Europe : le marché photovoltaïque a fortement décéléré en 2012

Selon EurObserv’ER, la puissance nouvellement connectée en Europe s’établit en 2012 à 16,5 GWc contre 22 GWc en 2011, soit une baisse de 25 %. Dans le monde, le niveau du marché est globalement resté stable (30 GWc installés), maintenu par la montée en puissance des marchés américain et asiatique.

"On assiste à un glissement du marché mondial vers les marchés asiatique et américain (…) En prenant un peu de recul, on peut penser que la croissance du marché européen ne s’est pas faite dans les meilleures conditions" a indiqué l’association européenne de promotion des énergies renouvelables.

Ainsi, ces trois dernières années, le moteur de la croissance a été en grande partie porté par des investissements spéculatifs profitant du décalage persistant entre les niveaux de rémunération garantis et la baisse très rapide des coûts de production.

Par ailleurs, la pilule reste amère pour certains gouvernements qui cherchent aujourd’hui à alléger la facture en mettant en place des taxes sur la production d’électricité ou en cherchant à modifier les lois de manière rétroactive : "la République tchèque (taxe rétroactive sur les investissements), la Bulgarie (taxe d’accès au réseau), la Grèce (taxe sur les recettes), la région flamande en Belgique (tarif d’accès rétroactif pour l’accès au réseau) et l’Espagne (taxe sur les revenus de tous les producteurs d’électricité) en sont des exemples."

D’après EurObserv’ER, la puissance nouvellement connectée dans l’Union européenne devrait atteindre 16.520 MWc en 2012, soit une baisse de 25 % par rapport à la puissance connectée en 2011. La puissance cumulée du parc de l’Union européenne s’établit désormais à 68.647 MWc fin 2012, ce qui porte la puissance photovoltaïque par habitant à 136,3 Wc. Cette puissance additionnelle se traduit logiquement par une augmentation de la production d’électricité solaire, qui atteint 68,1 TWh en 2012 (+50,1 % par rapport à 2011). Son niveau de production a même été multiplié par trois par rapport à 2010.

Le solaire représente désormais plus de 2% de l’électricité consommée dans l’Union européenne.

La puissance PV par habitant dans l’Union européenne (UE) s’établit à 136,3 Wc par habitant. Les trois premiers pays de l’Union sont l’Allemagne (399,5 Wc/hab), l’Italie (269,0 Wc/hab), et la Belgique (240,0 Wc/hab). La République tchèque, la Grèce et la Bulgarie affichent également une puissance PV par habitant relativement élevée.

Année 2012 : un marché photovoltaïque en phase de décélération

Focus sur les prix

Le prix de marché des modules a continué sa folle descente, comme le montre l’indice des prix des modules publié dans le numéro de février du magazine Photon International. Sur le marché spot allemand, le prix moyen des modules polycristallins était négocié en moyenne en janvier 2013 à 54 c€ le watt, soit une baisse de 33,3 % sur les 12 derniers mois, celui des modules monocristallins à 60 c€ le watt (- 25,9 % sur un an). Sur cette même période, les modules CdTe (tellurure de cadmium) ont baissé de 25,4 %, à 50 c€ par watt, et les modules au silicium amorphe se négociaient à 36 c€ le watt, soit une baisse de 48,7 % .

L’indice des prix du marché allemand montre également que les modules fabriqués en Europe, aux États-Unis et au Japon se négocient à un prix beaucoup plus élevé, soit 65 c€ le watt pour les modules “made in Europe” et “made in USA”, et même 80 c€ pour les modules “made in Japan”.

Cette différence de prix illustre très clairement la guerre des prix qui oppose les fabricants de modules chinois aux fabricants européens, et explique la situation dans laquelle se trouve l’industrie européenne. Les acteurs européens, américains et japonais sont encore capables de vendre plus cher leurs modules grâce à leur renommée mais avec des niveaux de production bien inférieurs et des pertes constantes de part de marché.

Selon GTM Research, la différence de prix serait encore plus importante entre les modules premium chinois et occidentaux. S’appuyant sur les données mensuelles des prix des modules de Solar Server, la différence de prix sur ce type de module serait de 47 % en janvier 2013, contre 16 % en janvier 2011.

La grande question est de savoir si ces prix diminueront encore et de combien. La plupart des analystes pensent que oui, mais avec des baisses moins importantes.

Selon le “Global PV Competitive Intelligence Tracker” de GTM Research, les coûts de production des modules “best in class” (premium) des marques chinoises renommées (telles que JinkoSolar, Yingli Solar, Trina Solar, Renesola) ont diminué de plus de 50 % entre 2009 et 2012, passant de 1,29 $/W (1 €/W) à 0,59 $/W (0,46 €/W).

Ce cabinet de consultant estime qu’il y a encore possibilité de réduire ces coûts, même si la baisse devrait ralentir dans les prochaines années. Ils pourraient même atteindre 0,42 $/W (à 0,33 €/W) en 2015, grâce à de nouvelles innovations dans les techniques de sciage, la production de wafers plus fins, et des colles conductrices.

>>> Le baromètre 2012 d’EurObserv’ER sur la filière photovoltaïque est téléchargeable ici (.pdf)

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
18 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Steph

Well, 30 GW nouveaux dans le monde, c’est 5 reacteur nuke evites, c’est pas mal ! Ce que l’article devrait dire c’est que le moteur actuel du PV devient de plus en plus l’auto-consommation ce qui signifie un marche plus grand encore.

Lionel_fr

L’article est synthétique et bien fait mais un peu centré sur la Chine. Comme les douanes occidentales ont décidé de les jeter dehors (je résume bien non?) je devine que le prix “normal” sera désormais aligné sur l’allemand quelle que soit la provenance. Ce qui nous ramène à un peu moins d’un euro par watt crète. Bon je ne vais pas faire une tartine pour quelques centimes car cela ne m’empèche pas de bosser mais je serais curieux de savoir si les techniques industrielles européennes et japonaises vont s’aligner avec le trend chinois. Ce qui me rassure , c’est que le sauvetage des industries non-chinoises vont in-fine sauver des capacités de productions -après en avoir détruit beaucoup en Chine mais tout le monde semble admettre que c’était inévitable. En sécurisant les sources d’approvisionnement , ces filières devraient continuer d’investir et parvenir à une quasi-parité avec les chinois non ? C’est en tous cas ce que disait Chelya : la main d’oeuvre ne comptant pas pour plus de 5% dans le cout des panneaux. Coté perspectives , j’attends que de nouveaux secteurs trouvent la même rentabilité que l’électronique embarquée, ça ne devrait pas tarder trop longtemps. En attendant les Chinois peuvent encore répondre à la demande non-occidentale qui pourrait dépasser la demande européenne – ou en tous cas – rien ne s’oppose à un triplement ou décuplement du marché , le besoin est encore proche de l’infini. JJ’ai lu quelque part que la surcapacité de production chinoise approche les 50GWc/an Par contre les 10GWc/an projetés qu’Ambiel prétait au Japon semblent largement surestimés 🙂 à propos , je me demande bien ce qu’il est devenu .. (ambiel)

chelya

Vu que les japonais ont déjà un pipeline de projet de 5 GWc ça peut encore se faire 10 GWc…

Lionel_fr

Le Japon me fait penser au proverbe sur les enfants du cordonnier.. J’ai l’impression que la seule valeur managériale qui y fait mouche est l’export. La géologie extrèmement contrainte de l’archipel a du mal a se trouver des designers .. ou des supporters mais le Japon semble mieux comprendre ma psychologie d’acheteur occidental que celle de ses autochtones.. Absence totale de valeurs individualistes dans sa culture ? Le PV est individualiste .. moins que l’automobile mais plus qu’un EPR 🙂 La production d’énergie PV concerne à la rigueur un petit quartier mais pas une région. L’énergie à laquelle le PV se substitue freine le réseau HT et finit par affecter les données régionales. Les zones climatiques peuvent également influer comme PACA en france , mais je persiste à penser que les gens qui investissent dans du PV le font avant tout pour eux-mêmes Le rapport groupe/individu semble là bas plus contradictoire qu’ailleurs.

Lionel_fr

Enfin , surtout Berlin en fait.. Paris est… comment dire , justement , qu’elle parle ou qu’elle se taise , le résultat est exactement le même… Ce gvt à une capacité à faire de phrases vides comme les bébés font des bulles de morve , vides et un peu dégueulasses , m’enfin paris jacasse quoi Berlin est comme toujours plus loquace ————————————————— Solaire : Paris et Berlin plaident pour une solution politique avec la Chine

Herve

Si je vous ai bien compris sur votre avnt dernier post, je partage un peu votre point de vue. Je crois que le francais qui investit dans le solaire le fait car 1- Il pense que ça va lui rapporter qq chose 2- Lui donne l’impression de ne plus dépendre d’EDF… 3- Pense qu’il va sauver la planete avec ça. Dans les faits, seule la n°1 a une certaine réalité… (au détriment des autres francais qui n’ont pas fait le pas…)

Dan1

Outre le fait que la planète n’a pas besoin d’être sauvée (contrairement peut être aux être vivants actuels), il demeure qu’aujourd’hui et pour le proche avenir, le photovoltaïque n’est absolument pas de taille à rivaliser avec les mastodontes de l’énergie et notamment le pétrole et le charbon : Je reprends l’essentiel : Coal demand is growing everywhere but the United States. The trend of the last decade continued in 2011, with coal supplying near half of the incremental primary energy supply globally. Coal demand grew 4.3% in 2011, or 304 million tonnes (mt). Chinese demand grew by 233 mt. The only region where coal demand declined was the United States. That drop is neither policy-driven nor a consequence of recession but rather the result of the availability of cheap gas. Even though coal demand growth is slowing, coal’s share of the global energy mix is still rising, and by 2017 coal will come close to surpassing oil as the world’s top energy source. The world will burn around 1.2 billion more tonnes of coal per year by 2017 compared with today. That’s more than the current annual coal consumption of the United States and Russia combined. KING COAL n’est pas une figure de style, c’est exactement ce qui est en train d’arriver. Si on considère les éléments de l’IEA, l’avenir de l’énergie en 2020 c’est la suprématie du charbon sur le pétrole ! Pour ceux qui se font appeler KOHLEKRAFT NEIN DANKE, il y a du boulot assuré pour quelques décennies. Après pour 2050, on verra.

Velka

C’est un vieux reflexe qui risque de mener l’Europe à un retard technologique et même économique. L ’argent payé en taxes ne sera pas dépensé ailleurs et on va freiner l’évolution du secteur d’activités des ENR. Comme s’il suffisait de taxer les producteurs pour bloquer l’évolution vers une auto production, même partielle. Un peu comme si l’on surtaxait Windows, Unix, ou internet, sous prétexte qu’ils rapportent de l’argent aux sociétés américaines et que toutes les populations les utilisent…. C’est une forme d’archaïsme. que ce renoncement à la bataille économique, Surtout dans des secteurs stratégiques pour les prochaines décennies, en termes de R&D et d’emplois.

Velka

C’est un vieux reflexe qui risque de mener l’Europe à un retard technologique et même économique. L ’argent payé en taxes ne sera pas dépensé ailleurs et on va freiner l’évolution du secteur d’activités des ENR. Comme s’il suffisait de taxer les producteurs pour bloquer l’évolution vers une auto production, même partielle. Un peu comme si l’on surtaxait Windows, Unix, ou internet, sous prétexte qu’ils rapportent de l’argent aux sociétés américaines et que toutes les populations les utilisent…. C’est une forme d’archaïsme. que ce renoncement à la bataille économique, Surtout dans des secteurs stratégiques pour les prochaines décennies, en termes de R&D et d’emplois.

Dan1

Et chelya conteste (à savourer sans adjuvant) : “Sur le charbon la totalité des analyses (BP, IEA, agence américaine de l’énergie…) viennent des chiffres du World Energy Council qui sont invérifiables et qu’on ne sait pas tracer… et à ça vous rajouter des stats venant d’un pays communiste ou la quasi totalité de l’industrie appartient d’une façon ou d’une autre aux gouvernements locaux et qui bidonnent les chiffres de son PIB parce qu’on peut se retrouvé au bagne pour ne pas avoir rempli les objectifs du plan ? Vous croyez quand même pas que les statistiques de la Chine sont plus crédibles que celles de l’URSS à l’époque où ils comptaient les tonnes de rouille dans leur production d’acier ? Beaucoup de charbon arrive en Chine mais ça ne veut pas dire qu’il est brulé…” Toujours dans le déni de réalité notre Kohlekraft nein danke !! Pendant ce temps là, le charbon progresse silencieusement à l’ombre des filières abhorrées ou adorées.

Lionel_fr

Je crois que Dan1 et Jancovici en font un peu trop dans l’anti charbon. L’un écrit que pour sortir du nuke , les allemands construisent des centrales à charbon. L’autre ignore volontairement que le prix du charbon devra baisser jusqu’à presque zero avant qu’on cesse d’en bruler. C’est pourtant bien ce qui devra arriver. Dan : c’est contre l’hégémonie du nucléaire que j’argumente mais pas contre sa pertinence en tant que technologie. Vous ne faites que diaboliser le charbon au point que vous ne voyez pas que les étapes de son éradication sont en cours , sous vos yeux suspicieux. L’effondrement du prix du charbon est une réalité aux usa et les EnR y sont pour quelque chose même si le gaz de schiste vient en renfort. La Chine a toujours été un gros producteur de charbon, largement excédentaire jusqu’à la fin des années 2000. Là aussi, la crise industrielle vient en renfort des EnR… pourtant ce sont les EnR qui privent ce marché de perspectives et donc d’investissement, puis logiquement les nouvelles capacités de production charbon se font rares, faute de débouchés. On ne pourra pas faire l’économie d’un charbon à très bas prix car il fait vivre beaucoup de monde (100 000 mineurs aux USA ?) Il faudra bien que le prix chute drastiquement avant que tous ces gens envisagent de se reconvertir. Or, même si on ne regarde que l’aspect psychologique de l’essor des EnR , il est évident que le tout-charbon à l’américaine, c’est déjà fini – GDS ou pas. Même avec la meilleure volonté du monde , le nucléaire ne pourra jamais contrarier la simplicité du charbon, ce qui nous amène logiquement à un développement plus universel. Et quoi de plus universel que de couvrir les habitations et collectifs de panneaux solaires, développer l’éolien partout où c’est possible pour stocker les surplus sous forme combustible (H2) chimique ou mécanique pour l’électricité? il y a dix ans , les EnR étaient expérimentales et ne produisaient presque rien pour très cher, c’est à cette époque que jancovici a écrit ses diatribes sur les EnR. Mais vous Dan en 2013, vous dites quoi ? Maintenant que les EnR commencent sérieusement à entrer dans les mix nationaux avec des pourcentages à deux chiffres, vous vous radicalisez dans une posture strictement jancovicienne pour des raisons un peu heroic-fantasy – détromper le peuple de la propagande verte au nom de ses impots… ou CSPE ce qui est exactement la même chose Et tout ça pour quoi ? une centrale ? Fessenheim ? un deuxieme EPR que même Sorkozy n’avait pas envisagé ? Que voulez vous Dan à la fin ? favoriser le nuke ce que personne ne vous demande et qui n’aide plus personne en france depuis qu’EDF a racheté EDF EN ? ou bien casser du PV juste pour refuser d’admettre que vous n’aviez pas anticipé que les EnR deviennent jamais des concurrentes sérieuses?

Dan1

Vous pouvez prétendre ec que vous voulez, il reste une réalité incontournable : Le charbon, notamment électrogène, a connu un essor incroyable dans les dix dernière années et ce n’est pas encore terminé. Et là, ce pas Dan1 qui le dit, mais les professionels du secteur : “Over the last decade, from 2000 to 2010, coal use has grown more strongly than any other primary energy source (+ 28%). Trends in coal use differ by region. In OECD countries, coal consumption remained stable over the last decade; in the EU, there was a 14 % drop. In contrast, coal demand in developing countries increased dramatically. Growth in non-OECD countries amounted to 1.7 Gtce over the decade, a 94 % increase.” Et voici un autre document qui éclaire la situation en Europe : Tout le monde semble être d’accord sur le fait que l’augmentation de la consommation de charbon en Europe est due à la difficulté pour les américains de brûler leur charbon chez eux à cause de la concurrence soudaine et massive du gaz de schiste. Je n’ai pas vu écrit que c’était à cause de l’essor massif des nouvelles EnR ! Mais, vous me direz que les professionnels du charbon ne savent peut être pas de quoi ils parlent. Gérard Mestrallet corrobore bien ces propos (à partir de la 46ième minute).

Lionel_fr

Ok Damn1 raffole des rhétoriques sans fin style communiste – il est donc logique qu’il nous balance la propagande chinoise la plus grossière comme parole d’évangile, même si les chinois n’y croient pas eux mêmes Dan est également connu pour méler des études et dossiers sans sans fin ni se préoccuper de la qualité de leur provenance , Dan n’a pas d’yeux , Dan n’écoute personne, dan est un “homme de dossiers” Que les USA aient 60GW d’éolien n’est pas mentionné en référence ou ce n’est pas dans le bon document, donc c’est du vent.. Dan soutient, soutiendra l’industrie qui produit le plus de papier. Les hommes sont futiles et immatures – le papier lui ne ment jamais. Je me demande si Dan ne serait pas un artefact de la cyber-guerre sino-pentagone , une mutation de stuxnet , collectionnant les keywords comme d’autres les capsules de bière L’avantage de l’homme en comparaison des robots , c’est notamment la capacité de synthèse : Encore une ou deux mutation et Dan nous fera des synthèses , j’ai bon espoir

Dan1

Dan1 se contente d’affirmer que la filière énergétique qui a le plus progressé ces dernières années est LE CHARBON dit KING COAL Dan1 dit que selon l’IEA, le charbon pourrait passer devant le pétrole avant 2020. Je vous laisse donc maintenant imaginer tous les complots possibles mélant le pentagone et les Chinois…. restera les faits établis. Et rendez-vous en 2017 pour voir si le charbon sera en voie de détroner le pétrole.

Sicetaitsimple

Quelques jours à la campagne, et j’apprends en revenant que le charbon serait selon certains quasiment à l’agonie? Il est sûr qu’en passant de chiffres de croissance à 2 chiffres à chiffres de croissance à un chiffre , il peut y avoir un peu d’encombrement sur les ports chinois…Et alors, ce serait une preuve de la baisse de la consommation? Enfin, on ne va pas bouder notre plaisir, c’est une bonne nouvelle pour les emissions de CO2, qui vont (peut-être) “croitre moins vite”. Et puis les baisses de prix devraient permettre à l’Inde de prendre un peu le relais….

Luis

¤ Le charbon passera sans doute devant le pétrole d’ici dix ans, pour une raison toute simple. La production de pétrole devrait plafonner vers 2020 au plus tard, alors que le charbon n’atteindrait son plafond que 5 ou 10 ans plus tard, vers 2025-2030. Une étude de 2007 “future of coal” qui n’a guère pris de rides : Mais en Chine, le “peak coal” se situerait plutôt vers 2015-2020. En même temps que le “peak oil” mondial.

Nicias

Le charbon passera sans doute devant le pétrole d’ici dix ans Ou pas.

Lionel_fr

Ce que le match charbon/pétrole ne dit pas , c’est le prix des commodities et son impact sur l’économie via l’inflation. Et pour revenir au sujet de l’article, comment vont réagir les prix lorsque l’allemagne connaitra des pics de production supérieurs à sa consommation totale. Comme vous le savez sans doute , le GVT allemand anticipe déjà cette situation et subventionne les batteries chez les particuliers. Alors plutôt que de commenter le match des fossiles , je préfère m’intéresser au trend baissier imposé aux énergies non-EnR par l’essor du PV et de l’éolien. On a déjà évoqué succintement l’énorme potentiel d’investissement des pays producteurs de pétrole en particulier l’Arabie et les Emirats mais aussi l’afrique du nors qui nous concerne plus directement. Avec un pétrole à +100$ bl et un gaz indexé sur ce prix, les grands producteurs ont vraiment intéret à limiter leur consommation fossile intérieure pour l’exporter. Or les gisements solaires tropicaux ne sont pas un conte de fées : ce sont des milliards directement injectés dans leur commerce extérieur. Vous aimez les simulations? celle-ci me dépasse un peu je l’avoue, pourtant c’est bien elle qui fera la pluie et le beau temps sur notre vie

18
0
Laissez un commentairex