes manipulés par les politiques, mais cela reste à la marge, cela joue sur quelques %. En revanche, la différence du simple au double entre nos prix et ceux des allemands ou des danois reflète une différence de coût fondamentale entre notre système électrique et le leur : Grâce entre autre à notre parc électronucléaire, notre électricité est durablement et largement moins chère (et moins polluante) que la leur. C’est physique. Et c’est indéniable (sauf mauvaise foi).

jolastico

A tiens, maintenant ce n’est plus le soleil, c’est El Nino qui a provoqué l’augmentation de la température de l’atmosphère, la dilatation thermique des océans et la fonte des glaces. Vous racontez vraiment n’importe quoi. El Nino / La Nina est un phénomène d’oscillation annuelle, une oscillation ça veut dire une variation autour d’une moyenne. Comment est ce qu’une oscillation annuelle pourrait être responsable d’une augmentation tendancielle du niveau d’énergie de la surface planétaire ??? Mais non, j’oubliais, les milliers de scientifiques qui bossent sur le sujet se trompent, Papijo a la solution ! C’est El Nino ! Et le tout puissant lobby des ENR évidemment (Pourquoi les ENR alors que le nucléaire a tout autant sinon plus d’atout vis à vis du changement climatique, mystère)

Papijo

Je vous conseille d’aller faire un petit tour du côté de véritables institutions scientifiques plutôt que de rabacher les inepties trouvées sur des sites écolos, par exemple pour le phénomène “El Nino / La Nina”, vous trouverez sur ce site: toutes les explications, y compris l’index ENSO avec les El Nino en rouge et la Nina en bleu ci-dessous (voyez comme il est en stabilité “forte et tendancielle” !): Après, qu’est ce qui explique les variations de ce phénomène: le pur hasard, le soleil, … je n’en sais rien (et pense ne pas être le seul !).

Luis

¤ Une promenade en bateau dans les glaces du pôle Nord, jusqu’au 86e parallèle. C’était en 1895. En voilier. Avec un bateau vapeur au charbon de l’époque, on aurait pu croire qu’ils réchauffaient le climat à leur approche. Mais non, pas de CO2. Pour les sous-marins qui se filent des rencards en eau libre au pôle nord, c’est ici : Le 18 mai 1987, c’était plus proche du maximum de glace de mi-mars que du minimum de mi-septembre. Quel taux de CO2 en 1987 ? Et en 1895 ?

Papijo

Comme vous le dites, (” interdit par la loi de faire une centrale électrique qui ne valorise pas sa chaleur pour chauffer les habitations”), le Danemark a une politique énergétique très influencée par les modes écolos (vous auriez pu citer également un développement inconsidéré des chaufferies à biomasse qu’ils alimentent par des importations massives de bois américain), ce qui leur vaut une énergie parmi les plus chères d’Europe. Heureusement, grâce à leurs ressources de gaz et pétrole qu’ils nous revendent, ils peuvent s’offrir ces gadgets, mais cela n’en fait pas un modèle à imiter par la France, à moins qu’un jour la France ne devienne exportatrice de gaz et pétrole des schistes !

sunny

Question de goûts Vous préférez l’Uranium nigérien? Il faut reconnaître que l’Europe importe déjà un tiers de sa consommation de granulé (17,5 millions de tonnes en 2013) et que cela pourrait monter à 40 % en 2014. Le granulé canadien et américain, même certifié, est en effet très compétitif.

Luis

¤ Les ressources fossiles s’épuisent. C’est le constat des plus clairvoyants. On ne peut pas le dire officiellement car cela provoquerait une panique mondiale. Pourtant, il faut économiser ces ressources assez pratiques. Heureusement, les fossiles émettent du CO2 lors de leur combustion et la teneur du CO2 dans l’atmosphère augmente. Coïncidence heureuse, les glaciers qui avaient fortement avancé pendant le “petit âge glaciaire”, cessent leur avancée avec la fin de cette période et commencent à reculer. En 1860, le glacier d’Argentière menaçait le village du même nom, près de Chamonix. Depuis cette date, nous sommes toujours dans la sortie du petit âge glaciaire, avec des variations suivant les années et les lieux dues aux multiples interférences des phénomènes climatiques. L’homme peut y mettre son grain de sel, mais c’est secondaire. Quelle aubaine, on va publier des courbes de température à partir de 1880 seulement et insister lourdement là-dessus, sans parler de ce qui s’est passé auparavent. On a trouvé un bouc émissaire pour le public ignorant et moutonnier en mettant tout cela sur le dos du CO2 en particulier et des gaz à effet de serre en général. Mais derrière la mise en scène, la réalité est bien là : celle de l’épuisement des ressources fossiles et rien d’autre (pour l’énergie). Ce qui justifie pleinement le développement de toutes les énergies renouvelables, partout, sans attendre que “la technique ait fait des progrès”. Glacier et village d’Argentière – 1860-1863 Si un village a été construit à cet endroit quelques sciècles plus tôt, c’est que le glacier se trouvait très loin et que les gens n’avaient rien à en craindre, avant que n’arrive le P.A.G.)

Harlon80

On ferait mieux de commencer sérieusement à exploiter d’abord, notre Gaz de couche(de houille)en Lorraine et en Picardie,Onze ans de consommation nationale en réserve.Puis notre gaz de schiste,vingt ans de consommation nationale en réserve.puis vers 2045 les hydrates de méthane océaniques,des siècles de réserves accessibles à nos compagnies de prospections et exploitation dans les océans. Au lieu d’écouter tous ces idiots et escrocs catastrophistes institutionnels,qui ruinent progressivement,mais surement le pays,avec ces timorés socialo-ecolos-débiles qui nous dirigent depuis 2012,pour notre plus grand malheur. La vraie croissance forte(celle qui supprimera le chomage en France) ne pourra réexister en France qu’en faisant tous le contraire de ce que souhaitent les écolos décroissantistes dont les entraves et délires pourrissent le pays depuis trop longtemps. Les conneries réchauffistes doivent être rejettées impitoyablement .Le retour à une forte croissance,égale ou supérieure à celle des trentes glorieuses est à ce prix.

jolastico

Et donc ? Votre graphe est sensé prouver quoi ? Je préète donc ma question : en quoi El Nino peut être la cause de l’augmentation d’énergie dans l’atmosphère et les océans ? Vous parlez de véritables institutions scientifiques après avoir cité Pensée Unique dans vos sources, ça prête à rire. @ Luis : on ne doit aps faire paniquer les gens sur la disparition des fossiles, donc on “invente” un réchauffement climatique qui est potentiellement beaucoup plus dangereux que la disparition des fossiles. Vous êtes sérieux ?

Papijo

Le prix de l’uranium extrait des mines ne représente qu’un petit pourcentage du prix du kWh nucléaire (env. 5%) alors que le coût du combustible doit représenter plus de 75% du prix du kWh “biomasse”, l’uranium se stocke facilement (pas le bois), et si on accepte de le payer un peu plus cher, on peut même réouvrir des mines en France … que voulez vous de plus. Ceci dit, je n’ai rien contre les importations de bois américain ou autre (c’est certainement mieux que le bois que le Danemark importait de Pologne et autres pays de l’Est il y a une vingtaine d’années), mais je trouve que remplacer une importation de charbon (dont les réserves se comptent en siècles) par une importation subventionnée de biomasse lointaine et chère (alors que les américains, eux, se chauffent tout simplement avec leur gaz de schistes), c’est une ânerie ! Sans blague, Chelya, expliquez nous l’intérêt !

jolastico

La croissance ! La croissance ! Avec les dents, on ira la chercher … Faudra nous expliquer d’où sortent vos chiffres fantaisistes sur les réserves de gaz (on dirait l’AIE … Regardez mon chapeau, hop j’en sors des réserve de gaz …) Faudra aussi nous expliquer comment croitre sans limite dans un monde limité. Et enfin faudra nous expliquer comment on fera pour croitre sans arrêt avec la raréfaction de la plupart des métaux et terres rares … Le retour à une croissance des trentes glorieuses est tout bonnement impossible, et vous pouvez taper du pied et pester contre les socialos-écolo-débiles, ça n’y changera rien.

Harlon80

Les chiffres sur les gaz de couches,de schistes,des hydrates de méthane océaniques,sont trouvables sur nombres de sites internet(google est votre ami)(attention pas les sites écolodécroissantistes débiles),mais aussi sur science et vie,et plein d’autres revues du même tonneau. Le slogan “nous expliquer comment croitre sans limite dans un monde limité” est un sophisme décroissantiste stupîde, une anerie de propagande typique sans aucune valeur .Que l’on commence donc par exploiter à très grande échelle,toutes ces ressources et vous verrez que moins il y en a,plus il y en a encore.C’est le cas du pétrole et gaz et charbon qui passent progressivement et de plus en plus du conventionnel au non-conventionnel.Rejetter impitoyablement les décroissantistes et leurs entraves est la priorité absolue pour retrouver une très forte croissance dans ce pays.Si on a pas le courage politique de le faire,il sera impossible de sortir du marasme éconmique dans lequel est le pays actuellement.L’énergie doit pour cela devenir extremement abondante chez nous, en exploitant à fond dés maintenant nos ressources fossiles nationnales(Tous les gaz non conventionnel Français).Pour cela il faut mettre tous nos écolos décroissantistes et leur propagande ultramensongère hors d’état de nuire,et cela d’une manière politiquement impitoyable,avec dénonciation dans tous les médias de leur effroyable imposture et de leur très grande culpabilité dans les malheurs économiques et politiques du pays.Avec les entraves délirantes de ces gens là(écolodécroissantistes),le pays va droit à la recession et bientot à la ruine.Les politiques complices qui les laissent faire par bétise,opportunisme et démagogie,collaborent à la destruction progressive mais certaine du pays. Il possible,vu votre discours et slogans que vous soyez un de ces écolodécroissantistes.Mais peu importe.Il faudra agir sans plus jamais demender l’avis de gens comme ça.

Sicetaitsimple

“Je vous reproche dans vos argumentaires d’avoir une vision de court terme. De vous focaliser sur un seul point, le prix à court terme de l’électricité” . Je pense que vous avez une lecture très selective de mes commentaires, mais c’est comme ça et c’est pas très grave.

Papijo

Je répète donc ma question : en quoi El Nino peut être la cause de l’augmentation d’énergie dans l’atmosphère et les océans ? Voilà la réponse de Wikipedia: (mais je suis très étonné que quelqu’un qui prétend donner des leçons aux autres ne soit pas au courant): “Dans les années 1990 une corrélation entre la période chaude et les changements climatiques planétaires à court terme a été mise en évidence.” Enfin, vous critiquez le site “pensee-unique.fr”. Ce site a été créé et est toujours tenu par Jacques Duran, aujourd’hui retraité, ancien chercheur au CNRS, ancien directeur des Etudes de l’Ecole Supérieure de Physique et Chimie de Paris (alors dirigée par P.G. de Gennes – ancien prix Nobel), donc quelqu’un certainement beaucoup plus digne de confiance que vos sources (au fait, vous les prenez où vos infos ?). Et si vous avez détecté des erreurs sur “pensee-unique”, vous pouvez nous montrer un petit exemple ? on lui demandera de corriger !

fredo

merci Luis pour ces belles photos historiques rafraîchissantes comme votre approche du sujet ! Distinguer épuisement des ressources fossiles et rôle du CO2 dans le réchauffement climatique de façon aussi illustré, bravo ! C’est toujours interessant de voir que si je partage la plupart du temps votre point de vue, il y a des points de divergence comme celui-là. Il est possible qu’un cycle de réchauffement “naturel” soit en cours, je pense pourtant que si la part du CO2 augmente dans l’atmosphere, c’est le fait de l’incapacité des puits de carbone à absorber les émissions de CO2, sauf à affirmer que le CO2 n’est pas un gaz à effet de serre, ce qui serait également original. Admettons donc que les 2 phénomènes cohabitent ! On arrive néanmoins à la même conclusion de développement nécessaire des ENR ! Yapluka

jolastico

Oui j’ai entendu parler de Jacques Duran. Vous oubliez de préciser qu’il est ancien chercheur au CNRS en cristallographie. Il n’a donc aucune compétence particulière en climatologie, pas plus que vous ou moi en tout cas, et certainement beaucoup moins que tous les auteurs de travaux synthétisés par le GIEC. Alors pourquoi est ce que vous vous fiez à lui plutot qu’aux chercheurs dont c’est le domaine de travail ? Il y a un consensus mondial (97%) chez les climatologues pour dire qu’il y a un réchauffment climatique et que l’homme en est la cause. VVous pensez vraiment que 97 % des climatologues du monde se trompent / font partie d’un complot ? Sur les erreurs de Pensée Unique, d’autres s’en sont chargé : Si vous préférez vous fier à une personne (dont ce n’est pas le domaine de compétence), plutôt qu’aux travaux de centaines d’autres dont c’est le domaine, libre à vous. Sur El Nino, corrélation n’est pas causalité. Un phénomène oscillant ne créé pas d’énergie, point. De plus, comment expliquer que la montée des eaux (et donc la chaleur contenue dans les océans) se poursuit de manière régulière y compris depuis 1998 ? Vous pensez peut être que 20 cm c’est négligeable, mais en quantité d’énergie ça ne l’est pas du tout, c’est même bien plus significatif que une augmentation de température atmoshpérique. @ Harlon : L’énergie doit devenir extrèmement abondante, c’est bien gentil de le souhaiter, mais ça fait depuis le 1er choc pétrolier que l’énergie est contrainte et que la quantité d’énergie par personne n’augmente plus assez pour assurer une croissance type 30 glorieuses. Vous pensez que les pétroliers et gaziers du monde entier se tournent les pouces ? Ils cherchent désespérement de nouveaux gisements. “Moins il y en a, plus il y en a encore”, joli sophisme. Non, moins il y en a, moins il y en a, point. La production de conventionnel est passée par un maximum, on pourra compenser pendant un certain temps avec les non conventionnels mais ça ne durera pas, et surtout ça n’augmentera jamais assez pour soutenir une croissance forte. Et des chiffres théoriques de réserves sont à manier avec beaucoup de précautions (on se souvient tous des -96 % par rapport aux “prévisions théoriques” de l’AIE sur les gaz de schistes en Californie). Et de plus, ça ne veut pas dire qu’on peut les exploiter Je ne suis pas un écolodécroissantiste, je suis réaliste, je regarde les chiffres, c’est tout. Je ne souhaite pas la décroissance, je pense qu’elle est inévitable, nuance.

Cosinus

Il y a un consensus mondial pour dire que la terre est plate et que la terre est le centre de l’univers. Les astres et les étoiles tournent autour de la terre. Ah bon, c’était une croyance officielle imposée par l’église et démentie ensuite par la science. Pachauri, un ancien ingénieur des chemins de fer qui s’est ensuite occupé de la demande d’énergie électrique et du pétrole. Quel rapport avec le climat. Pourquoi se fier à lui et à ses copains politiques qui arrangent à leur façon les études des scientifiques. En écartant ce qui gène.

jolastico

Ce n’est pas Pachauri qui publie, ce sont les climatologues. Vous faites quoi des centaines de papiers publiés, passés par les comités de lecture ? Comparer le processus scientifique actuel aux croyances du Moyen Age, c’est n’importe quoi. Le voilà votre consensus : Mais bon, je cite mes sources, j’argumente, vous vous citez quoi ? Rien. Vous faites des analogies entre les climatologues et la population du Moyen Age. Bravo, j’apprécie la force de l’argumentaire.

Tremouille

Actuellement les actions de developpement durable sont pour la majorités incohérentes et paradoxales, on crée de l’activité car c’est le bien qui manque le plus pour la reance économique mais elle ne profite qu’à quelques uns, ceux qui sont en contact avec les lobbies… Le citoyen lambda se moque de se que vous raconter , il regarde son porte monnaie et avant de parles écologie il va être tenté par le coté économique car si la globalité et la mondialisation a sorti de la pauvreté environ 800 millions d’individus , le cycle s’inverse et les classes moyennes des pays de l’OCDE s’appauvrissent , le fossé s’accroit entre riches et pauves…et l’équilibre de stabilité est trés fragilisé sachant que l’on attend encore 2 milliards d’individus. L’Inde a pris les choses au sérieux en mettant en place une campagne de stérélisation des femmes afin de limiter la population

Harlon80

Vous dites que:”Vous pensez que les pétroliers et gaziers du monde entier se tournent les pouces ? Ils cherchent désespérement de nouveaux gisements.” Eh bien,que l’on commence donc par exploiter d’abord, notre Gaz de couche(de houille)en Lorraine et en Picardie,Onze ans de consommation nationale en réserve.Puis notre gaz de schiste,15 ou 20 ans de conso nationale en réserve.Et on verra bien ensuite pour de nouveau gisements non conventionnels,et même s’il y en avait moins,ça vaudrait encore la peine de le faire.Seuls les écolodécroissantistes et autres fumistes “gieckistes”seront contre par pure idéologie catastrophiste et décroissantiste.Parfaitement qu’on peut refaire en France les 30 glorieuse et mieux encore,mais encore faut il de l’audace et une très forte détermination de nos politiques, contre les entraves de ces malades fanatiques de décroissantistes. Si on ne fait pas tous ce que détestent les décroissantistes,le retour à une forte croissance,égale ou supérieure à celle des trentes glorieuses ne sera pas possible.Les décroissantistes sont les pires ennemis de la possibilité de sortir le pays de la longue crise actuelle.Il n’y a pas plus graves nuisibles qu’eux dans ce pays.Aux politiques,d’avoir le courage de nous en débarrasser impitoyablement,sinon on est tous foutus en France, économiquement parlant d’abord,puis socialement et politiquement ensuite,j’en suis absolument certain et il y en a bien d’autres,bien placés politiquement et socialement, qui le savent parfaitement mais qui préfèrent se taire par lacheté ou opportunisme.

jolastico

@ Tony : si vous avez des preuves de falisfications ou d’erreurs dans leur étude, je vous invite à rédiger un papier argumenté à l’éditeur qui se fera un plaisir de retirer cette étude de leur publication. Imaginez quelle victoire ce serait pour les climatosceptiques. En attendant, gardez vos insultes pour vous.

67
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime