Cellules solaires : la nouvelle génération

Aujourd’hui les cellules solaires ont une efficacité de 17% si l’on considère que 100% représente l’énergie de la lumière du soleil convertie en électricité. Il y a deux types de cellules solaires, les cellules de première et de deuxième génération.

La différence la plus importante est leur coût de production. Les cellules de première génération sont composées de cristaux simples de silice et sont très chères à produire. Alors que la production de cellules de deuxième génération nécessite un coût bien moins important. Aussi le prix par watt produit est réduit.

L’Université de Trondheim travaille sur la création de cellules solaires de troisième génération. L’efficacité de ces nouvelles cellules seraient bien au-dessus des précédentes.

"Théoriquement nous devrions atteindre une efficacité de 60% ou plus. En pratique nous espérons atteindre 40%, ce qui permet une efficacité énergétique 2 à 3 fois plus grande que les cellules solaires actuelles", affirme le Prof. Worren.

Ces nouvelles cellules ont des points semi-conducteurs en forme de pyramide, ce qui leur permet d’absorber davantage de radiations infrarouges.

"Grâce à ce nouveau type de cellules, nous pourrons construire des usines à énergie solaire dans les pays en voie de développements les plus ensoleillées. A nos latitudes, l’utilisation la plus réaliste serait de couvrir nos immeubles avec des matériaux qui intégreraient des cellules solaires".

A un niveau mondial, l’installation d’usines à cellules solaires croît fortement due à l’implication politique. On prévoit que leur nombre triple d’ici 2010 par rapport à 2004.

"En Norvège si l’on couvre 0,3% du pays avec des usines à cellules solaires, nous pourrions supporter la consommation totale d’énergie dans le pays. Une alternative serait de produire 1% de la consommation d’électricité en Norvège en utilisant des cellules solaires. Ceci correspondrait à 90.000 toits d’une surface de 100m2".

 
BE Norvège numéro 73 (27/07/2007) – Ambassade de France en Norvège / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/43848.htm

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Elsa

Une autre façon, peu connue, de produire de l’électricité à partir du soleil : le solaire thermodynamique, à voir ici … … Le rayonnement solaire est focalisé pour chauffer un fluide et actionner ensuite une turbine à vapeur, en partie de façon directe et en partie différée. Avec la partie stockée de l’énergie thermique, de l’électricité est produite le soir et la nuit. Une technique aussi intéressante que l’énergie marine.

guydegif(91)

2 pistes intéressantes à creuser ! Où en est Trondheim pour ses cellules PV de 3ème gen. à 40% de rendement? Qu’est-ce qui rend le Prof.Worren aussi confiant et optimiste? L’aricle est du 30/07, où en sont-ils depuis? La piste d’Elsa aussi mérite qu’on s’y penche. Réalisations concrètes où? recherches françaises sur le sujet? L’INES est-elle sur le coup? A+ GuydeGif(91)

PasNaif

On pourraît étendre ce concept à large échelle: Le jour un grand champ de capteurs solaires à concentration génère de fortes quantités de chaleur à 400°C qui serait stockée dans un massif de roches sèches sous-jacentes (granites d’une colline) constituatnt un volant thermique considérable (l’isolation thermique par de fortes épaisseurs de terre est quasi parfaite) et on en soutirerait l’énergie thermique selon les besoins au fil de l’année, en base, en pointe, enfin comme on veut, par des gaz circulants dans cette masse qu’on aura préalablement fracassée à l’explosif. Les turbines pourraient être de différents types appropriés et de rendement électrique acceptable. On peut aussi s’organiser pour qu’en hiver, leur chaleur rejetée à la “source froide” soit vers 70°C, une source idéale pour du chauffage eau chaude collectif à l’échelle d’un bourg ou d’une petite ville. Cette même chaleur à 70°C qui derait “perdue” l’été pourraît être utilisée, au travers du même réseau d’eau chaude, à faire de la climatisation individuelle / collective grâce à des machines à absorbtion.

Dan

Si c’est performant, j’achète des capteurs PV à 1 € le Wc avec 40 % de rendement (au lieu de 7 € le Wc avec 12 % de rendement). Je crains d’attendre encore un peu ! Ne mélangeons pas le solaire thermique et le solaire PV, c’est très différent aussi bien pour l’utilisation que pour le stockage de l’énergie.

4
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime