Energie renouvelable : « Les plus longs câbles sous-marins d’Amérique du Nord »

Fort de sa stratégie de développement durable et de la diversité de ses ressources naturelles, le Canada tient aujourd’hui le quatrième rang mondial pour l’adoption d’énergies renouvelables, en produisant les deux tiers de son électricité à partir de sources renouvelables [1].

Afin de contribuer au respect de la réglementation fédérale canadienne, qui impose une réduction de 50 % des émissions de carbone à l’horizon 2030, et de la réglementation de la Nouvelle-Ecosse exigeant l’emploi de 40 % d’énergie renouvelable d’ici à 2020, Nexans a installé les plus longs câbles électriques sous-marins d’Amérique du Nord dans le cadre du projet mené par NSP Maritime Link Inc. (NSPML), filiale indirecte d’Emera Inc.

La livraison de deux câbles CCHT 200 kV imprégnés de masse est venue couronner près de 4 années de travaux d’ingénierie et de production des deux câbles sous-marins, ainsi que des câbles terrestres, dans les usines Nexans de Halden en Norvège et de Futtsu au Japon. Chaque câble est long de 170 km et pèse environ 5 500 tonnes.

Dès la fin avril 2017, Nexans a posé les câbles sous-marins dans le détroit de Cabot par environ 470 mètres de profondeur, en assurant leur protection sur le fond marin, de façon à établir la première interconnexion électrique entre les provinces de Nouvelle-Ecosse et de Terre-Neuve-et-Labrador. Les tests haute tension finaux ont été réalisés avec succès sur la liaison en septembre 2017.

« Nous sommes très heureux de participer à ce formidable projet et satisfaits d’avoir achevé l’installation de ces deux câbles sous-marins, les plus longs d’Amérique du Nord, à l’issue de près de 600 000 heures de travaux de conception, de fabrication et de pose », explique Geir Korstad, Responsable de projet pour Nexans. « Ce succès est indubitablement le fruit du travail acharné et du dévouement des équipes de haut niveau de Nexans ainsi que de l’étroite coopération avec NSPML et nos partenaires ».

Le projet Maritime Link consiste en une nouvelle liaison CCHT de 500 MW (+/- 200 kV), comprenant des postes transformateurs et les postes de départ à courant alternatif haute tension (CAHT) associés ainsi que deux lignes de transport CCHT, une ligne de transport CAHT 230 kV et l’infrastructure associée. Le projet Maritime Link, initié en 2011, devrait être opérationnel en janvier 2018 selon le calendrier prévu.

[1] Canada’s National Energy Board, Canada’s Adoption of Renewable Power Sources – Energy Market Analysis, 2017

Partagez l'article
  • 4
    Partages

 



[ Communiqué ]

         

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Souscrire  
Me notifier des