Des citoyens réclament la fin progressive du nucléaire

Le commissaire européen à l’énergie, Andris Piebalgs a reçu en fin de semaine dernière les signatures de 630 000 Européens qui réclament la fermeture progressive des centrales nucléaires sur le continent européen.

La campagne de collecte de signatures dans les pays membres de l’Union européenne avait été lancée par l’organisation environnementale "Amis de la Terre" à l’occasion du cinquantième anniversaire de la signature à Rome du Traité instituant la Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom).

Les signataires de la pétition réclament l’abrogation de ce traité qui prône le développement et le financement de l’énergie nucléaire par les Etats membres de l’Union européenne. L’organisation plaide plutôt pour que cet argent soit investi dans des énergies renouvelables.

Pour rappel, l’opinion publique européenne soutient à 83 % un pourcentage minimum pour la part des énergies renouvelables, et à 61 % une décroissance de la part du nucléaire dans le mix énergétique (Eurobaromètre, 5 mars 2007)

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Claude

cette pétition , mais je n’en ai pas eu connaissance . Pourquoi ne pas en relancer une par internet ?

Christophe

600 000 personnes à qui on a fait croire qu’on pouvait se passer du nucléaire et vivre sans problèmes. Il y a des millions de gens qui meurent de faim chaque année, mais on va largement utiliser les terres arables pour les biocarburants! Les projets de centrales au charbon fleurissent partout, et la terre se réchauffe jusqu’à un point de non retour, mais les “amis de la terre” ne font pas signer de pétitions. Seule l’énergie nucléaire, modernisée(presque plus de déchets et production d’hydrogène), pourrait nous sauver du réchauffement du à la fringale d’énergie de nos contemporains.

nucleophobe

le nucléaire ne peut se justifier contre la faim qui est problème de démographie et de politique de pillage parfaitement maitrisé. Le nucléaire tue très bien. Et si vous en êtes d’accord on va construire chez vous une centrale, et une fabrication de combustible et une usine de traitement et un stockage, et un régiment spécialisé de protection, avec missiles. Une centrale est une bombe atomique qu’on empêche d’exploser en permanence. Les produits de cette centrale sont capable de tuer des MILLIONS de gens maintenant et dans des millénaires. C’est donc un évident facteur de paix pour le monde de plus en plus violent et incapable de se réguler. Espérer resoudre le besoin d’énergie avec cette arme et polluant majeur, c’est exactement comme développer le monde avec force pétrole, cela pollue durablement et détruit durablement la planète, génére des guerres et des massacres. Une fuite en avant suicidaire qui continue, malgré les multiples mises en garde, et l’évidence d’une société suicidaire. 5 micro grammes de plutonium tue à coup sur un être vivant, il y en a des dizaines de kilos dans une seule centrale. Qui prend le risque et pour combien de temps ? La population qui refuse le nucléaire majoritairement. Qui peut empêcher un accident majeur ? Personne, il est envisagé de plus en plus sérieusement comme probable par les autorités et quelles sont les conséquences ? des morts des malades, des zones definitivement (millénaires) inhabitables. Merci de prendre en considération ces quelques paramètres de bon sens. On ne bouche pas un trou en en creusant un autre, on invente une autre solution.

Claude

Le nucléaire , c’est la pollution durable .

cyrille

Je réagis à ce titre. Travaillant chez un constructeur d’alternateur nucléaire et autres ( Alstom ), je suis pour la reprise de construction ou de modernisation des centrales nucléaires (EPR), car il ne faut pas oublier que c’est le nucléaire qui pollue le moins l’atmosphère. Je sais que le gros problème du nucléaire, c’est le stockage des déchets, mais avec l’EPR, il y aura moins de déchets. De toute façon le programme est relancé pour des rénovation de centrale ou pour la construction de centrale EPR. Les gens ne se mettent pas dans la tête du nombre d’éoliennes qui faudrait pour remplacer toutes les centrales nucléaires existantes en France. Je pense que la majorité des gens voudraient des éoliennes, mais chez le voisin, pas chez eux.

Claude

j’ai signé une pétition pour soutenir un projet de parc éolien à côté de chez moi . Et il va être bientôt mis en service . On ne peut pas vivre que d’idées toutes faites .

rachid

Une centrale EPR de 1600 MWe est l’équivalent d’un parc de 1600 éoliennes de 1 MWe chacune, fonctionnant à plein régime (au gré du vent bien sûr!) et qu’il faudrait installer dans des dizaines de milliers d’ha ! (pour le thermosolaire également), mais ou sont ces sites ?, et pour le cas des pays sans off-shore?. Pourquoi les amis de la terre n’organisent t’ils pas de pétitions encore plus internationales contre les emissions du CO2 et NOx pour arrêter “progressivement” le charbon et le gaz, comme ca, on retounera à l’age de bronze ! regardez les résultats trés alarmants du rapport des experts du Giec publié récemment, qui montrent clairement la causalité activités humaines-réchauffement planétaire: “Faute d’une réduction globale et rapide des émissions de gaz à effet de serre, la température moyenne de la planète dans un siècle sera 1,1 à 6,4°C plus importante qu’aujourd’hui. Le niveau de la mer sera plus élevé de 18 à 59 cm ” (fin de citation) Ce qu’il faut, c’est faire beaucoup d’effort de R&D avec le financement adéquat pour rendre la production d’énergie fossile plus propre, réduire les mauvaises habitudes de gachis de l’energie et de l’eau par les pays occidentaux avides de ces 2 sources essentielles et par conséquent, réduire davantage les émissions, augmenter le rendement des installations, équilibrer les risques et avantages de toute technologie énergetique existante et future. Bref, c’est tout une éducation civile et industrielle qu’il faudrait instaurer et appliquer pour sauver notre chère et unique planète vivante.

matthieu hangue

Trois raisons pour lesquelles le nucléaire n’est pas une solution contre la destruction des climats. – le nucléaire, c’est très cher et nous devons employer l’argent de la façon la plus efficace. Combien va coûter le démantellement d’une centrale ? La surveillance des déchets ? – le nucléaire est inadapté au problème.Le nucléaire représente 17% d e l’énergie utilisée en France. La priorité, ce sont les économies d’énergies et l’efficacité énergétique. Ce sont les deux premiers gisements ä utiliser. – pour les deux raisons précédentes, les risques que fait courir le nucléaire, ne valent pas la peine d’être pris. Pour conclure voici le communiqué de presse du Ministère de l’Environnement allemand à propos d’une étude comparative des différentes sources d’énergies. Ca décoiffe un peu par rapport à ce qu’on entend en France depuis 30 ans! (Pour rappel, il n’y a plus de Verts au gouvernement: Mme Merkel est conservatrice et Mr Gabriel socialiste) Une nouvelle étude le confirme : le nucléaire produit du CO2 La production de chaleur et d’électricité par des chaudières en cogénération est meilleur marché et meilleure pour l’environnement que la production d’énergie par l’atome. C’est ce qu’il ressort des nouvelles études commandées à l’Öko-Institut par le Ministère de l’Environnement. Pour le ministre de l’Environnement, Sigmard Gabriel : « Contrairement à ce qu’aiment affirmer ses partisans, l’atome produit aussi du CO2. Les mines d’uranium produisent des quantités considérables de gaz à effet de serre qui dépassent largement celles nécessaires pour mettre en place des énergies renouvelables, éolienne, hydraulique ou biogaz. Mais même une chaudière à cogénération utilisant le gaz terrestre a un bilan CO2 qui soutient facilement la comparaison avec l’énergie atomique ». L’étude de lÖko-Institut fait le bilan des émissions totales de gaz à effet de serre des principales sources de production d’électricité. Il en ressort clairement que suivant l’origine de l’uranium, un réacteur atomique allemand génère entre 31 et 61g de CO2 par KWh produit. En comparaison, les énergies renouvelables produisent des quantités moindres : seulement 23g/KWh pour l’éolien et 39 g/KWh pour l’énergie hydraulique. Seule l’électricité photovoltaïque dépasse l’électricité nucléaire avec 89g/KWh. Le prétendu avantage de l’électricité nucléaire diminue encore d’avantage si l’on tient compte aussi du fait qu’un ménage n’a pas besoin que d’électricité mais aussi de chaleur et qu’il est beaucoup plus efficace d’utiliser la chaleur perdue lors de la production d’électricité, En effet, lorsqu’on utilise de l’électricité nucléaire, on a besoin pour se chauffer d’utiliser une autre source de chaleur , la plupart du temps du fuel ou du gaz. Une petite chaudière qui produit à la fois de la chaleur et de l’électricité produit moins de gaz à effet de serre que la combinaison électricité nucléaire et chauffage au fuel : 747g de CO2 pour la chaudière à cogénération au gaz et 772g de CO2 pour la combinaison électricité nucléaire et fuel ( dans les deux cas pour la production d’un KWh d’électricité et 2 KWh de chaleur). Le meilleur bilan pour le climat, et de loin, revient à l’association cogénération à partir de biomasse avec 228g de CO2. Le ministre concluait ainsi « Si l’on veut vraiment protéger les climats, on n’a pas besoin de plus d’électricité nucléaire mais de plus de cogénération ». L’étude montre aussi que si on compare les coûts de production, l’énergie atomique se situe en milieu de tableau et est battue par l’ensemble des énergies fossiles. Les coûts des énergies renouvelables se situent pour l’énergie éolienne juste un peu au-dessus, bien que ne soient pas intégrés les « coûts externes » qui dans le cas d’un accident atomique pourraient prendre des proportions absolument incalculables,. « Lorsqu’on étudie, sans a priori idéologique, l’énergie atomique, il est clair que celle-ci n’est pas la méthode la moins coûteuse de produire de l’électricité. Il est temps de tordre le cou au mythe de l’atome bon marché et ne produisant pas de CO2 » concluait le ministre de l’Environnement. « Même en ne tenant pas compte des risques potentiels énormes de l’atome, l’énergie atomique ne se classe que moyennement sur le plan des émissions de CO2 et des coûts de production. L’énergie nucléaire n’est pas et ne sera une option pour protéger les climats. Nous avons de bien meilleures possibilités à notre disposition pour produire de l’énergie : les énergies renouvelables et la cogénération ». Pour plus d’informations : Voir l’étude : « Hintergrund: Treibhausgasemissionen und Vermeidungskosten der nuklearen, fossilen und erneuerbaren Strombereitstellung » en la téléchargeant avec le lien suivant :

8
0
Laissez un commentairex