Californie : Les vents du large prometteurs comme source d’énergie

Alors que la Californie vise à fournir 60 % de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici 2030 et 100 % d’ici 2045, une étude de l’Université polytechnique de l’État de Californie apporte de bonnes nouvelles. Les vents du large situés le long de la côte centrale augmentent alors que les gens commencent à consommer plus d’énergie — le soir.

L’un des défis de la transition vers une énergie entièrement renouvelable est d’adapter la production à la demande. Bien que l’État dispose d’une grande capacité d’énergie solaire et d’un potentiel encore plus important, l’approvisionnement en énergie solaire atteint un pic au milieu de la journée et se termine au coucher du soleil. La demande des consommateurs, d’autre part, atteint son maximum le soir, lorsque les personnes rentrent du travail aux alentours ou après le coucher du soleil.

Le stockage de l’énergie solaire à grande échelle n’étant pas encore une réalité, d’autres sources renouvelables sont nécessaires pour atteindre l’objectif environnemental de l’État d’or, qui est de devenir totalement renouvelable.

L’équipe de recherche de Cal Poly a découvert que les vents en mer sont plus forts lorsque la demande est la plus forte, ce qui en fait un candidat idéal pour combler le vide laissé par la production d’énergie solaire et éolienne terrestre. L’équipe était dirigée par la chercheuse Yi-Hui Wang et comprenait les professeurs de biologie Ben Ruttenberg et Crow White et le professeur de physique Ryan Walter.

L’alignement entre la production potentielle d’énergie éolienne offshore et la demande met en évidence le rôle important que l’énergie éolienne offshore pourrait jouer dans la réalisation des objectifs ambitieux de la Californie en matière d’énergies renouvelables”, a déclaré Mme Wang.

Plus prometteur encore, les vents offshore atteignent leur maximum pendant les mois chauds de l’été, lorsque la consommation d’énergie de l’État est la plus élevée en raison de l’utilisation de la climatisation. L’énergie éolienne offshore offre plusieurs autres avantages par rapport à l’énergie éolienne et solaire terrestre, notamment des vents plus forts et plus réguliers et un impact moindre sur les autres utilisations des terres.

Les vitesses de vent les plus élevées, qui produiraient le plus d’énergie, se trouvent plus loin des côtes. La plupart des parcs éoliens offshore existants sont installés près des côtes, dans des eaux peu profondes, à moins de 160 pieds de profondeur. Cependant, plusieurs parcs éoliens flottants en eau plus profonde et plus éloignés des côtes sont maintenant en exploitation en Europe, et d’autres sont en cours de planification.

Les parcs éoliens flottants en mer sont désormais une technologie éprouvée et changent la donne à bien des égards“, a déclaré M. Walter. “Ces plates-formes flottantes font des parcs éoliens offshore une nouvelle réalité dans de nombreux endroits, une seule turbine pouvant alimenter plus de 10 000 foyers“.

Le Bureau of Ocean Energy Management, qui a financé l’étude, envisage d’installer le premier parc éolien offshore de Californie sur la côte centrale et a proposé des zones prioritaires à louer par les compagnies énergétiques. L’étude Cal Poly fournit des informations cruciales qui, avec d’autres études sur les facteurs économiques, culturels et environnementaux, aideront à orienter l’évaluation et la planification de l’énergie éolienne offshore.

L’examen de ces données éoliennes par rapport aux cartes des pêcheries et de l’activité des baleines et des oiseaux marins aidera à identifier les endroits où les parcs éoliens offshore pourraient apporter le plus de valeur ajoutée tout en ayant le moins d’impact sur les économies locales et la faune marine“, a déclaré M. White.

L’équipe de Cal Poly travaille sur les prochaines étapes, qui comprennent l’estimation de la quantité totale d’électricité que les parcs éoliens de la région pourraient produire et la manière dont ces parcs éoliens pourraient affecter l’économie plus large du comté de San Luis Obispo.

En fin de compte, nous espérons que ces informations et nos travaux en cours alimenteront la conversation, aidant les décideurs politiques et les citoyens de Californie à décider si, comment et où donner la priorité à l’énergie éolienne offshore renouvelable“, a déclaré M. Ruttenberg.

TR
Lien principal : www.calpoly.edu/
Autre lien : dx.doi.org/10.1088/2515-7620/ab4ee1

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
student

L’ennui est qu’en été la consommation d’électricité est TOUJOURS au maximum le soir, alors que l’éolien offshore est SOUVENT plus fort le soir.
Or la production et la consommation doivent être égales à chaque instant, sinon c’est le blackout.
La Californie vient d’ailleurs de le vérifier, avec du solaire à zéro le soir (normal !) et un anticyclone qui a immobilisé ses éoliennes. Les sources pilotables au gaz étaient insuffisantes pour assurer la quasi totalité du besoin, et d’ailleurs plus rentables du fait de l’engouement pour les renouvelables. Et les délestages (coupures de courant) se sont produits…
Moralité : on ne pourra JAMAIS compter sur des énergies aléatoires pour assurer l’alimentation électrique d’un pays, tout au plus on peut intégrer 30 % de ces sources dans un mix de production, mais il faut quand même conserver un parc pilotable pour compenser leurs fluctuations, et le dimensionner pour 100 % des besoins car ces énergies peuvent brutalement faire défaut.
Quand ce parc pilotable est composé de centrales au charbon (cas de l’Allemagne), on évite de polluer quand le vent ou le soleil est présent.
Mais quand il est composé d’hydraulique et de nucléaire qui sont des sources décarbonées (cas de la France) les énergies solaire et éolienne sont totalement inutiles. Si on les développe, on ne gagne rien en rejets de GES (puisqu’il n’y en a déjà pas !) et on gaspille de l’argent pour rien.

Guydegif(91)

@student
Voilà une vision bien sectaire, partielle et catégorique de la situation !
Va falloir que l’étudiant caché sous ce libellé revoit sa copie:
“…quand il est composé d’hydraulique et de nucléaire qui sont des sources décarbonées (cas de la France) les énergies solaire et éolienne sont totalement inutiles. Si on les développe, on ne gagne rien en rejets de GES (puisqu’il n’y en a déjà pas !) et on gaspille de l’argent pour rien..”

  • L’hydro-électricité est tributaire de la pluviométrie en amont, donc des niveaux des réserves d’eau pour turbiner en continue ou à la demande.Voir état de certaines réserves d’eau, cours d’eau ou lacs cette fin d’été pour s’en convaincre.
  • Le NUC, hormis les nuisances sournoises à moyen et long terme induites, est aussi tributaire de la situation des réserves d’eau, donc pluviométrie amont, pour fonctionner, car si peu d’eau dans les cours d’eau chargés de leur refroidissement, la capacité de refroidissement est réduite (eaux de sortie trop chaude pour la biodiversité), donc centrales en régime-puissance réduite ou arrêtées: cas de Cattenon et d’autres, cet été. Pb voisin pour les tours aéro-réfrigérantes.
  • Pour remédier à l’intermittence de certaines EnR, il existe de plus en plus de solutions de stockage: STEP, batteries géantes (Tesla, LS Power), hydrogène (ou biométhane après méthanation) en power-to-gas, volants inertiels (VOSS),….
  • les éoliennes offshore posées ou flottantes, à bonnes distances des côtes, de plus grandes puissances et avec un flux de vents plus soutenus et réguliers….représentent un potentiel certain. Faut simplement que la France accélère le pas ! D’autres pays ont démontré qu’on peut le faire.
  • le PV en agrovoltaïsme apporte une combinaison de protection des plantes et cultures contre les rayons du soleil trop agressifs et une production d’électricité EnR locale.
  • Last not Least, le PV-flottant quant à lui, sur plans d’eau intérieurs ou en mer, non intrusif sur terres agricoles, présente aussi un potentiel important. Certains projets de sociétés comme BayWa r.e sont là pour en attester !
  • donc, svp, ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain !!!

YA+KA
Salutations
Guydegif(91).

Peyrolhe

Le stockage n’en est qu’aux préludes ou sont au maximum comme les STEP dans nos régions , alors que le danger des GES est urgent .
les centrales nucléaires en bord de rivages n’ont pas les mêmes problèmes de refroidissement .
Les éoliennes terrestres ,en France , sont trop souvent installées en dépit devents trop faibles ,elles ne s’expliquent alors que par des alibis financiers ou politiques .
Finalement l’argumentation de Student ne manque pas de pertinence .

Lespieg

Alors, si c’est urgent, il ne faut pas mettre bêtement son argent dans la construction de centrales nucléaires. Les faits montrent l’évidence.

En 2006, le nucléaire a atteint son maximum de production mondiale avec 2.803 TWh, à partir de 435 réacteurs pour 370 MW de puissance.
En 2019, le nucléaire n’a produit que 2.796 TWh, moins qu’en 2006, malgré 443 réacteurs et 392 MW de puissance.

La part du nucléaire dans la production mondiale d’électricité est tombée de 14,6% en 2006 à 10,4% en 2019.
La part des renouvelables est montée de 17,9% en 2006 à 26,0% en 2019.

On voit que la puissance installée du nucléaire a augmenté d’à peine 6% (22 GW) en 13 ans. A ce rythme, ce n’est pas le nucléaire qui va faire diminuer les fossiles dans la production d’électricité.

Sans oublier que l’électricité à elle seule ne compte que pour 20% environ des émissions mondiales de gaz à effet de serre (en 2016).

4
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime