ABB s’engage à réduire les émissions carbones de ses clients de 100 Mt par an

ABB a pour objectif de réduire de 100 millions de tonnes les émissions carbone par an d'ici 2030

Si l’exploitation de l’hydrogène n’est pas récente, son potentiel dans la lutte contre le réchauffement climatique, lorsqu’il est produit par électrolyse de l’eau avec de l’électricité bas carbone, a largement accru sa popularité. L’hydrogène en tant que vecteur énergétique fait désormais figure de solution de stockage d’électricité à grande échelle, qui peut être utilisée ensuite pour électrifier et décarboner les usages. D’autant plus que la combustion de cet élément, le plus abondant de l’univers, génère une forte quantité d’énergie qui peut être exploitée dans de nombreux domaines pour produire de la chaleur.

La COP26, comme les nouveaux volets du rapport du GIEC, a confirmé une évidence : le changement climatique s’impose comme un enjeu mondial crucial. Dans ce défi d’ampleur, la part du transport dans les émissions de CO2 est considérable (24 % en 2020 selon l’Agence Internationale de l’Energie[1]) et suit une courbe ascendante. Dès lors, le développement de mobilités à faible taux d’émission, la transition vers des carburants moins carbonés et le recours croissant à l’électricité bas carbone constituent des impératifs clairs.

L’hydrogène, axe d’action pour la décarbonation

ABB s’est engagé à permettre la réduction de 100 millions de tonnes d’émissions de carbone d’ici à 2030 à l’échelle mondiale. « L’hydrogène est une promesse qui a pleinement sa place dans un plan de décarbonation de la planète dès lors que l’on peut produire un hydrogène bas carbone, issu des énergies renouvelables ou nucléaires, déclare Bruno Roche, Global Head of Energy Transition, ABB Energy Industries. La filière est mature. Si on souhaite qu’elle décolle, il est nécessaire qu’elle soit économiquement viable. Les besoins d’innovation sont importants pour l’industrialiser et c’est ce sur quoi ABB travaille ».

Une offre complète au service de l’hydrogène

ABB propose des solutions d’électrification et d’automation pour l’optimisation des ressources en hydrogène, des équipements de connexion aux réseaux, mais également des logiciels et des services. « ABB est présent sur toute la chaîne de valeurs (production, usages, stockage, transport) et propose une offre large : sécurité, contrôle système, process », résume Bruno Roche.

ABB peut, en outre, s’appuyer sur son expérience des infrastructures publiques, son expertise technologique (électricité, automation, digital), sa connaissance approfondie des process industriels et des solutions innovantes permettant leur décarbonation. Un bagage qui permet le développement de la filière hydrogène à une large échelle, via des partenariats publics-privés ou des infrastructures transfrontalières.

Une approche collaborative pour une problématique mondiale

De nombreux pays ont fait le choix d’investir dans le secteur de l’hydrogène. Pour soutenir cette dynamique, ABB unit ses forces à celles des précurseurs et des leaders de cet écosystème. L’objectif de ces collaborations : rendre l’hydrogène bas carbone accessible afin de répondre à la demande croissante aussi rapidement que possible, tout en réduisant le coût global des projets.

Dans cette perspective, ABB a construit des centres d’expertises et conclu des partenariats à l’échelle européenne :

· En France, ABB dispose d’un Centre de compétences mondial de « Véhicules à hydrogène et électriques » situé à Cergy (Val-d’Oise). Celui-ci conçoit, entre autres, l’ingénierie des moyens de production des composants de véhicules à hydrogène.

· En Italie, ABB développe de nouvelles usines modulaires de production d’hydrogène produit à partir d’électricité renouvelable avec la compagnie d’électricité suisse Axpo.

· En Suède, ABB participe à l’initiative HYBRIT (Hydrogen Breakthrough Ironmaking Technology) pour réduire les émissions de CO2 dans l’industrie sidérurgique de manière inédite, en remplaçant le charbon par l’hydrogène dans le processus de fabrication de l’acier.

Mais aussi plus largement à l’international :

· Avec l’Australie et le Japon, dans le premier projet pilote au monde, Hydrogen Energy Supply Chain (HESC) qui a pour objectif de commercialiser la technologie de liquéfaction et de transport de l’hydrogène depuis l’Australie pour fournir de l’énergie propre au Japon.

· Aux Etats-Unis, avec Chart Industries, pour développer des solutions visant à réduire les coûts de production de l’hydrogène. Mais aussi avec SGH2, entreprise mondiale du secteur énergie, pour soutenir la production d’un hydrogène renouvelable abordable et produit en masse dans des stations de ravitaillement californiennes.

· Au Canada, avec Hydrogen Optimized, pour innover dans les nouvelles générations d’électrolyses « giga-factory ». Les premiers essais à 50kA validés, la prochaine étape vise 100kA d’ici la fin d’année !

· En Chine, avec PERIC, l’un des principaux fabricants d’électrolyseurs, pour développer des solutions entièrement intégrées visant à optimiser la production d’hydrogène renouvelable.

ABB a signé en février 2022 avec Worley et IBM un protocole d’accord pour une collaboration visant à développer une solution numérique intégrée permettant aux propriétaires d’installations de construire des actifs d’hydrogène renouvelable plus rapidement, à moindre coût et en toute sécurité, et de les exploiter plus efficacement.

[ Communiqué ]
Lien principal : www.abb.com

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime