Le trimaran Solar Odyssey exposé à Lorient

Construit et assemblé à Nantes au chantier Ixo, le trimaran électro-solaire Solar Odyssey/Lemer Pax sera dévoilé en avant-première au 1er Salon du Multicoque de Lorient, du 15 au 18 avril 2010.

Machine de 18 mètres de long, il a été conçu et réalisé par la société Lemer Pax* de Nantes pour battre le record de l’Atlantique et être le premier bateau à faire un tour du monde électro-solaire avec zéro émission de CO2. Il sera skippé par les navigateurs Pierre-Marie Lemer/Pdg de Lemer Pax, Fredéric Dahirel et Jean Maurel.

Pierre-Marie Lemer : "… Passionné par la mer et ses écosystèmes, j’avais depuis des années l’idée de réaliser un bateau écologique avec pour seul mode de propulsion l’électricité. Parti seul au départ d’une réflexion sur un catamaran géant solaire, c’est en débattant de cette idée avec Frédéric Dahirel et son ami Jean Maurel que le projet s’est cristallisé autour d’une plateforme de trimaran de 18 mètres. C’est sur la nappe en papier du restaurant où nous échangions nos idées qu’est née, sous la plume de Jean Maurel, la première esquisse du Solar Odyssey…".

Un peu plus d’un an plus tard, la plateforme Solar Odyssey/Lemer Pax est effective. Elle a été réalisée – dans un souci sincère de recyclage – à partir de l’ex coque centrale du trimaran Orma 60 Foncia d’Alain Gautier et des anciens flotteurs de l’Hydroptère, la machine volante à foils. Avec ses 5 tonnes de déplacement en charge, elle devrait permettre d’atteindre des vitesses de 18 nœuds (33 km/h) et 8 nœuds (15 km/h) de moyenne en traversée atlantique. Soit le double de celle réalisée par le catamaran suisse de 14 m Sun 21 (12 tonnes), détenteur depuis 2006 du record Canaries/Martinique en 29 jours.

Le trimaran Solar Odyssey/Lemer Pax exposé à Lorient

Développement

Le solaire est sans aucun doute, l’une des alternatives écologiques la plus réaliste de la propulsion maritime de demain. Solar Odyssey s’y inscrit. La plateforme va d’abord être lancée en avril en version diesel électrique, afin de valider son comportement hydrodynamique. Puis elle sera dotée dans les mois suivants de ses cellules photovoltaïques et systèmes de stockage d’énergie. Viendront alors les essais en configuration solaire totale, avant de s’élancer en fin d’année pour son challenge Atlantique.

Aux termes de cette première navigation, Solar Odyssey poursuivra son périple planétaire via Panama, le Pacifique et retour en Europe par le canal de Suez. Parallèlement, au gré des données enregistrées au cours des navigations, Lemer Pax travaillera au développement industriel de bateaux de servitudes à propulsion électro-solaire. Le trimaran Solar Odyssey/Lemer Pax sera exposé, pour toute la durée du salon, devant la Cité de la Voile Eric Tabarly à la Base Sous Marine de Lorient.

Le trimaran Solar Odyssey/Lemer Pax exposé à Lorient


Caractéristiques

Concepteur : Lemer Pax
Longueur hors-tout : 18,28m
Largeur max : 12,00m
Panneaux solaires : 110 m²
Déplacement en charge : 5t
Vitesse max : 18 nœuds
Vitesse record : 8 nœuds

Salon du Multicoque de Lorient
1 au 18 avril / 10h00 à 19h00
www.les-salons-du-multicoque.com

* Les activités de Lemer Pax sont spécialisées dans la protection des humains en milieu médical, nucléaire et maritime

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Le trimaran Solar Odyssey exposé à Lorient"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Samivel51
Invité
8 noeuds de moyenne pour traverser l’Atlantique, c’est ridicule! On pourrait presque faire mieux à la rame. Pascal Bidegorry (sur Banque Populaire V) a récemment traversé l’Atlantique à presque 33 noeuds de moyennne, également à l’énergie solaire, puisque le vent est une énergie solaire. Même Charlie Barr, toujours à la voile, était plus rapide, avec 10 noeuds de moyenne; et c’était en 1905! Bref, le bateau solaire restera encore longtemps un simple jouet d’ingénieurs sans grand intérêt. Pendant ce temps là, une société allemande (skysails) fait économiser jusqu’à 50% de carburant aux cargos avec un grand cerf-volant, ce qui est… Lire plus »
michel123
Invité

Les panneaux utilisés sont visiblement trop lourds et encombrants car à base de silicium. L’avenir sera une voile sur laquelle sera imprimée des cellules ultrafines souples et résistantes au soleil. Ces cellules organiques existent déja mais leur durée de vie est faible et leur rendement n’est que de 6 % au maximum. Encore quelques années et le voilier hybride sera une réalité . MC

edc10
Invité
@Samivel51: pourquoi “ridicule” ? ici le but, c’est ne de plus consommer d’énergie fossile … pas moins de pétrole, juste plus du tout ! Bref, de faire une vraie rupture technologique, et de casser certaines dépendances! Car consommer x% de fuel en moins, c’est toujours avoir le même moteur avec la même maintenance, les mêmes risques environnementaux (genre dégazage, petite marée noire…), les mêmes fournisseurs de pétrolent qui se gavent, les mêmes ports souillés d’hydrocarbures, et j’en passe … Et puis pour ce qui est du vent, au moins avec le solaire, on peut aller en ligne droite sans avoir… Lire plus »
Tassin
Invité

Les bateaux 0 emissions existent depuis des millénaires: Ce sont les bâteaux à voile! Pourquoi utiliser une énergie rare et diffuse comme la lumière pour ensuite la transformer en électricité puis en énergie mécanique quand on peut utiliser une énergie abondante en mer et directement exploitable à moindre coût : le vent! La logique de certains ingénieurs m’échappe…

Samivel51
Invité
Ce que je trouve ridicule, c’est de déployer autant d’efforts pour avancer à 8 noeuds avec le soleil, alors qu’on sait déjà avancer 4 fois plus vite avec le vent, qui est une énergie tout aussi propre que le soleil. Certes les voiliers peuvent être ralentis par les zones sans vent mais sur 24h, en moyenne, il y a quand même plus souvent du vent que du soleil. Il aurait été beaucoup plus intéressant de prendre un trimaran à voile classique et d’y ajouter des panneaux solaires. D’abord sur le pont, les coques et le mât, puis un jour sur… Lire plus »
edc10
Invité
@Samivel51: ok … mais avec toutes les ombres portées, je doute que le pv soit conciliable avec des voiles. Du moins il faut vraiment avoir une chance pas possible lors de la navigation pour avoir une configuration intéressante afin que les pv ne soient pas génés par la voilure. D’autre part, le revêtement en verre sur les pv a quand même ici une forte utilité dans un milieu aussi corrosif. Pour ma part, comme vous le rappelez, plutôt que des voiles, il sera dans le futur intéressant ici de faire le couplage avec un bon gros gros cerf-volant en altitude,… Lire plus »
Samivel51
Invité
Certes il y a des ombres portées mais la luminosité sur l’eau reste forte à cause de la réverbération sur l’eau. Il faut en effet un PV qui accepte le rayonnement diffus. PV + cerf-volant est effectivement une combinaison très prometteuse. Cela les progrès possibles à la voile seule restent plus importants que les quelques noeuds supplémentaires que le solaire peut apporter. 2 exemples: l’Hydroptère a récemment parcouru 1 mille nautique à plus de 50 noeuds de moyenne, et le dernier vainqueur de l’America’s Cup (USA17) avancait en moyenne à 2,5 fois la vitesse du vent! (y compris avec des… Lire plus »
Guydegif(91)
Invité
Je crois que l’objectif ici est de démontrer qu’on saurait faire une traversée à la SEULE force de panneaux solaires, sans fuel, sans vent, sans rameurs…donc que la quantité d’électricité produite avec 100 m2 de PV n’est pas ridicule, qu’on sait la stocker pour avancer la nuit et jours sombres, etc… Il  faut le voir comme une ”autre” SOURCE complémentaire, pas forcément ”au lieu de”…Et comme toutes ces technos sont loin d’être complètement matûres, il faut bien TESTER ! Libre après ça aux inventifs d’envisager des combinaisons, PV donnant une propulsion électro-solaire assistée par le vent via un cerf-volant de… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour edc10 : Quelqu’un a déjà répondu à la question : “Ainsi, si quelqu’un pouvait me préciser quel est le rendement de la machine humaine , histoire de se rendre compte de ce que ça “consomme” (nombre de calorie ingérées pour 1 Joule de travail mécanique ?), même si je n’aime pas trop parler en ces termes …” voir le site Manicore de Jean Marc jancovici et son article sur les esclaves : Mais pour aller plus loin vers le bateau zéro émission et pour revenir à des modes de propulsion plus naturels avec des performances étonnantes, je vous propose… Lire plus »
richelieu
Invité

sans le vouloir une démonstration de la domination de l’éolien par rapport au solaire dans la production d’énergie le solaire photovoltaique a sa place uniquement dans des endroits isolé pas dans la production de “masse” tel qu’il est mis en place en toiture … même si les panneau avait un cout très faible rien que la mise en oeuvre coute bien trop chère par rapport aux rendements obtenu

Franck2
Invité

Idec avec Françis Joyon a tourner autour du monde en 57 jours sans moteur thermique avec voile, éolienne,panneau solaire et 2 batteries en secu une pile a combustible ,que dire de + si en solo

trimtab
Invité

………..”Libre après ça aux inventifs d’envisager des combinaisons”…….. Certains y travaille déjà, comme j’ai déja cité a plusieurs reprises concernant differents evolutions dans le domaine maritime : trimtab

wagane
Invité

voir: et

wagane
Invité
Ridicule est un mot un peu fort, mais je suis d’accord avec vous, l’énergie photovoltaïque ne pourra jamais suffire à la propulsion des navires en mer. Vous ne pouvez pas comparer avec la voile car un navire à voile s’arrête lorsqu’il n’y a plus de vent alors qu’un navire électrique peut naviguer tant que ses batteries sont chargées. Par contre l’énergie photovoltaïque n’est pas ridicule pour le transport fluvial. Il existe déjà des péniches qui circule grâce à un générateur solaire. Pour faire naviguer un bateau en mer 24H/24 il faut ajouter l’éolien au photovoltaîque voir : http:wagane.free.fr Une éolienne… Lire plus »
wagane
Invité

un autre tour du monde  en bateau solaire : et celui là en bateau solaire et éolien :

Peef
Invité

Ridicules …les commentaires ridicules, l’amateur des 33 noeuds peut-il nous dire quel est le record de traversée de l’Atlantique d’Est en Ouest ? et sur un bateau de 18m ? Si la moyenne est très différente de 8 noeuds, je veux bien manger mon chapeau

trimtab
Invité

Manicore en parle mais Bucky (encore lui !) y été déja dans les années 1940’s pour les même raisions ! ou faites un petit google avec ‘energy slaves bucky fuller’ (pour les chercheurs de vérité’) trimtab

wpDiscuz