Stocker l’énergie éolienne et solaire

Le principal obstacle au développement des énergies solaire et éolienne réside dans l’irrégularité de leur production, liée aux aléas de la météo.

Obstacle en passe d’être surmonté, grâce au travail d’une équipe de chercheurs de l’Université de South Wales à Sydney.

Depuis 4 ans, ils testent un système efficace de stockage de l’énergie, permettant de réguler la production d’une centrale éolienne ou solaire.

Leur procédé se recharge quasi-instantanément, pour une capacité dépendant uniquement de la taille de l’installation.

Le système est composé de deux réservoirs distincts, chacun contenant une solution électrolytique. Une fois les deux liquides réunis, ils produisent du courant, pour se séparer de nouveau lorsqu’ils sont réalimentés en électricité.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Claude76

L’entreprise VRB ( Vanadium Redox Battery ) est une entreprise Canadienne ( vrbpower.com ) . Cette technique existe depuis 1998 . Depuis quelques temps plusieurs chercheurs et entreprises de olaire photovoltaïque tentent de l’adapter au solaire alors que jusqu’ici elle était surtout utilisée dans l’éolien aux Etats Unis , au Japon et en Australie . Toutefois l’obstacle est encore son prix qui entraîne un surcoût du kWh produit au final .

wally

c’est bien beau de stocker, mais à quel prix, avec quel rendement et avec combien de joule/m³ ?

Marcel

Pour diminuer les besoins de stockage, une bonne solution est de développer l’énergie marine, houle, courants et vagues, pour lesquels des projets concrets se mettent en place. C’est une énergie permanente et régulière, jour et nuit, toute l’année.

Bolton

J’ai lu je ne sais plus où que le principe de la pile à combustible pourrait etre inversé, cad utilisée comme un générateur d’hydrogène… Là aussi pour le stockage c’est très simple ! j’imagine un gros ballon intégré au pied de l’eolienne… et puis voilà ! Enfin c’est pas concret ce que je dis hein, je n’ai aucune idée du volume nécessaire pour stocker une grosse quantité d’NRJ… =)

PasNaif

Une pile VRB de 100MW est installée sur une île du sud Océanie, fonctionnant en totalité avec de l’éolien . C’est cher car le Vanadium est rare (on le trouve dans… les résidus de distillation du pétrole) et très recherché pour les aciers durs. Il doit valoir de 50$ à 100$ le kg. Il en faut 1 à 2t pour stocker 1MWh et il ne se dévalorise pas sur le plan économique: donc on ne doit payer que les intérêts du capital Vanadium immobilisé, soit en gros 3,000$/an/MWh. Une telle pile couplée à une turbine et des capteurs photovoltaïques permettrait de cycler ce MWh quasi 365 fois par an, soit en gros 8-10€ par MWh effectif. Avec le coût (inconnu) de la pile elle-même de construction simple, rajouté au côut annoncé du MWh éolien actuel de 45€/MWh, nous arrivons vers 53-60€/MWh, pas loin du charbon et pas de CO²! Mais voilà, il y a les brevets en cours qui font bondir les coûts: attendons 2015 peut-être avant d’en profiter. D’ici là, il faut “forcer la vapeur” vers la solution anglaise d’ériger une éolienne de 5MW sur une plateforme pétrolière désaffectée, de stocker l’énergie du vent captée sous forme d’air comprimé injecté dans l’ancien gisement par le forage existant; Puis de le refaire sortir (chaud grâce au gradient géothermique naturel de 30° par km, ayant récupéré des reliquats de gaz naturel, et brûler le tout dans une turbine de détente sans compresseur et on récupère une partie très importante de l’énergie mécanique éolienne stockée en sous-terrain, et ce aussi longtemps qu’on voudra. Mais voilà: Les investissements vont (inutilement) vers les subventions (on abîme les paysages) et non vers le futur (pas de subvention à ce mode de stockage souterrain), ce qui démontre la mauvaise foi des investisseurs “verts” et l’incompétence des fabricants de lois vertes.

PasNaif

Rendement: pas loin de 80%, chaleur perdue récupérable en co-génération. Densité du stockage: 40MWh électriques par mètre cube de solution. Suffisanr pour du fixe mais pas assez pour la voiture électrique. Coûts: voir mon autre réponse précédente.

benoit

Précision : l’énergie des courants de marée est prévisible et régulière (liée aux positions du Soleil et de la Lune), pas celle des vagues, qui dépend du vent et est aléatoire.

Clint007

J,ai ici un article très intéressant où l’on compare le lithium et le vanadium pour les batteries. Les progrès sont remarquable pour le vanadium mais, le marketing pour le lithium est féroce. La Subaru G4E (voiture concept) à semblé avoir pris une décision a ce sujet. Cet article est malheureusement en anglais seulement, mais il y a une image qui vaut mille mots. 

Fab

Bonjour, Et le stockage par les batteries (Pb, Li-ion, LiMP, NiCd, NIMH…) voire par supercapacités ? Mauvaise idée ? Merci d’avance pour vos réponses.

9
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime