50 000 satellites supplémentaires en orbite d’ici 2030 : quel impact ?

50 000 satellites supplémentaires en orbite d'ici 2030 : quel impact ?

L’ère spatiale laisse des traces sur l’une des parties les plus reculées de la planète – la stratosphère – avec des implications potentielles pour le climat, la couche d’ozone et la continuité de l’habitabilité de la Terre.

En utilisant des outils fixés à la pointe de leurs avions de recherche et en prélevant des échantillons à plus de 18 kilomètres au-dessus de la surface de la planète, les chercheurs ont découvert des quantités significatives de métaux dans les aérosols de l’atmosphère, probablement en raison de l’augmentation de la fréquence des lancements et des retours de vaisseaux spatiaux et de satellites.

Cette masse de métal modifie la chimie atmosphérique de manière à pouvoir affecter l’atmosphère terrestre et la couche d’ozone. « Nous trouvons ce matériau fabriqué par l’homme dans ce que nous considérons comme une zone vierge de l’atmosphère », a indiqué Dan Cziczo, l’un des scientifiques qui a publié une étude sur ces résultats dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

L’impact des lancements spatiaux sur la stratosphère

« Et si quelque chose change dans la stratosphère – cette région stable de l’atmosphère – cela mérite un examen plus approfondi. » précise Dan Cziczo, Professeur et chef du département des sciences de la Terre, de l’atmosphère et des planètes de la faculté des sciences de Purdue. Il est un expert en sciences atmosphériques et a passé des décennies à étudier cette région raréfiée.

L’équipe a détecté plus de 20 éléments dans des ratios qui reflètent ceux utilisés dans les alliages de vaisseaux spatiaux.

Ils ont constaté que la masse de lithium, d’aluminium, de cuivre et de plomb provenant de la rentrée des vaisseaux spatiaux dépassait largement ces métaux trouvés dans la poussière cosmique naturelle. Près de 10% des grosses particules d’acide sulfurique – les particules qui aident à protéger et à tamponner la couche d’ozone – contenaient de l’aluminium et d’autres métaux de vaisseaux spatiaux.

Dan Cziczo, professeur et directeur du département des sciences de la terre, de l’atmosphère et des planètes au sein du collège des sciences de Purdue, faisait partie de l’équipe de recherche qui a découvert des quantités importantes de métaux dans les aérosols de l’atmosphère, probablement dus aux lancements et retours de plus en plus fréquents d’engins spatiaux et de satellites. Les données ont été collectées à plus de 11 miles au-dessus de la surface de la planète à l’aide d’outils d’échantillonnage accrochés au cône de nez d’avions de recherche. Credit : Purdue University photo/John Underwood

Les conséquences potentielles

Les scientifiques estiment qu’au moins 50 000 autres satellites pourraient atteindre l’orbite d’ici 2030. L’équipe calcule que cela signifie que, dans les prochaines décennies, jusqu’à la moitié des particules d’acide sulfurique stratosphériques contiendraient des métaux provenant de la rentrée. L’effet que cela pourrait avoir sur l’atmosphère, la couche d’ozone et la vie sur Terre reste à comprendre.

Les scientifiques soupçonnaient depuis longtemps que les vaisseaux spatiaux et les satellites modifiaient l’atmosphère supérieure, mais l’étude de la stratosphère, où nous ne vivons pas et où même les vols les plus hauts n’entrent que brièvement, est un défi.

En synthèse

« Les changements dans l’atmosphère peuvent être difficiles à étudier et complexes à comprendre », a commenté pour finir Dan Cziczo. « Mais ce que cette recherche nous montre, c’est que l’impact de l’occupation humaine et du vol spatial humain sur la planète peut être significatif – peut-être plus significatif que nous ne l’avons encore imaginé. Comprendre notre planète est l’une des priorités de recherche les plus urgentes qui soient. »

Pour une meilleure compréhension

1. Qu’est-ce que l’ère spatiale a laissé dans la stratosphère ?

Des quantités significatives de métaux ont été découvertes dans la stratosphère, probablement dues à l’augmentation des lancements et des retours de vaisseaux spatiaux et de satellites.

2. Comment ces métaux affectent-ils la stratosphère ?

Ces métaux modifient la chimie atmosphérique de manière à pouvoir affecter l’atmosphère terrestre et la couche d’ozone.

3. Quels types de métaux ont été trouvés ?

Plus de 20 éléments ont été détectés, dont le lithium, l’aluminium, le cuivre et le plomb, en quantités dépassant largement celles trouvées dans la poussière cosmique naturelle.

4. Quel est l’impact potentiel de ces découvertes ?

Les scientifiques estiment qu’au moins 50 000 autres satellites pourraient atteindre l’orbite d’ici 2030, ce qui signifie que jusqu’à la moitié des particules d’acide sulfurique stratosphériques pourraient contenir des métaux provenant de la rentrée.

5. Quels sont les défis de l’étude de la stratosphère ?

La stratosphère est une région difficile à étudier car nous n’y vivons pas et même les vols les plus hauts n’y entrent que brièvement.

Article : “Metals from spacecraft reentry in stratospheric aerosol particles” – DOI: 10.1073/pnas.2313374120

Légende illustration principale : Génération de la terre et des débris par IA – artsmart

[ Rédaction ]

            

Articles connexes