Étude : la France produit la meilleure électricité du monde

Le cabinet d’audit KPMG et l’Institut Choiseul viennent de publier un baromètre mondial sur la compétitivité énergétique des États. La France se classe au 9ème rang mais atteint la 1ère place quand il s’agit de la « qualité de son électricité, sa disponibilité et son accès ».

L’étude a cherché à évaluer la « compétitivité énergétique » de 146 pays, à travers une combinaison de critères mêlant qualité du mix énergétique, accès des citoyens à l’électricité, et la « compatibilité des politiques énergétiques eu égard aux problématiques d’environnement ».

Le podium mondial consacre les pays de l’hémisphère nord et, plus globalement, les membres de l’Union européenne. On note cependant la présence à la 5ème place de la Colombie. La Chine arrive en 50ème position.

Avec sa 9ème place, la France devance le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Allemagne.

Point fort de la France : la « qualité de son électricité, sa disponibilité et son accès ». L’Hexagone arrive en tête, ex-æquo avec la Corée du Sud. D’après l’étude, ce bon résultat est « la conséquence d’un parc nucléaire important ».

Dans Le Figaro, Wilfrid Lauriano do Rego, responsable énergie chez KPMG, l’un des deux responsables du rapport, justifie : « nous avons considéré l’existence et la taille d’un parc nucléaire dans un pays comme un apport positif à la sécurité d’approvisionnement. Le nucléaire n’a pas été envisagé dans cette catégorie du point de vue environnementale, et le prix de l’électricité n’a pas non plus été pris en compte». En revanche, la France a été pénalisé par sa position moyenne en matière de « compatibilité environnementale », sa « dépendance à l’égard des énergies fossiles », « ses émissions de CO2 élevées et peu de renouvelables ».

Classement mondial :

1 – Norvège
2 – Canada
3 – Islande
4 – Danemark
5 – Colombie
5 – Nouvelle-Zélande
5 – Suède
8 – Suisse
9 – Finlande
9 – France
11 – Royaume-Uni
11 – États-Unis

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tech

alors hypothèse 1: “nous avons considéré l’existence et la taille d’un parc nucléaire dans un pays comme un apport positif à la sécurité d’approvisionnement” hypothèse 2 “Le nucléaire n’a pas été envisagé dans cette catégorie du point de vue environnementale” hypothèse 3: “le prix de l’électricité n’a pas non plus été pris en compte” avec des hypothèses pareilles ce rapport est hautement crédible! je me demande comment la france n’arive pas première (mode ironique!) cela me rappelle le classement de Shanghai des universités, mais à l’envers!

Ambiel

Dans ce “rapport ” extraordinaire, sachez que le Japon occupe la….6ème place “grace à son énergie nucléaire”.. Ha ha ha ha On admirera le timing de ce rapporte, 5jours avant le lancement du débat sur l’énergie, et la reprise tronquée par certains média de ses “conculsions”. C’est bein joué, bravo à EDF et ARVEA pour la belle opéartion com pas chère. Le même jour on titre partout : 50% d’augmentation (en tout petit : de la part CSPE) de l’électricité à cause du solaire et des ENR ! Bravo, efficace, simple, limpide, on n’est pas prêt de faire autre chose que du nucléaire en France.

bruno2bord

Quelqu’un a-t-il lu le rapport en question ? Comme bien souvent, on trouve beaucoup d’articles très similaires les uns des autres (comme celui-ci : ) mais pas le rapport dont tout le monde parle.

Kevon

Pour voir de qui cette étude vient, aller voir qui compose le “Club Choiseul”, adossé à cet “institut” : Danone, EADS, BNP-Paribas, Toyota France, Safrann Poweo et… J.-V. Placé (!) A quoi servent ces “instituts” ? Quelle légitimité ? J’ai pas trouvé encore le rapport en lui-même…. A l’auteur : le titre de l’article dénote que vous allez un peu vite en besogne concernant votre analyse. On a aucun chiffre, aucun début de méthode de calculs… C’est trop léger. Dire “on est presque sur le podium au général et on éclate les autres pays sur l’électricité”, c’est ça votre conclusion ? J’aurai étoffé un peu avant publication… C’est très Français, quelques soit le sujet : ne pas pouvoir s’empêcher de dire qu’en France on est quand même meilleur que les autres. Pour un étudiant en 2012, c’est très “trentes glorieuses” ! Pour finir : plus-value de cet article comparer à celui du Figaro ? Aucune. On est sur Enerzine, il faut donner des billes plus techniques aux lecteurs spécialisés dans ce domaine qui traïnent sur ces pages… Courage !

Dan1

Et voilà le rapport : On peut discuter avant de savoir ce qu’il y a dedans… on peut aussi discuter du rapport après l’avoir lu !

Man

Canada, France je rêve, quand on voit les dégâts en Alberta et les résidus nucléaires dont on ne sait quoi faire, le coeff d’empreinte environnementale doit être de 0,01% …

Bachoubouzouc

Comme d’habitude, les habitués du dénigrement sont à l’oeuvre. Pourtant les faits sont là : Est-ce que notre électricité est parmis les moins chères de la planète, oui ou non ? Oui. Moins chère que le “modèle” allemand ? Oui, sacrément. Est-ce que notre électricité est parmis les plus décarbonnées de la planète, oui ou non ? Oui. Plus décarbonnée que le “modèle” allemand ? Oui, sacrément. Est-ce que nos réseaux offrent un service de qualité ? Oui, ils offrent le meilleur rapport coût/temps de coupure d’Europe, le tout dans un pays largement plus vaste et plus rural (et donc plus difficile à connecter) que le “modèle” allemand : Bref, les allemands ou les danois nous sont cités en permanence en exemple alors qu’ils font largement plus polluant que nous et sacrément plus cher.

Bobi

Pour une étude a portée internationale, il est étonnant que le rapport ne soit fourni que sur le site de kpmg france et en francais, pas sur la version internationale du site de kpmg, et pas en anglais, surtout lorsqu’il est précisé dans le rapport “Cette étude est un outil d’aide à la réflexion et à la décision pour les Etats eux-mêmes (ministères concernés, autorités de régulation). Elle s’adresse aussi aux acteurs du secteur énergétique, aux ONG, aux organisations internationales ainsi qu’aux autres acteurs économiques (Industries, banques, sociétés de conseil ou cabinets d’avocats d’affaires spécialisés).” Et en effet quand on voit les membres du “club choiseuil” ca laisse perplexe Bref on a bien compris que ce rapport est orienté et vise le public francais exclusivement belle autocongratulation

Bachoubouzouc

Vous avez raison, cette étude a de toute évidence le malheur d’avoir été écrite par des français. Elle ne peut donc que mentir. N’importe quoi… Sérieux, il n’y a vraiment qu’en France où on peut trouver autant de gens prêts à utiliser la mauvaise fois la plus complète pour dénigrer tout ce qui touche à leur propre pays, à commencer par les quelques aspects qui fonctionnent bien.

aurel

“Pourtant les faits sont là : Est-ce que notre électricité est parmis les moins chères de la planète, oui ou non ? Oui. Est-ce que notre électricité est parmis les plus décarbonnées de la planète, oui ou non ? Oui. Plus décarbonnée que le “modèle” allemand ? Oui, sacrément. ” La messe est dite. Amen. Et pourtant les faits sont là: Est-ce que notre réseau d’électricité est parmi les plus centralisé de la planète, oui ou non ? Oui. Transport sur de très longues distances (avec d’énormes pertes en lignes à la clé) à cause du choix de l’énergie nucléaire, imposant de gigantesques centrales interconnectée. Est-ce que notre réseau d’électricité est parmi les plus opaque de la planète, oui ou non ? Oui. Le lobbying intense et le réseau d’influence de l’industrie nucléaire fait que même si les gouvernements changent, la politique énergétique ne vacille pas d’un pouce. Est-ce que notre réseau d’électricité est parmi les plus exclusif de la planète, oui ou non ? Oui. La filière photovoltaïque a été assasinée en France (en ayant pri soin auparavant de permetre à EDF-En de retirer les marrons du feu à temps, et d’empocher le pactole). La filière éolienne arrivera au même résultat, bien que les moyens mis en oeuvre pour y parvenir soient légèrement différents. Et surtout, rien n’est fait pour encourager la production et l’autoconsommation d’électricité en France.

Dan1

A aurel “Est-ce que notre réseau d’électricité est parmi les plus centralisé de la planète, oui ou non ? Oui. Transport sur de très longues distances (avec d’énormes pertes en lignes à la clé) à cause du choix de l’énergie nucléaire, imposant de gigantesques centrales interconnectée.” tant qu’à faire restez en aux faits comme vous le dites si bien. Vous nous ressortez une des vaches sacrées des antinucléaires : le parc nucléaire français aurait conduit à des pertes en lignes que l’on ne voit nulle part ailleurs. Or, c’est complètement faux notament car notre pays n’a pas de très longue élongation entre les producteurs et les consommateurs contrairement à d’autres pays comme le Brésil, le Canada, la Chine. Ces pays envisage ou ont déjà des ligne à très haute tension supérieure à nos 400 kV et installe aussi des ligne HVDC pour diminuer les pertes. Je vous rappelle que la moyenne des pertes annuelles sur le réseau de transport (RTE) est d’environ 2% et que la majorité des pertes sont liées au réseau de distribution (plus de 1 million de km de lignes ) à basses tension (notamment 20kV). Finalement, les 58 réacteurs de nos 19 centrales sont assez proches des centres de consommations. Il en va tout autrement des EnR de masse et notamment de l’éolien qui pose de gros problème en Allemagne et qui a fait l’objet de développement important dans le DENA GRID STUDY II. Oui nous aurons en Europe un surplus de lignes à haute tension à cause du transport à longue distance de l’électricité produite par l’éolien (en Allemagne ce sera du nord vers le sud). Maintenant, si la France bénéficie déjà d’un puissant réseau de transport maillé… c’est un plus pour l’intégration des EnR. La caricature antinucléaire a tout de même des limites. Et je rigole bien quand les apôtres de la décentralisation en arrive à soutenir des projets comme DESERTEC qui propose de produire de l’électricité en Afrique du Nord pour l’acheminer en Allemagne. C’est n’importe quoi et immédiatement son contraire !

Ambiel

A part ça le lobby nucléaire n’existe pas : A noter le rôle de KPMG là-dedans…. Et après on parle d’étude indépendantes…qui sortent juste avant le débat sur l’énergie et placent le Japon en tête des meilleures producteurs d’électricité… Circulez ya rien à voir comme dirait mon cher ami Bachoubouzouk

Ambiel

“In the year between June 2010 and June 2011, Higson (patron de l’Office for Nuclear Development (OND)) received hospitality on four separate occasions from KPMG, the global financial consultants. The hospitality included two dinners at the five-star berkley hotel, which hosts Marcus Wareing’s two-Michelin star restaurant where the tasting menu costs £98 a person. The period covered a time when KPMG was working for companies with a potential key stake interest in the UK’s nuclear industry, as well as advising investors in the nuclear industry. In July 2010, KPMG published a report commissioned by RWE which said that unless the government raised the carbon “floor price”, large utility companies would not deem it economic to invest in the UK’s new nuclear sector.”

Bachoubouzouc

@ Chelya : Sauf que comme on l’a déjà dit environ un milliard de fois sur Enerzine, le modèle d’un tout petit pays comme le Danemark, faisant assurer la stabilité de son réseau entièrement par ses grands voisins, n’est pas reproductible dans la majorité des cas qui nous intéressent. @ Ambiel : Je n’ai jamais dit que le lobby du nucléaire n’existait pas ! Evidemment qu’en tant qu’industriels, Areva ou EDF pratiquent du lobbying. C’est d’ailleurs flagrant en ce moment avec Fessenheim. En revanche je l’ai toujours défendu lorsque vous lui attribuiez tous les maux de la terre, à commencer par des complots abérants. Dans le cas présent, parler de corruption pour quelques repas à 100€ est absolument ridicule : C’est la vie de tous les jours pour ce genre de hauts fonctionnaires ! Faut vraiment bien que les écolos n’aient rien d’autre à se mettre sous la dent pour parler de corruption avec de pareilles broutilles ! Non, les cas où on pourrait parler de corruption, ce sont par exemple lorsque des dirigeants écologistes allemands, ayant organisé la sortie du nucléaire de leur pays, retrouvent dès qu’ils quittent leur ministère un poste en or dans l’industrie gazière russe…

14
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime