Contraint, le Japon se tourne aussi vers l’énergie solaire

A cause des arrêts forcés ou programmés de presque tous les réacteurs nucléaires de l’archipel nippon, la pénurie d’électricité menace plus que jamais le pays à l’approche de l’été.

En réaction à cette situation des plus préoccupantes, un groupe d’entreprises japonaises a décidé de lancer à partir de juillet un méga-projet d’installation de centrale solaire. Ainsi, avec ses 70 mégawatts, celle-ci deviendrait la plus puissante jamais construire dans l’archipel.

L’investissement total du projet est estimé à environ 25 milliards de yens, soit environ 237 millions d’euros.

C’est le groupe Kyocera qui aura en charge la fourniture des panneaux solaires photovoltaïques sur un site pré-sélectionné et situé dans la préfecture de Kagoshima (sud-ouest du Japon) en collaboration avec la firme d’industries lourdes (IHI) et la banque Mizuho.

Le consortium va également créer une entreprise distincte dédiée à la centrale solaire dont la production sera revendue à la compagnie d’électricité régionale Kyushu Electric Power. Cette centrale solaire devrait produire suffisamment d’électricité pour alimenter plus de 20.000 foyers, une goutte d’eau quand on sait que la troisième économie mondiale compte 128 millions d’habitants !

De l’ordre de 29% en 2010, la part de la production d’électricité d’origine nucléaire est devenue quasi nulle. Le Japon comptait 54 réacteurs nucléaires opérationnels avant la catastrophe nucléaire de Fukushima. A ce jour, un seul réacteur demeure encore en service. Plus pour longtemps, car le réacteur n°3 de la centrale de Tomari exploitée par Hokkaido Electric’s, devrait être arrêté courant mai.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Lionel_fr

C’est l’histoire d’une technologie très productive, très rémunératrice, qui offre à son exploitant le pouvoir, l’argent, la possibilité de vitrifier la planète en quelques secondes…. Tout le monde la voulait, mais seuls quelques uns l’obtinrent. Et parmi eux : L’URSS tomba, atomisé Le Japon sombra, évitant de justesse la pire catastrophe entropique de l’histoire Nicolas Sarkozy fut brutalement remercié par les deux tiers de sa population pour ses positions et son arrogance. Le marché de l’électricité a l’élégance de se réformer par les urnes plutôt que par les armes. Je m’en félicite Mais cela suffira-t-il ? Les dinosaures non-plus, n’avaient pas voté pour leur astéroïde

Pastilleverte

monsieur Greenpeace nous annonçait naguère que le Japon faisait face à la réduction de la production électrique. Aujourd’hui ils craignet la pénurie (tu m’étonnes !) et ils sont “contraints ” (sic) d’utiliser le solaire. Pourquoi ? c’est pas “sale” pourtant, c’est abondant, maitrisé, constant, bon marché, ça fait plaisir aux ecolos, tout pour plaire.

Mamouth

C’est bien, mais il va falloir beaucoup, beaucoup plus que 70 MW pour remplacer 29% de leur production d’electricité …

Nicias

Les FIT japonais devraient démarrer le 1er juillet. A la soupe !

Lionel_fr

Il faut admettre que l’article est on ne peut plus laconique sur le solaire : on n’y parle que de nuke. D’où le ton de ma première remarque. Je me suis fendu d’une petite recherche google limitée à un mois sur “photovoltaique japon” et j’ai trouvé la même annonce fracassante sur la plus grande centrale de l’île. Mais aussi ceci Où on apprend que les tarifs de rachat n’existent que depuis le 1er mars, 1 million de foyers sont équipés de panneaux et 245 000 demandes de raccordement pour des tarifs éligibles au 1er juillet alors que les demandes ont bondi de 150% et qu’on prévoit une croissance de 12% annuels.. Bon , pour l’info je crois qu’il faut y aller et apprendre à parler japonais. Néammoins , je crois deviner une certaine réserve nippone quant à la question du nuke qu’ils avaient plus ou moins accepté et qui a bien failli emporter leur capitale. Imaginez nos chers pronukes si demain matin , un accident nucléaire provoquait l’évacuation de l’île de France … Je ne pense pas qu’ils seraient très fiers de voir leur tronche en technicolor annonçant fièrement que le nuke est le progrès, qu’il est très sûr, qu’il n’a jamais tué personne et tout le blabla infâme dont nous abreuve ce groupuscule extrémiste depuis des lustres. Comme certains d’entre eux sont puissants, riches et on le bras long, on peut facilement imaginer que les anti-nukes ont une attitude plus constructive que nous : ils ferment leur clapet !! Qu’on soit pro ou anti, le nuke aura été une faute collective et le Japon a un sens des responsabilités plus développé que le nôtre. Cela dit , la chute vertigineuse d’Areva en bourse depuis deux semaines passe complètement à la trappe en France : il m’est impossible de relier cette dégringolade historique à un fait précis. En l’absence d’info, je ne peux que conclure que ce krash correspond à une conjoncture globale : 1. Le marché anticipe une victoire de Hollande ou bien un retournement de veste de NS qui, au dernier moment, sabrerait à contre-coeur dans le nuke pour retrouver les millions de voix que son attitude lui fait perdre. Dans les deux cas, le nuke français s’effondre 2. L’abandon du projet de centrales anglaises par les allemands met Areva dans une position intenable et l’oblige à un hara-kiri social 3. Les clients futurs se désistent les uns après les autres 4. Sans rien dire , les futurs clients se sont déjà tournés vers des solutions alternatives qui prouvent leur défiance alors qu’il n’ont pas encore communiqué sur leur intention de renoncer au nucléaire Je pense que c’est un peu tout cela à la fois… L’incroyable silence à propos du titre Areva et l’amplitude de sa chute annoncent de toutes façons un changement historique sur le marché du nucléaire. Quant aux pertes françaises dans l’histoire, elles seront énormes, ne révez pas, cette histoire va nous couter la peau des fesses mais ça aurait eu lieu de toutes façons et le plus tôt sera le mieux. La position Française est indéfendable quel que soit la sensibilité politique qui la considère

marcarmand

En France, tout démontre que nous ne pouvons pas sortir du nucléaire, faute de renouvelables, faute de stockage. alors, comment ont-ils fait pour réduire leur consommation de 29% (ou peut-être la remplacer par une augmentation de production à base de combustibles fossiles)?

Aphi

@ marcarmand : ” Comment ont-ils fait?” Dans le cas du Japon la solution est on ne peut plus simple. Comme c’est un état insulaire qui ne peut par consequent pas substituer les baisse de production nuke par des importations, la solution est passée exclusivement par une augmentation (voire une explosion) de la part du fossile. Techniquement réalisable au moins temporairement car le parc existe pour couvrir les pics de conso. Il peut donc également etre utilisé lorsque la puissance demandée de base n’est pas trop importante. En revanche techniquement problématique dans les période ou la demande de base est élevée (été et/ou hiver). Cette “solution” (qui n’en est en réalité pas une !) a toutefois des inconvénients majeurs, voire même critiques : – solution pas perenne car le parc thermique n’est pas dimensionné ppour couvrir une demande de base élevée ET un pic temporaire (si jamais c’était néanmoins le cas cela signifierait que le parc japonais est mal dimensionné !) – économiquement désastreux (balance commerciale japonaise désastreuse) car toutes les ressources fossiles sont importées (hors un peu de charbon) – environnementalement trés néfaste au niveau des emissions de CO2 @ Chelya : “De toute façon, techniquement il n’y a rien de difficile à sortir du nucléaire ou du fossile,” Je suis entierement d’accord avec vous !!! Techniquement il n’y a rien de difficile a sortir du nucléaire OU du fossile ! Mais par pitié dans votre phrase n’oubliez pas le “OU” !!! L’un ou l’autre est possible, les deux n’ont, jusqu’a preuve du contraire, jamais été réuni par un état industrialisé !

Dan1

De toute façon, avec ou sans manipulation, les Japonais diffusent les chiffres de la production : Donc il suffit de suivre l’évolution mensuelle depuis mars 2011 sur le site de la FEPC : On a déjà noté une augmentation de 54% de la production FOSSILE entre février 2011 et février 2012.

Lionel_fr

Quel document !! chapeau Dan 54% de février 11 à février 12, mais seulement 28.5% de janvier à janvier , bizarre Effectivement , la part des nouvelles energies est ridicule (inférieures à 1 Twh)

Niark

l’un des problèmes essentiels restant également que les entreprises aujourd’hui en position de force dans l’industrie énergétique en France sont déjà positionnées dans les énergies de transition qui composeront notre mix énergétiques. Que ce soit en direct ou via une/des filiales, les maîtres de l’énergies sont déjà assurés de conserver leur titre et de rester au pouvoir : EDF, GDF, Total, AREVA (pour la France) possèdent et rachètent tous les actifs à dispotition dans l’éolien, le PV, l’hydro, la biomasse. On n’opèrera donc cette transition nucléaire + fossile —> renouvelables QUE quand ça sera absolument nécessaire et rentable pour leur portefeuille. :'(

yp

Ca c’est la voie de l’avenir, c’est toujours beau de voir le progrès qui se dessine, et les exemples se multiplient. On avance… Malgré les freins naturels que ceux qui en croquent mettent. La question des coûts, c’est une vision à très court terme. C’est comme sur un bateau qui coule où on pourrait par exemple utiliser le stock de nourriture pour boucher le trou, et les gens qui diraient non non surtout n’utilisez pas la nourriture pour boucher le trou car après on mourra de faim. Oui mais si on bouche pas le trou ou coule direct, alors on trouvera bien un moyen de se nourrir après. Voilà où on est, la planète on en a qu’une, y en a pas de rechange, y a eu tout les avertissements déja pour nous dire attention vs déconnez: la planète peut basculer. alors faut boucher le trou tout de suite et changer de façon de vivre, mettre la barre tout azimuts sur le progrès technologique et non polluant, à tout les niveaux, le plastique, le pétrole, le nucléaire, il faut tout changer, tout réinventer, tout est déja là en puissance, en potentiel, il n’y a qu’à l’utiliser et le déveloper, simplement les gens refusent d’accepter l’urgence de la situation tant que ce n’est pas chez eux que ça pète. Et quand ça pètera pour tout le monde il sera trop tard. Alors stop essayer de gagner de la thune sur le pont du titanic et écoutez ceux qui scruttent l’horizon et investissez vous.

Pastilleverte

EDF et son monopole, ses cenrales nuke, ses lignes à HT ? vous allez adorer EDF, ses centrales solaires, éoliennes, etc… et ses lignes à M et BT encore plus maillées sur le territoire. (remplacer EDF par AREVA, Total, GDF etc…) Et qui est le naîf qui croyait que des grands spécialistes énergéticiens dans leurs domaines allaient rester les bras croisés devant l’émergence des ENR, à leur rythme et sans trop se presser, certes, mais…

12
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime